Avertir le modérateur

06/03/2010

Nicolas Sarkozy ne défend pas les agriculteurs

Cette parade de Nicolas Sarkozy ce matin au Salon de l'Agriculture est une parodie. Alors qu'il tente de montrer compassion envers les agriculteurs en détresse, d'envisager des aides palliatives, rappelons-nous que le gouvernement a été complice des causes de cette détresse, a approuvé la suppression des quotas, la libéralisation excessive qui conduit à casser les prix, en dessous des prix de revient. Et au delà de ces paroles quels actes ? 
Le texte présentant la position du gouvernement français sur la stratégie de l'Union européenne à horizon 2020,  pour préparer le Conseil européen des 19-20 mars prochains, ne parle pas du tout de l'agriculture !

 

Sarkozy_Salon_Agriculture_2010 2.jpg

 

Le président de la République a annoncé ce matin ses mesures pour aider le secteur à sortir de la crise. «Je ferai pour l'agriculture française et européenne ce que nous avons déjà fait pour sauver la finance, a martelé Nicolas Sarkozy. Voir l'article du Figaro.

 

Ces mesures annoncées pour soutenir les agriculteurs sont : 800 millions d'euros supplémentaires de prêts bonifiés, et 50 millions en plus d'allègements de frais financiers pour les emprunts anciens. Sans oublier l'exonération des charges patronales pour les saisonniers et un probable allègement des contraintes écologiques qui pèsent sur l'agriculture (fi du Grenelle de l'environnement !).

 

C'est le pansement sur la jambe de bois ! Songez que les agriculteurs français ont perdu 20% de leur revenus en 2008 et 30% en 2009. 1/3 des exploitations menacées de disparition à très court terme. Les agriculteurs ne peuvent même plus vivre de leur travail.

 

Les causes profondes viennent de ce modèle de société dérégulé dans la mondialisation, de la dictature des prix du marché et de la loi du plus fort,, où les prix font la voltige au gré des déséquilibre de l'offre et de la demande marginale, imposant un prix à tous, d'un marché dominé par des centrales d'achat puissantes face à des milliers de producteurs sans pouvoir. Ce monde nous conduit vers l'éradication de l'agriculture familiale, des petites exploitations, favorisant les grandes industries agricoles inhumaines. la concentration des moyens de production pour une agriculture intensive et loin des lieux de consommation, donc coûteuse en carbone. "L'Europe doit rééquilibrer le marché en permettant l'organisation des producteurs", comme l'a préconisé François Bayrou.

 

Or, c'est bien notre gouvernement actuel qui a favorisé cette politique de dérégulation, qui a approuvé la suppression des quotas européens de production, notamment les quotas laitiers, qui permettait de réguler les prix. Enfin, dans le débat sur l'avenir de la PAC, qui doit être revue avant 2013, Nicolas Sarkozy s'est dit prêt à diminuer le budget de plus de 50 milliards d'euros mais à condition que les agriculteurs vivent avec des prix décents et que l'on applique la préférence communautaire. Il s'est aussi engagé à défendre l'agriculture française à Bruxelles.

 

Alors, que propose le gouvernement à l'Europe en matière de politique agricole  ?

RIEN.

 

Je vous invite à lire le document remis le 13 janvier 2010 par le gouvernement français à la Commission européenne, rédigé sous la responsabilité de Pierre Lelouche, donnant la position de la France sur la stratégie de l'Union Européenne à horizon 2020. Voir aussi l'article de Euractiv.fr.

 

Vous serez étonnés de lire que le sujet de l'agriculture et de la PAC n'y est absolument pas abordé, de même que d'autres sujets tout aussi importants tels que la lutte contre les paradis fiscaux et la corruption, une taxe carbone européenne ou  une taxe carbone aux frontières, le renforcement de l'Europe dans les instances internationales pour parler d'une voix, la mise en place d'une veritable force d'intervention européenne en cas de conflit ou de catastrophe (cf Haïti), l'action européenne envers les PVD et le problème de la crise alimentaire, la lutte contre la faim dans le monde, même si on évoque au moins une volonté de lutter contre la pauvreté.

 

Commentaires

Je suis malheureusement d'accord avec votre très bon article ( clair, net et précis ). - De toute façon N.S ( ne mérite pas d'être nommé ) mène une politique ANTIsociale, fait des effets de manche, se paie une douche à + de
100 000 euros ( alors que des chômeurs tirent le diable par la queue ).
Je suis si révolté contre ce président que parfois je risquerais d'être malpoli.

Enfin bref pour me redonner confiance j'ai adhéré au club Villepin.com
Nous sommes de tous bords (je suis de gauche) et actuellement +/- 6000.
Amitiés - Michel 61 ans - Retraité - Ancien photographe pro.secteur industrie et
commerce de ce type.

Écrit par : ALLOT | 07/03/2010

Le problème commun de M. Sarkozy et des agriculteurs est qu'ils se sont fait piéger par la crise. Il reste qu'il semble fort improbable que cela convainque les représentants des agriculteurs de voter à Gauche au prochaines sénatoriales.

Écrit par : deguisement pompier | 08/04/2010

I think this is great news. Agricultural industry needs help and support nowadays

Écrit par : boots | 19/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu