Avertir le modérateur

08/02/2011

François Bayrou est pour l’humanisme, pas pour le « centrisme »



Ces derniers temps, les medias nous ont servi une soupe, que dis-je, une « bouillie pour les chats », au sujet des pseudo-centristes du Nouveau Centre (Hervé Morin & Co), du Parti Radical Valoisien (Jean-Louis Borloo & Co), des anciens UDF ralliés à l’UMP en 2002, des UMP gaullistes-sociaux rangés aussi dans cette catégorie (Dominique de Villepin & Co), des centristes non encartés et plein de bonnes volonté comme Jean Arthuis qui a créé un mouvement (pas un parti), l’Alliance Centriste, en vue d’essayer de rassembler les morceaux du puzzle, et puis il y a ... François Bayrou, qui a créé en 2007 le Mouvement Démocrate, allias MoDem en court, pour marquer un tournant, un nouveau départ, un positionnement plus indépendant que ne l’avait été l’UDF en son temps.

 

Mais François Bayrou est-il centriste ?

 

Bien qu’il se situe au centre de l’échiquier politique, il n’aime pas ce terme qui rime avec triste. Moi non plus. Le suffixe marque en lui-même une connotation péjorative, comme on dirait gauchiste ou droitiste. De plus, ce mot porte une histoire, une mémoire, de ralliements de circonstance, de positions tièdes, entre-deux, de comportements pusillanimes. Dans ce contexte et sur cette définition, alors oui, nombre d’élus du Nouveau Centre sont bien des centristes, ainsi que Jean-Louis Borloo, mais François Bayou n’en est pas un, ni Dominique de Villepin.

 

François Bayrou est même le contraire, il est l’incarnation du courage, des prises de position fermes, le contraire de la tiédeur du ni-ni, une constance dans l’expression de ses valeurs, leur application à la politique, et de surcroît il a toujours une longueur d’avance dans sa vision du monde et de ses dérives, comme il a été le premier, avant le PS, à dénoncer les abus de pouvoir du régime sarkozyste.

 

Plutôt que « centriste », entre droite et gauche, il préfère se définir démocrate et humaniste. D’aucuns diront que tout le monde se dit humaniste, qu’il est facile de proclamer ces belles valeurs, mais que tout ça n’est pas un programme, pas une politique. Mais quand François Bayrou emploie ce mot, c’est dans la profondeur de son sens, enraciné dans l’humanisme de la Renaissance, nourri de l’humanisme chrétien de Marc Sangnier qui fait appel à la conscience et à la responsabilité, ou encore de Jacques Maritain et d’Emmanuel Mounier, également dans la même veine que l’humanisme résistant de Stéphane Hessel et l’humanisme révolutionnaire (au sens copernicien) de Jean-François Kahn, celui qui remet l’homme au centre : au centre des priorités politiques, au centre du débat, au centre des responsabilités, des droits et des devoirs de l’homme vis-à-vis de ses alter-ego. Cet humanisme centré sur l’homme s’oppose au capitalisme dont la valeur centrale est l’argent ainsi qu’au socialisme qui met l’Etat au centre. Ce n’est donc pas un vain mot et cela conduit même la façon de faire de la politique. Ainsi, plutôt que parler de centrisme entre droite et gauche, dans un repère euclidien dont le sens est dévoyé, vaut-il mieux parler d’idéologie, voire d’un modèle de société : l’humanisme, face au capitalisme et au socialisme.

 

Je dirais même plus, comme je l’avais déjà exprimé en 2008 dans cet article : que François Bayrou est altermondialiste, c'est-à-dire qu’en opposition au modèle capitaliste dans la mondialisation, basé sur la recherche du profit individuel et générateur d’inégalités croissantes. Il propose une autre vision du monde, un autre modèle de société.

 

Dans la charte des valeurs du Mouvement Démocrate comme dans le projet démocrate et les discours de François Bayrou lors de sa campagne présidentielle en 2007, les priorités ne sont pas accordées à la recherche du profit individuel, mais au respect de l’être humain, à la justice et à la réduction des inégalités, à l’éducation, à la préservation de la planète et des espèces dont l’homme fait partie et à la diversité culturelle. Le développement économique n’en est pas pour autant renié mais doit s’inscrire dans ce contexte de nouvelles priorités, ne pas se faire au détriment des autres (de l’Afrique, de l’environnement, notamment) ne plus voir l’unique taux de croissance global du PIB comme l’indicateur absolu du progrès et des jours meilleurs.

 

François Bayrou propose un autre modèle de société, qui ne nie pas la mondialisation mais qui la régule par de nouvelles règles du jeu mondiales (passant nécessairement par un renforcement de l’Europe) et puisse fonctionner sur un autre moteur que celui de la seule recherche du profit individuel, un autre carburant que l’argent et les valeurs matérialistes (passant par une prise de conscience et une responsabilisation individuelle de notre destin collectif). En ce sens, François Bayrou est altermondialiste.

 

Rappelons la définition de l’altermondialisme :

« L’altermondialisme est un mouvement social composé d’acteurs très divers qui, face à une logique de mondialisation libérale effrénée, revendique et met en avant des valeurs comme la démocratie, la justice économique, la sauvegarde de l’environnement, les droits humains en vue d’une mondialisation maîtrisée et solidaire.

Très hétérogène et composé d’une multitude d’associations, de mouvements d’horizons divers, d’organisations non gouvernementales, l’altermondialisme se manifeste par des positions qui vont du réformisme à la rupture. Pour créer des synergies entre les différents mouvements qui le composent, il tente de développer des réseaux internationaux (Forums sociaux). »

 

Malgré cette définition, le terme ALTERMONDIALISME évoque souvent un courant révolutionnaire utopiste et anarchiste ou d’extrême gauche inspirée du marxisme, les manifestations lors des sommets de l’OMC ou du G8, l’arrachage de plants transgéniques, etc. C’est parce qu’on retient plus, médiatiquement, les manifestations parfois violentes des tenants d’une stratégie de rupture que celles moins bruyantes des réformistes. L’altermondialisme n’a pas encore été construit politiquement pour proposer un projet de société réaliste en s’inscrivant dans un parti politique crédible. Il était jusqu’à récemment plus dans la dénonciation des dérives de la mondialisation, renforcée par la récente crise financière, que dans la proposition d’un projet de société global et cohérent. Cependant, les choses évoluent, des actions constructives ont été conduites et commencent à porter leurs fruits dans le commerce équitable, le microcrédit, l’économie sociale et solidaire et j’ajouterai responsable. On redécouvre les bienfaits des structures coopératives, AGAP, covoiturage, etc. Toutes ces initiatives sont dans le droit fil de la logique humaniste, plus que socialiste (au sens d’appropriation par l’Etat des moyens de production et centralisation étatique). De plus en plus de personnalités renommées des mondes scientifique, philosophique, politique, journaliste ont déjà tiré l’alarme en vue d’envisager "un autre monde" et sont aussi "altermondialistes" : Hubert Reeves, Joseph Stiglitz, Yves Paccalet, Hervé Kempf,...

 

Que proposent les partis en termes de projet de société alternatif ?

L’UMP et donc le gouvernement issu de l’UMP, nous ont directement proposé un programme, des réformes, sans nous décrire le projet de société, mais que l’on devine aisément comme défenseur d’une mondialisation motivée par la recherche du profit individuel, la loi du plus fort, génératrice d’inégalités croissantes.

Le PS a édicté des valeurs, accordant plus d’importance à la justice et à la solidarité, mais il lui reste à décrire le projet de société et à résoudre les profonds désaccords internes sur les choix politiques, entre libéralisme et socialisme, l’impossible synthèse, ainsi que les luttes de pouvoirs entre personnalités.

Europe Ecologie a su prendre la mesure d’une partie du problème, celui de la préservation de l’environnement, de la survie de la planète et des espèces, ainsi que donner une dimension plus sociale à sa vision, mais elle parle rarement de l’homme, de son accomplissement.

François Bayrou nous propose un autre chemin, altermondialiste humaniste démocrate et réaliste, en ayant décrit ses priorités en terme de valeur, son projet de société, sa politique. Etant désavantagé en terme de représentation parlementaire car les institutions et la loi électorale actuelles favorisent la bipolarité politique, les courants majoritaires, il lui faut surtout avoir l’écoute des Français pour exposer cette alternative, leur redonner confiance en la politique, une politique fondée sur un projet de société et non sur des luttes de personnes et des fausses promesses, avec à la clé un beau rendez-vous en 2012 !

Commentaires

"François Bayrou est ceci, François Bayrou est cela...". Je serais heureux de pouvoir vous croire. Mais je l'ai vu à l'œuvre à la tête du MoDem et ce n'est absolument pas ça que j'ai pu observer. Ni courage, ni fermeté, ni constance, ni clairvoyance mais au contraire des palinodies, des déculottages devant les sénateurs qui haussent le ton, des atermoiements, du caporalisme et des errements lorsqu'il s'est agi de faire des choix, de les assumer et de les faire accepter.

Écrit par : Ch. Romain | 10/02/2011

Et bien moi aussi je l'ai vu à l'oeuvre et n'ai absolument pas cette vision que vous décrivez. Mais je vous connais pour saboter systématiquement les billets et commentaires concernant le MoDem, donc j'ai l'habitude avec vous !

Écrit par : Marie-Anne Kraft | 10/02/2011

Allons, Marie-Anne, vous appelez "sabotage" la simple expression d'un avis différent du vôtre. Vous allez donner du grain à moudre à ceux qui affirment que le MoDem est une secte... et que j'ai contribué à dézinguer.

Vous voyez, tout n'est peut-être pas blanc ou noir.

Écrit par : Ch. Romain | 10/02/2011

François Bayrou est ceci, François Bayrou est cela...". Je serais heureux de pouvoir vous croire. Mais je l'ai vu à l'œuvre à la tête du MoDem et ce n'est absolument pas ça que j'ai pu observer. Ni courage, ni fermeté, ni constance, ni clairvoyance mais

Écrit par : QBOYFQ | 11/02/2011

Merci, les informations sont tres bonnes.

Écrit par : custom writing | 15/02/2011

Bonjour Marie Anne,

Je crois que tout est dit ou presque :-).
Reste et ce n'est pas le plus simple à faire vivre le (notre) projet au quotidien et la clairement....c'est complexe d'exister entre les mastodontes du PS et de l'UMP...

Bien à toi,

Philippe (MoDem Limeil Brévannes)

Écrit par : PhilDémo | 27/02/2011

Information was important for me! Thank you!

Écrit par : essays sale | 27/02/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu