Avertir le modérateur

26/05/2012

REUNION PUBLIQUE à Saint-Maur le 5 juin 2012 avec Jean-François KAHN

NOTRE "FESTIVAL DE KAHN" !

Marie-Anne Kraft, avec sa suppléante Louise Geoffroy, vous invite à une réunion publique le 5 juin 2012 à Saint-Maur, pour se présenter à vous, vous décrire ses priorités pour les cinq ans à venir et aussi comment elle envisage l'exercice de sa mission de député pour vous représenter.

Jean-François Kahn, ancien directeur du Journal Marianne, grand journaliste et écrivain, a soutenu François Bayrou lors des élections présidentielles de 2007 et de 2012. Il nous fait le plaisir et l'honneur de venir exceptionnellement soutenir la candidate Marie-Anne Kraft et interviendra avec elle sur le thème "Et si on nous disait enfin la vérité ?"

REUNION PUBLIQUE
Le 5 juin 2012 à 19h30
 
Avec Jean-François KAHN
« Et si on nous disait enfin la vérité ? »
 
A l’école primaire Auguste Marin
Entrée par le portail à côté du 10 rue de la Varenne
SAINT-MAUR (RER A- Saint-Maur Créteil)
 

Tract-MAK HD Recto A4.JPG



LEGISLATIVES 2012 : NOS PRIORITES

Tract MAK HD Verso A4.JPG

Louise Geoffroy (portrait)

Louise Geoffroy 044.jpg

Louise Geoffroy, mariée et mère de quatre enfants, réside à Bonneuil où elle est implantée et impliquée dans la vie de sa commune. Ayant vécu dans un environnement rural, elle a transmis ses valeurs à ses enfants. Prendre soin de ses concitoyens a toujours été sa préoccupation.

Infirmière anesthésiste en milieu hospitalier et aussi formateur dans son domaine, elle constate que le personnel ne peut plus assurer la continuité des soins. Aussi impliquée dans un engagement syndical, elle lutte contre les méfaits de la réforme hospitalière. La santé ne doit pas être sacrifiée au nom d’intérêts politiques ou par souci d’économie, d’un souci de rentabilité.

Louise milite aussi au sein d’un collectif qui dénonce l’implantation d’une usine d’enrobage du bitume à chaud, technique rendant ce dernier plus cancérigène.

Solidaire des associations qui luttent contre la faim dans le monde et qui se battent pour un développement durable, elle parraine un enfant d’Afrique.

 

Marie-Anne Kraft (Portrait)

MA Kraft 011 réduite.JPG

Marie-Anne Kraft, 51 ans, est conseillère nationale du MoDem. Mariée et mère de trois enfants, elle réside à Saint-Maur depuis douze ans. Elle a été candidate aux élections européennes sur la liste de Marielle de Sarnez en 2009.

Diplômée de l’ESSEC, cadre dans la direction financière d’un groupe bancaire mutualiste, après avoir été consultante en organisation pendant dix ans et responsable de grands projets, elle a une connaissance approfondie de la banque et de la finance, des sujets concernant le budget de l’Etat et la régulation financière, qu’elle met à profit en contribuant à la commission économie du MoDem.

Active sur la blogosphère, elle rédige régulièrement des articles d’analyse politique et économique, notamment sur le site Mediapart et sur 20minutes.fr :

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-anne-kraft
http://marie-annekraftblogpolitique.20minutes-blogs.fr/

Elle est aussi l’auteur d’un livre « La révolution humaniste », paru récemment aux Editions Salvator et préfacé par François Bayrou : essai proposant une réflexion sur le modèle de société et donnant des pistes pour remettre plus l’homme au centre, à la place de l’argent.


Signataire de la charte éthique d'ANTICOR

 

législatives 2012,marie-anne kraft


Marie-Anne Kraft- Profession de foi

Profession de Foi_RECTO corr MAK V3.JPG

Profession de Foi_VERSO corr MAK V3.JPG

Après l’élection présidentielle et ses affrontements, nous avons besoin d’apaisement pour faire avancer notre pays.

La France traverse des difficultés très lourdes, les plus graves depuis longtemps : dette publique abyssale, déficits, chômage, échec scolaire, crise morale.

Pour résoudre les difficultés, nous avons besoin de plus d’unité et de moins de divisions.

Il faut au Parlement une force centrale et libre, qui sache défendre ses idées sans être prisonnière d’un clan, qui refuse la posture d’opposition systématique bloquante et qui ne soit pas non plus la chambre d’enregistrement d’un gouvernement qui déciderait tout d’en haut avec un parti qui détiendrait tous les pouvoirs.

Il faut une mobilisation de toutes les forces pour redresser le pays, assainir les finances publiques, créer de vrais emplois en France en retrouvant la croissance,  notamment grâce à une stratégie nationale. 

Conjuguons efforts et solidarité, dans une Europe plus forte et plus efficace.

Nous parlerons à l’Assemblée de votre vie quotidienne et de vos attentes. Nous n’oublierons pas que trop souvent la politique divise, et que les difficultés obligent à s’unir.

Voilà pourquoi nous sommes candidates du « Centre pour la France ».


MES ENGAGEMENTS :

·        C’est dans un esprit vigilant et constructif que je conduirai la mission de député au service de la France : pas d’opposition systématique au gouvernement mais selon l’intérêt du pays : soutien aux mesures de justice et de relance de notre économie, priorité à l’emploi et à l’éducation, moralisation politique, équilibre des finances publiques et justice fiscale sans excès confiscatoire ;

·        Comme François Bayrou, je défendrai les valeurs républicaines, démocrates et humanistes pour guider mes propositions et mes décisions à l’Assemblée ;

·    Renouer le lien entre vous citoyens et vos élus est une exigence démocratique. Je serai à votre écoute et tiendrai compte de vos préoccupations et de vos aspirations.

·        Je m’engage à vous rendre compte régulièrement des choix à faire pour notre pays, à recueillir vos avis, lors de réunions publiques trimestrielles et sur un forum Internet ;

·    Je défendrai aussi au niveau national les intérêts de notre circonscription, ses emplois, son commerce de proximité, son cadre de vie, une urbanisation à échelle humaine.


VOTRE RESPONSABILITE :

·        En votant pour une femme, rééquilibrez l’Assemblée nationale qui n’en compte aujourd’hui que 18% !

·  Ne donnez pas tous les pouvoirs à la gauche, ce serait dangereux pour la démocratie !

·    Ne donnez pas la majorité à la droite, car une cohabitation serait paralysante, surtout en temps de crise !

·     Ne laissez pas les extrêmes diviser le pays et le conduire à l’impasse !

·        Votez pour le CENTRE libre et indépendant !

 

Marie-Anne Kraft candidate du CENTRE POUR LA FRANCE aux législatives 2012

Sur la 1ère circonscription du Val de Marne (Saint-Maur, Bonneuil, Champigny-Ouest et Créteil Nord)

Affiche V2.JPG

08/05/2012

La droite buissonnière et l'usurpation du centre

Ces élections présidentielles auront révélé le vrai visage de la droite, de l'UMP et de ses alliés : une droite qui a sacrifié ses valeurs sur l'autel des calculs politiciens, une droite désormais extrême et populiste, qui a préféré "l'école buissonnière" guidée par les sondages et les mauvais sentiments fondés sur la peur, l'ostracisme, la xénophobie. Ou du moins une droite qui a remplacé clairement les valeurs républicaines liberté-égalité-fraternité par les valeurs "travail-identité-frontières", plus proche aussi des valeurs pétainistes "travail-famille-patrie"comme l'a annoncé Nicolas Sarkozy dans ses derniers discours de campagne, désirant changer le modèle social français.

on sent bien ces tensions au sein de la droite, composée de différents courants et cherchant artificiellement à afficher l'union au sein de l'UMP, que Nicolas Sarkozy arrivait à cimenter par la menace, les chantages électoraux, la conviction qu'il fallait privilégier les chances électorales sur tout le reste. Cette union artificielle devrait semble-t-il selon Nicolas Sarkozy s'afficher jusqu'aux élections législatives de juin 2012, au risque sinon de perdre encore plus de sièges de députés du fait des nombreuses triangulaires prévisibles avec la montée du Front national, favorisant ainsi le PS. C'est entre les deux tours de ces élections législatives que la fissure de l'UMP éclatera au grand jour : la partie qui souhaitera l'alliance avec le FN face au PS et l'autre qui ne voudra pas franchir ce pas et préfèrera laisser passer le PS plutôt que faire passer des candidats du FN même contre des désistements FN pour l'UMP.

Voir aussi cet article de Rue89 "UMP : les cinq familles de l’après-sarkozysme". Après la défaite de Nicolas Sarkozy, l’heure est à la recomposition à l’UMP. De la Droite populaire aux « humanistes ».

On remarquera que les "centristes", ou plutôt les pseudo-centristes (Morin, Sauvadet, Lagarde & Co) et les Radicaux (Borloo & Co) n'apparaissent même pas dans le schéma, au profit de Raffarin et Jouanno : "A l’UMP, on ne dit plus « centristes », mais « humanistes ». En octobre, les anciens de l’UDF avaient déjà tenté de se regrouper au sein d’une association, la Droite humaniste. Une initiative soutenue par Jean-François Copé, inquiet du poids pris à l’autre bout de l’UMP par la Droite populaire. Les humanistes n’ont pas apprécié la droitisation de la campagne, mais la plupart ont préféré ne rien dire. Sauf Chantal Jouanno, qui avait osé dénoncer avant le second tour le « mirage douloureux » de la droitisation."

J'ai en effet trouvé cette "droite humaniste et modérée" bien silencieuse ! Hormis Dominique Paillé (radical proche de Borloo) et Dominique de Villepin, qui a pris ses distances avec l'UMP en 2011, qui a osé critiquer la ligne droitière populiste de Nicolas Sarkozy ?

Celui qui l'a fait de la manière la plus courageuse et la plus claire, c'est François Bayrou, qui a eu droit à un hommage appuyé de Nicolas Demorand dans Libération : "Ces mots de François Bayrou, l’un des hommes politiques les plus populaires de France, ayant jadis gouverné à droite, resteront comme ceux d’un homme d’honneur. Et d’un homme d’Etat. Combien de ses amis, qui pensent exactement la même chose, auraient dû les prononcer mais se taisent, alors qu’ils assistent depuis le premier tour à la radicalisation extrême de la droite de gouvernement ? "

Ceux qui se taisent à droite, les soi-disant gaullistes, républicains, sociaux ou humanistes, voire "centristes", devraient avoir honte de leur silence. Ils sont ces âmes habituées que Péguy jugeait pires que les âmes perverses :

Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise âme et même de se faire une mauvaise âme. C'est d'avoir une âme toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme même perverse. C'est d'avoir une âme habituée. "

Dans une séquence vidéo datant de 2009, François Bayrou parlait de Sarkozy, de Hollande, de ces anciens "amis centristes", de sa vision de l'échéance 2012 et du temps de l'alternance. Il avait déjà tout dit ! C'est impressionnant.

 

 

 

 

 

François Bayrou disait en 2009 que ses anciens amis centristes seraient probablement les derniers à le rejoindre dans cette démarche de rassemblement central pour une alternance. Il n'avait sans doute pas tort. En témoigne cette déclaration de François Sauvadet :  "Je trouve que c'est du foutage de gueule", avait dit l'élu bourguignon. "Franchement, laisser les électeurs comme ça en déshérence, en leur disant choisissez qui vous voudrez, moi je choisis François Hollande en rupture totale avec ses convictions, franchement, je trouve ça pas bien." Pierre Méhaignerie, ancien garde des Sceaux, confirme que la rupture avec Bayrou est consommée : "François Hollande n'a pas dit la vérité au pays, n'a pas abordé les problèmes de fond et se trompe sur les questions de la compétitivité et de l'endettement. C'est quand même aussi lourd et même plus lourd que le reste". Par cette phrase, il avoue que les questions techniques de programme sur le retour à l'équilibre budgétaire priment sur les valeurs !

Or, ce qui a fait d'abord l'identité des centristes, depuis les démocrates chrétiens, le MRP (mouvement de centre-gauche  inspiré par les catholiques de gauche ou sociaux avec Marc Sangnier puis Emmanuel Mounier), ce sont les valeurs, la primauté des valeurs sur les questions politiciennes et techniques.

Quelles sont les valeurs  du centrisme ?  Comme le décrit ce site lecentrisme.com , ses principales valeurs sont la Liberté, le Respect, la Solidarité et la Tolérance. Son principe d’action politique est le Juste Equilibre. Sa règle comportementale est la responsabilité. Les valeurs de  la République "liberté, égalité et fraternité" et de la Démocratie, que Marc Sangnier définissait comme "l'organisation sociale qui porte à son maximum la conscience et la responsabilité des citoyens", un comportement humaniste qui fait primer  l'humain sur l'argent et sur l'Etat.

Ainsi, ceux qui se proclament encore "centristes" dans cette droite devenue extrême et populiste, usurpent l'identité du centre, car ne sont plus centristes. Comme la "gauche moderne" de Jean-Marie Bockel avait usurpé l'identité de gauche au sein de l'UMP. Comme la "droite populaire" usurpe le mot "populaire" et devrait plutôt s'appeler la droite "populiste". Si  la droite républicaine et gaulliste veut retrouver ses lettres de noblesse, elle devra se distinguer de cette droite buissonnière, populiste, rance, à l'opposé de ses valeurs.

Il est vrai qu'il est toujours délicat de parler de "valeurs", comme je le disais dans un précédent billet intitulé "La campagne présidentielle se fera-t-elle sur les valeurs ?", il faut s’interroger sur un clivage politique marqué par « les valeurs » :

"Les prétendues valeurs républicaines ne sont-elles pas elles-mêmes relatives ou à nuancer et n’est-ce pas plutôt dans l’orientation et l’interprétation que l’on donne à ces valeurs, dans leur équilibre entre elles, que l’on doit trouver le « bien commun » ?

En effet, la liberté, source de l’émancipation de l’homme, peut aussi vouloir dire » individualisme, égoïsme, primauté de soi sur l’autre, dérégulation nuisible sur le plan du commerce, d’un libre-échange incontrôlé.

De même que l’égalité, entendu comme garantie de l’égalité des chances, reconnaissance égale de la dignité de l’homme, qu’il soit fort ou faible, dans ses potentialités, peut aussi nier l’altérité à la source de la personnalité humaine, voire la notion de mérite et d’effort.

Quant à la fraternité, base de l’altruisme, de la reconnaissance de l’autre comme un frère par sentiment d’appartenance à une famille de destin, d’une communauté humaine, fondement de la solidarité entre les hommes, peut aussi a contrario signifier communautarisme, solidarité forcée ou organisée, qui peut remplacer le lien social en remplaçant la relation humaine par une forme matérielle de solidarité, par une relation au système.

On peut donc se proclamer républicain, qu’on soit de gauche, du centre ou de droite, adhérer aux mêmes valeurs proclamées, mais avec un dosage ou des priorités différentes …

Nicolas Sarkozy, dans son entretien au Figaro, avait lui-même annoncé son intention de battre campagne sur les valeurs, en vantant «  le travail, la responsabilité, l'autorité, ». En soi, ces valeurs prônées par la droite ne sont pas antagonistes avec l’humanisme prôné par François Bayrou. Ce sont plutôt les valeurs sous-jacentes, non exprimées explicitement par Nicolas Sarkozy mais implicites dans ces déclarations, que réfute François Bayrou.

D’ailleurs, François Bayrou a réagi contre les propos de Claude Guéant sur la prétendue supériorité des civilisations, à la fois en relativisant cette affirmation, rappelant que notre civilisation occidentale a généré le colonialisme, le fascisme, le matérialisme, l'individualisme, et surtout ressenti que cette affirmation avait une intention malveillante, s'attaquant indirectement mais avec évidence à l'islam et aux cultures arabes, visant à opposer les Français les uns contre les autres.

Entre les valeurs proclamées et pas forcément respectées d’un côté, et les valeurs sous-jacentes révélées par les actes ou des sous-entendus et non exprimées de l’autre, il peut y avoir un espace immense, un précipice dans lequel tombent les citoyens peu vigilants, où prospèrent la haine et le ressentiment en même temps que la bonne conscience … Cocktail explosif !"

Si on y réfléchit bien, les valeurs nous rassemblent plus que les questions techniques de programme. Ce clivage paraît bien plus lourd que celui du retour à l'équilibre budgétaire et la compétitivité des entreprises. D'ailleurs, François Bayrou, Nicolas Sarkozy et François Hollande visaient tous un retrour à l'équilibre, Bayrou en 2015 (avec des hypothèses de croissance plus réalistes) en jouant pour moitié sur les recettes fiscales et pour moitié sur les dépenses publiques en les gelant, Sarkozy en 2016 avec plus de réduction de dépenses publiques sans augmenter les impôts, Hollande en 2017 en acceptant une hausse de 1% des dépenses publiques et en augmentant les impôts. C'est finalement bien dérisoire au regard des valeurs ...

Peut-on sérieusement encore parler de "droite" en mettant dans une même famille des clans qui ont des valeurs différentes et qui ont une vision opposée du modèle de société, l'un européen et prétendument républicain et humaniste, l'autre anti-européen et xénophobe ?

L'heure de vérité a sonné et les masques doivent tomber. Laissons à la droite cette deuxième vision, celle que Sarkozy a défendue dans sa campagne, et construisons ce "vrai centre" cher à François Bayrou, ou bien ce repère euclidien droite, centre, gauche, ne signifie plus rien.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu