Avertir le modérateur

26/02/2012

Libre, François Bayrou est le seul à pouvoir véritablement moraliser la vie politique

Samedi 25 février, François Bayrou a tenu son quatrième grand forum thématique, sur les questions de justice, de démocratie, des contre-pouvoirs (notamment sur l'indépendance de la presse). Edwy Plénel était invité de la troisième table ronde, ainsi que  Jean-François Kahn, délectant l'auditoire d'excellentes interventions bruyamment applaudies, Edwy Plénel citant Tocqueville qui  menaçait la démocratie du risque de "dictature douce" ou encore, à propos des atteintes faites à la démocratie, Péguy qui disait "Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme perverse. C'est d'avoir une âme habituée". 

Retenons aussi le remarquable discours de clôture de François Bayrou, dénonçant les dérives et abus du pouvoir, les conflits d'intérêt, les relations incestueuses du pouvoir avec le monde des médias et des puissances financières, annonçant s'il est élu président en 2012 un référendum sur la moralisation de la vie politique, le 10 mai, le même jour que le premier tour des élections législatives, incluant les propositions suivantes :

Les 12 propositions de François Bayrou :

1/ Fixation des règles de composition d'un gouvernement resserré de moins de 20 ministres.

2/ Cumul des mandats "interdit" pour les députés dès les législatives de juin, "limité" pour les sénateurs.

3/ Délégation de vote supprimée et donc présence obligatoire des députés pour voter les lois; tous les votes seront publics.

4/ Fixation des principes d'une nouvelle loi électorale et d'une nouvelle composition de l'Assemblée nationale: nombre des députés diminué d'un tiers, "de l'ordre de 400" au lieu de 577 aujourd'hui. Elus pour trois-quarts au scrutin majoritaire actuel et pour le quart restant à la proportionnelle. Réduction du nombre de sièges applicable au Sénat.

5/ Reconnaissance du vote blanc à toutes les élections.

6/ Obligation effective de parité hommes-femmes.

7/ Suppression de "la myriade de micro-partis individuels ou de complaisance".

8/ Définition du conflit d'intérêts pour les responsables politiques, pour les hauts fonctionnaires (obligation de déclaration publique des intérêts privés avant l'entrée dans la fonction et lors de toute modification, fixation des incompatibilités), création d'une Autorité de déontologie de la vie publique pouvant être saisie par les citoyens.

9/ Interdiction du retour dans la vie publique des élus condamnés pour corruption.

10/ Indépendance de la justice. Le ministre de la Justice aura un statut particulier. Sa nomination, proposée par le duo exécutif, devra être soumise à l'approbation d'une majorité qualifiée du Parlement, devant qui il sera individuellement responsable et par qui il pourra être censuré. C'est lui qui conduira au nom du gouvernement la politique pénale de la nation.

11/ Indépendance des médias. Abrogation de la procédure "scandaleuse" qui fait de la nomination des présidents de l'audiovisuel public l'apanage personnel du chef de l'Etat.

12/ Procédure nouvelle pour éviter les nominations de complaisance et les soumettre à une approbation du Parlement et non pas à la "pseudo-approbation" actuelle.

Compte tenu de toutes les affaires, les casseroles, que traînent l'UMP et le PS depuis des années où il ont conduit le pays en alternance et en monopolisant le pouvoir, seul un homme (ou une femme) honnête, intègre et libre de ces appareils, non tenu par des parlementaires qui n'accepteront jamais de lâcher leurs privilèges, peut proposer une telle refondation, peut s'engager enfin à ce que ces promesses, tant attendues par nombre de Français, soient enfin traduites dans les actes. Et ceci dès le vote en référendum, approuvé par les Français eux-mêmes (notamment le non cumul des mandat pour les députés élus en mai prochain !). Seul le point 4 sur la nouvelle loi électorale, diminuant le nombre de députés et instituant 25% de scrutin à la proportionnelle, ne peut être mise en place que pour la prochaine législature, car elle nécessite un travail préparatoire, un redécoupage des circonscriptions).

François Bayrou est cet homme-là. Il a de plus de l'expérience et vise réellement la reconstruction du pays, dans un esprit d'unité nationale et non plus d'affrontement camp contre camp. Eva Joly aurait pu aussi, en tant que femme intègre et soucieuse des mêmes objectifs, mais son parti, trop lié au PS, n'est pas libre. Jean-Luc Mélenchon non plus n'est pas libre et quand il prône une Assemblée constituante et exhorte les citoyens à "reprendre le pouvoir" dans un esprit révolutionnaire, alors qu'il annonce son ralliement au PS, ce n'est pas crédible. Corinne Lepage également, mais qui pèse si peu électoralement et qui n'a pas la potentialité de François Bayrou d'atteindre le second tour.

Il est temps de tourner la page, de donner un grand coup de balai ("Escoubat !" comme on dit en béarnais ...).

Extrait du discours de François Bayrou :

"Cette moralisation de la vie publique qui traîne depuis trente ans, dont tout le monde parle depuis trente ans sans que jamais rien ne change, cette moralisation de la vie publique, je considère qu'il est vital, vital pour la France, de la conduire maintenant à son terme. 

... Je ferai une vie politique honnête et insoupçonnable parce que je serai un président libre, lié à aucun réseau, ne trimbalant aucune affaire lointaine et que j'aurai pour le faire le soutien des Français.

... J'en suis arrivé à une certitude : le monde politique tel qu'il est dominé par les deux partis du monopole du pouvoir est incapable de se réformer lui-même. Or la réforme est vitale pour retrouver l'estime du peuple envers ses élus et ses dirigeants et pour que cessent les manipulations et les manoeuvres. Elle est nécessaire en particulier et surtout pour redresser la France et la sortir de la crise, car la condition du redressement, c'est la confiance retrouvée. Pour rétablir les principes de la République, les simples principes de l'éducation civique, il faut donc en passer par la seule autorité qui vaille, qui est l'autorité directe des Français. "


AGENDA 2012/2020, 4ème Forum, Démocratie... par bayrou

12/02/2012

La campagne présidentielle 2012 se fera-t-elle sur « les valeurs » ?

Samedi 11 février 2012, François Bayrou tenait son troisième forum, sur le thème des solidarités et du contrat social. Dès le début, il donne le ton, s’en prenant violemment à Nicolas Sarkozy, sur le registre des « valeurs », en témoigne cet extrait de son discours d’ouverture au forum :

"Nous n'avons pas écrit le scénario en connaissant tous les événements qui donneraient son sens à cette journée.

Mais chacun d'entre vous mesure que le déroulement de la campagne électorale, les déclarations faites hier ou ce matin par Nicolas Sarkozy et qui montrent l'axe qu'il va suivre pour sa campagne électorale, donnent tout leur sens à cette journée. Et les mots qu'il a employés, je dirai cet après midi ce que j'en pense tant ils me paraissent révélateurs d'une orientation qui n'est pas la nôtre, en particulier le mot de « valeurs », ces mots donnent tout leur sens à cette journée parce qu'en effet, c'est « valeurs » contre « valeurs ».

Les valeurs qui sont les nôtres ne sont pas celles qui sont exposées dans ses déclarations qui dessinent une campagne électorale, en réalité celle de la division des Français, du choix d'un certain nombre de cibles proposées à l'exaspération collective. Et cela ne peut être à nos yeux qu'un immense affaiblissement pour un peuple, pour une société, pour une nation comme la nôtre.

Nous aurons toute la journée à illustrer notre projet de société à nous. Et notre projet que je crois profondément en phase avec le projet de société historique de la France, le projet républicain de la France, notre projet de société à nous porte un nom tout simple, il s'appelle «humanisme » !

C'est cet humanisme-là qu'il va falloir défendre contre des stratégies qui, en réalité, le fragilisent et le ruinent.

Cette journée prend naturellement à nos yeux tout son sens puisque nous allons aborder le cœur de ce qu'un projet de société humaniste signifie, c'est-à-dire la solidarité qui fait qu'un peuple, une nation, une société ne sont pas formés de personnes individuelles étrangères les unes aux autres, chacune s'occupant de son propre avenir, de sa propre situation, mais qu'il y a entre nous des liens qui font que nul n'est abandonné, singulièrement pas le plus faible, nul n'est oublié, singulièrement pas celui qui a des difficultés, nul n'est laissé de côté, singulièrement pas le plus fragile.

Vous voyez bien à quoi correspondent ces valeurs dans l'histoire des idées, des convictions du monde.

C'est l'idée que chaque être humain est, en soi, un absolu. Il peut être malade, il peut être paralysé, il peut être sans capacité de production, il peut être génial, il peut être formidablement entreprenant, il n'y a pas de différences, il n'y a pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas et où on peut soutenir l'un et abandonner l'autre.

C'est cela notre choix. Ce choix-là est en effet, puisqu'ils aiment tant utiliser le mot, un choix de « civilisation » !

De même dans son discours de clôture :

"Or, ce que l'on nous propose aujourd'hui, ce que Nicolas Sarkozy présente comme valeurs, c'est à mes yeux la négation même d'un certain nombre de ces valeurs qui ont fait la France ! L'idée, pour gagner des voix, d'un référendum organisé sur le droit des chômeurs, c'est la négation de ce qu'un chef d'État doit à un pays comme la France. Ce ne sont pas les chômeurs qui sont responsables du chômage, ce sont les gouvernants !

Il y a peut-être dans le rang des chômeurs, probablement ou sans doute, quelques abus, mais pas davantage que dans le monde de la finance, pas davantage que dans le monde de certains élus lorsqu'ils abusent des fonds publics ! S'il y a des abus, il faut y répondre, corriger, mais pas en faisant des chômeurs le symbole des dérives d'une société dont ils sont les victimes et pas les coupables ! Vous voyez ce que le référendum veut dire. Le référendum, nous le savons bien, chaque fois qu'un sujet est passionnel, c'est l'assurance de faire flamber les passions. Et lorsque le sujet du référendum, ce sont des personnes, chômeurs ou étrangers, alors c'est contre ces personnes que les passions flambent et nous savons bien que pour obtenir le oui, s'il y a référendum, il faudra exposer, étaler largement des exemples d'abus. Alors, on votera contre le voisin d’immeuble, le voisin de pallier, le voisin de village, et on déchirera ainsi la société française.
Les hommes politiques ne devraient pas s'y prêter. Les hommes d'Etat devraient se l'interdire et le président de la République en fonction plus que tout autre car sa mission, sa fonction, c'est d'avoir charge de tout un peuple non pas pour le diviser, mais pour l'unir. C'est cela la fonction d'un président de la République."

François Bayrou présente l’idéal républicain comme les valeurs de l’humanisme qu’il souhaite incarner, comme il l’avait décrit dans la préface de mon livre « La révolution humaniste » (éditions Salvator). Dans son texte, d’une grande profondeur, François Bayrou s’exprime sur la nature des crises que nous traversons et  sur la République vue comme un projet politique, un projet de société et même un principe de civilisation.

 

Liberté-Egalité-Fraternité, triptyque de valeurs unies et indissociables, se tenant comme une clé de voûte, marque la devise de cette République qui vise à libérer l’homme, à l’émanciper et à l’assurer, à l’épanouir, à le lier aux autres dans un destin commun.

François Bayrou poursuit, dans son discours de clôture :

« Nous pensons qu'humanisme signifie en même temps liberté et solidarité.
La liberté n'est pas un acquis, elle n'est pas naturelle, elle se construit et elle se construit contre un certain nombre de tendances naturelles de l'humanité. Ce qui est naturel, si on laisse faire, c'est la domination des forts sur les faibles, l'aliénation. La liberté se gagne par des conditions matérielles de dignité, de logement, de santé, de revenu, elle se protège par la loi, elle se construit par la culture et le parler droit.
La solidarité non plus n'a rien de naturel. Ce qui est naturel, c'est l'égoïsme. La solidarité au contraire exige le partage, l'élaboration de mécanismes de soutien, d'alerte. Donc la liberté et la solidarité, ensemble, sont le fruit de politiques décidées en commun, soutenues, encouragées, conduites par la puissance publique.
Eh bien la France est ce pays qui, sous le nom de République, a fait de l'humanisme son idéal national.
La République libère de toutes les dépendances et garantit le vivre ensemble. C'est pourquoi elle protège les consciences par la laïcité.
La République n'abandonne pas les plus faibles. C'est pourquoi elle construit des sécurités : assurance maladie, assurance vieillesse, assurance accident du travail, assurance-chômage.
La République investit dans l'avenir. C'est pourquoi elle a porté la politique familiale la plus déterminée de tout le monde occidental. C'est pourquoi elle considère que l'école, dont nous avons parlé ici même la semaine dernière, est l'alfa et l'oméga, le commencement et le but de son projet.
La République sait que la solidité d'une chaîne se juge à la solidité de son maillon le plus faible, c'est pourquoi elle considère le handicap et la dépendance comme son affaire, la lutte contre la précarité et les discriminations comme son affaire. 
Voilà les convictions qui sont les nôtres et celles de la République. Elles ont été portées avec constance au travers du temps par les courants de pensée démocratiques et républicains qui ont fait la France.
Or, ce que l'on nous propose aujourd'hui, ce que Nicolas Sarkozy présente comme valeurs, c'est à mes yeux la négation même d'un certain nombre de ces valeurs qui ont fait la France ! L'idée, pour gagner des voix, d'un référendum organisé sur le droit des chômeurs, c'est la négation de ce qu'un chef d'État doit à un pays comme la France. Ce ne sont pas les chômeurs qui sont responsables du chômage, ce sont les gouvernants ! »

Invité au 20 heures de France 2 ce dimanche 12 février 2012, François Bayrou a estimé que "le détournement des valeurs de la France" par Nicolas Sarkozy constitue "une fracture" : "Je ne dirai pas qu'il s'agit d'un virage à droite, car je n'aime pas cette expression. Il y a des valeurs de droite qui sont honorables et respectables. Ce que fait Nicolas Sarkozy, c'est un détournement d'une partie des valeurs qui ont fait la France". "Les responsables de la crise ne sont évidemment pas ceux qui sont au chômage" et que  "personne n'est au chômage par plaisir". "Il est profondément blessant que tout ce que trouve à dire Nicolas Sarkozy, c'est qu'on va faire un référendum sur les chômeurs. Ces déclarations constituent une ligne de fracture. Je ne peux accepter ce qu'il est en train de faire".

Déjà en 2007, lorsque François Bayrou avait déclaré entre les deux tours de l’élection présidentielle qu’il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy, il justifiait sa décision par une confrontation de « valeurs », alors que son absence de soutien pour Ségolène Royal était sur un autre registre, celui du manque de crédibilité de son projet, insoutenable sur le plan financier notamment.

Nous comprenons avec le recul tout le sens de cette décision. D’ailleurs, de nombreuses personnalités politiques issues de la droite ne se reconnaissent plus dans l’UMP de Nicolas Sarkozy et rejoignent maintenant François Bayrou, ne supportant plus viscéralement  les orientations de Nicolas Sarkozy, justement sur la question des « valeurs ». Parmi ses nouveaux soutiens citons par exemple Dominique Versini (ex défenseur des enfants et co-fondatrice du Samu Social), d’anciens gaullistes proches de Philippe Seguin, d’anciens compagnons politiques de François Bayrou, soit issues des rangs de l’UDF avant 2002 comme les anciens ministre Alain Lambert, Philippe Douste-Blazy ou Anne-Marie Idrac, soit qui avaient rejoint Nicolas Sarkozy en 2007 avec le « Nouveau Centre », comme Philippe Folliot, ainsi que des proches de Dominique de Villepin comme Daniel Garrigues ou encore de Jean-Louis Borloo.

Cependant, il faut s’interroger sur un clivage politique marqué par « les valeurs » …

Les prétendues valeurs républicaines ne sont-elles pas elles-mêmes relatives ou à nuancer et n’est-ce pas plutôt dans l’orientation et l’interprétation que l’on donne à ces valeurs, dans leur équilibre entre elles, que l’on doit trouver le « bien commun » ?

En effet,la liberté, source de l’émancipation de l’homme, peut aussi vouloir dire » individualisme, égoïsme, primauté de soi sur l’autre, dérégulation nuisible sur le plan du commerce, d’un libre-échange incontrôlé.

De même quel’égalité, entendu comme garantie de l’égalité des chances, reconnaissance égale de la dignité de l’homme, qu’il soit fort ou faible, dans ses potentialités, peut aussi nier l’altérité à la source de la personnalité humaine, voire la notion de mérite et d’effort.

Quant à la fraternité, base de l’altruisme, de la reconnaissance de l’autre comme un frère par sentiment d’appartenance à une famille de destin, d’une communauté humaine, fondement de la solidarité entre les hommes, peut aussi a contrario signifier communautarisme, solidarité forcée ou organisée, qui peut remplacer le lien social en remplaçant la relation humaine par une forme matérielle de solidarité, par une relation au système.

On peut donc se proclamer républicain, qu’on soit de gauche, du centre ou de droite, adhérer aux mêmes valeurs proclamées, mais avec un dosage ou des priorités différentes …

Nicolas Sarkozy, dans son entretien au Figaro, avait lui-même annoncé son intention de battre campagne sur les valeurs, en vantant «  le travail, la responsabilité, l'autorité, ». En soi, ces valeurs prônées par la droite ne sont pas antagonistes avec l’humanisme prôné par François Bayrou. Ce sont plutôt les valeurs sous-jacentes, non exprimées explicitement par Nicolas Sarkozy mais implicites dans ces déclarations, que réfute François Bayrou.

D’ailleurs, François Bayrou a réagi contre les propos de Claude Guéant sur la prétendue supériorité des civilisations, à la fois en relativisant cette affirmation, rappelant que notre civilisation occidentale a généré le colonialisme, le fascisme, le matérialisme, l'individualisme, et surtout ressenti que cette affirmation avait une intention malveillante, s'attaquant indirectement mais avec évidence à l'islam et aux cultures arabes, visant à opposer les Français les uns contre les autres.

Entre les valeurs proclamées et pas forcément respectées d’un côté, et les valeurs sous-jacentes révélées par les actes ou des sous-entendus et non exprimées de l’autre, il peut y avoir un espace immense, un précipice dans lequel tombent les citoyens peu vigilants, où prospère la haine et le ressentiment en même temps que la bonne conscience … Cocktail explosif !

09/02/2012

Une campagne présidentielle 2012 défensive, jouant sur des sentiments négatifs

L’impression générale que me donne cette campagne est qu’elle manque d’enthousiasme, qu’elle est celle d’un vote par défaut ou contre le candidat qu’on rejette plutôt qu’un vote d’adhésion, qu’elle joue plutôt sur des sentiments négatifs d’inquiétude, de ressentiment, voire de haine.

En effet, notons :

 

-          la polarisation « contre Nicolas Sarkozy », un rejet manifeste contre la personnalité d’un président bling-bling et à vision opportuniste et court-termiste, qui divise les Français au lieu de les rassembler, qui a multiplié les « réformes » sans grande efficacité, induisant un accroissement des inégalités avec des cadeaux fiscaux focalisés sur les plus favorisés, qui fricote avec les thèses du FN sans l’avouer, qui s’entoure de ministres également rejetés par leur attitude xénophobe ou vulgaire (Guéant, Hortefeux, Morano,…) ;

-          des propositions offensives pour certains, dans la dénonciation, voire l’accusation (des banques, de l’euro ou de l’Europe, des élites, des agences de notation, l’immigré ou l’étranger …), anti-système, en particulier du côté des extrêmes, gauche ou droite, même s’il ne faut pas les amalgamer notamment sur le plan des valeurs ;

-          des propositions défensives pour d’autres, focalisées sur la crise, le surendettement de l’Etat, l’accroissement du chômage, de la précarité, l’échec scolaire, l’appauvrissement du pays et donc des mesures de rigueur, d’économie, des propositions économiques défensives, que ce soit la tentation protectionniste ou la recommandation d’acheter français pour plus produire en France, …

-          en revanche pas vraiment d’appel positif, d’ambition, de grandeur du pays, d’envie de conquête, de bâtir un nouveau monde ou une nouvelle société plus humaine et plus juste, de réflexion sur le modèle de société pour envisager un monde moins matérialiste et moins individualiste, le besoin de donner su sens à nos vie, de retrouver le sens du bien commun et de la relation à l’autre ;

-          et la presse et les médias abondent dans ce sens cynique, les caricaturistes, les guignols, le Petit Journal n’arrêtent pas de dénigrer les personnalités politiques, les candidats, imprégnant dans l’esprit public l’idée que les hommes et femmes politiques sont des pantins, des menteurs, des zozos.

 

Pour vous aider à décoder le registre et le sens des discours des candidats, je vous recommande l’article du philosophe Roger Nifle, intitulé « Psychologie d’une élection présidentielle ». Concepteur de l’humanisme méthodologique basé sur l’intelligence symbolique, d’une anthropologie permettant d’analyser et de comprendre l’homme et les communautés humaines, et auteur d’une récent livre « Le sens du bien commun », Roger Nifle nous propose une grille de lecture appelée « carte de cohérence » ou encore une « carte de sens ».

2012 élection présidentielle,humanisme méthodologique,roger nifle

 

Analysez le discours de chaque candidat, pour voir s’il est dans un registre de valeurs positives : authenticité, construction, enthousiasme, ambition, ou au contraire dans un registre de valeurs négatives : défense, ressentiment, destruction, cynisme.

Est-il plus dans la dénonciation faisant appel à des sentiments d’inquiétude, à du ressentiment, ou plus dans la proposition constructive soulevant de l’enthousiasme ?

Prenez chaque discours et à chaque phrase ou thème, cocher le sens. Faites à la fin une évaluation de la part en % de chaque sens et placer le candidat sur la carte.

Puis voyez celui qui se situe plus dans la partie supérieure de la carte. C’est peut-être le meilleur ?

 

08/02/2012

Rapport ODIS 2012 : « Gouvernance, lien social et performance », une vision du monde

L’association ODISSEE, avec le bureau d’étude L’ Observatoire du Dialogue et de l’Intelligence sociale (ODISvient de publier son nouveau rapport, présenté le 7 février 2012, intitulé  « Gouvernance, lien social et performance », une vision du monde.

Pour rappel, ODIS avait publié en 2004 un rapport sur l’état social de la France, comparant les régions de France en termes de lien social et de performance, puis en 2010 un rapport qui appliquait la même méthode comparative aux pays de l’Union européenne.  Ce rapport peut être commandé sur le site de la Documentation Française (27 euros), de même que le nouveau rapport 2012 (version franco-anglaise). J’avais d’ailleurs publié en décembre 2010 un article sur le rapport et ses conclusions, intitulé « Rapport Odissée sur l’état social de la France : le lien social est un facteur de performance ». J’ai aussi fait référence aux conclusions d’ODIS dans mon récent livre « La révolution humaniste », publié aux éditions Salvator.

Le rapport ODIS 2012 étend l’approche aux pays du monde, présentant des cartographies comparatives de 168 pays et des supports d’analyse indispensables pour comprendre nos sociétés.

Le principe retenu par ODIS est de recueillir une série d’indicateurs représentatifs du lien social et de la performance économique, de placer les pays à comparer sur un plan défini par ces deux axes (lien social et performance), de classer les pays et de calculer des corrélations entre des indicateurs et des groupes d’indicateurs, puis d’analyser les conclusions, de rechercher des explications aux résultats obtenus, pour enfin en tirer une vision prospective, constructive et positive, sur l’évolution souhaitée de nos sociétés pour l’avenir, une aide précieuse à l’action politique, économique et sociale.

Bien sûr, on peut toujours critiquer ou nuancer certaines hypothèses, le périmètre des indicateurs retenus* (limités par la disponibilité des chiffres par des organismes comme la Banque mondiale, l’ONU, l’OCDE, etc.), le calcul de l’indice « lien social » ou « performance » réalisé par une moyenne sans pondération, la vision statique des chiffres (photographie sur données récentes) sans mise en perspective historique notamment avant et après crise, … Mais les conclusions restent très pertinentes et sans appel : le rapport 2012 étendu à une vision mondiale confirme, comme les rapports précédents, qu’il n’y a pas de véritable performance économique sans cohésion sociale. La corrélation ne montre pas si c’est plutôt le lien social qui entraîne la performance ou si la performance favorise un terrain propice au lien social. En fait il y a combinaison des deux avec une interaction vertueuse entre ces facteurs.

Le graphique ci-dessous montre la corrélation entre lien social et performance, plaçant les pays sur la carte (nuage de points), le nuage étant agglutiné autour d’une diagonale représentant la parfaite corrélation. Pour les statisticiens, le coefficient R2 est égal à 0,61, ce qui montre une très bonne corrélation.

 

Sur les 168 pays, les mieux classés en haut et à droite sont :

1-     la Norvège

2-     la Suisse (1ère en performance)

3-     Singapour

La France n’arrive qu’en 25ème position (l'Allemagne est 19ème) et les Etats-Unis en 39ème position (bons en performance mais médiocres en lien social) …

Les pays ont été regroupés en régions (Union européenne, PECO, Asie, Amériques, Moyen-Orient, Afrique subsaharienne,…) ou encore OCDE, OPEP, Ligue arabe, BRICS, Pays de la Méditerranée.
Sur l’Europe, les meilleurs sont la Norvège, puis la Suisse et l’Islande. Les moins bien classés sont les pays d’Europe de l’Est de l’ancien bloc communiste.

Sur l’Union européenne, la Suède et les Pays-Bas sont en tête.

Sur l’Asie, les mieux classés sont Hong-Kong et Singapour, alors que l’Irak et l’Afghanistan sont les derniers.

Sur les Amériques, le Canada se détache nettement en haut à droite, l’Uruguay et l’Argentine sont bien placés, le Mexique et le Brésil moins bons sur le lien social, le Chili et le Costa Rica élevés en performance et moins bon sur le lien social.
En Afrique, les Seychelles, Maurice, la Tunisie sont les mieux classés, le Burundi a une position atypique avec un fort lien social et une performance basse, Madagascar figure dans les moins bien classés.

Il faut se plonger dans les cartes du rapport et leur commentaires, assez synthétiques pour parcourir le monde en quelques heures, et découvrir des explications éclairantes sur ce qui tire un pays vers le haut ou le bas, soit en lien social soit en performance, assorties d’éclairage contextuel sur chaque cas, qui permettent de rechercher les causes de ces résultats. 

Le sociologue fondateur d’ODIS qui a conduit l’étude, Jean-François Chantaraud, remarque que les racines du lien social sont essentiellement :

-         les moyens et techniques de communication

-         des pratiques démocratiques durables

-         l’existence de contre-pouvoirs permanents,

-         une dialectique entre le pouvoir temporels (les décideurs) et le pouvoir spirituels (les analystes de la décision, les garants d’un système de valeurs, d’un référentiel d’évaluation, qu’il soit religieux ou non, comme le parti communiste en Chine évaluant le gouvernement)

-         des valeurs humanistes et une vision tournée vers l’avenir

-         l’existence de mécanismes relationnels entre les personnes et le système

 

Ainsi, plus l’information est mutualisée, plus la société attache de l’importance au respect des personnes, des faits, des territoires, des règles, des biens, des idées, et plus elle est tirée vers le haut et la droite de la carte.

Une autre grille de lecture nous est alors proposée par ODIS, traçant une autre diagonale :

 L’originalité d’ODIS et de son approche mérite aussi d’être soulignée : ODIS fait appel à l’intelligence et à la contribution des citoyens, des experts, des partenaires sociaux, des responsables d’ONG, de syndicats et d’associations. Ainsi, un véritable dialogue est lancé, à commencer par la salle où était présenté le rapport, à l’auditorium Marceau de la Chambre des métiers, puis lors des nombreuses rencontres prévues avec les ONG (Banque mondiale, ONU, OCDE etc.), les universités, les responsables de la vie publique, politique, associative, syndicale, experts et aussi simples citoyens intéressés par la question, notamment sur Internet (s’inscrire au site ODISSEE pour proposer des contributions et des avis). De plus, ODIS devrait mettre prochainement  à disposition publique sa base de données, permettant à ceux qui veulent en extraire des chiffres, procéder à leurs propres analyses, corrélations entre indicateurs, de le faire. Enfin, ODIS pense dores et déjà à des évolutions pour enrichir son étude, notamment suggérées par les intervenants et auditeurs :

-         Evolution des pays dans le temps pour mise en perspective

-         Ajout d’autres indicateurs, si disponibles : niveau de corruption, part de l’économie parallèle, prise en compte dans la performance des économies d’énergie, du recyclage, de l’évolution vers l’économie de partage, d’achat d’un usage plutôt que d’un bien (marché de l’occasion, vélib ou autopartage, location d’outils …) car l’évolution des comportements consuméristes éco-responsables peut paradoxalement faire baisser le PIB en améliorant la performance,…

-         Extension de l’approche aux entreprises : la méthode étant rodée, il serait maintenant intéressant de l’appliquer dans d’autres domaines, par exemple de comparer les entreprises entre elles (grandes entreprises, moyenne et pourquoi pas petites, d’un même secteur ou non), pour réaliser un benchmark, selon des critères de lien social (dialogue social, parité …) et de performance. Chaque entreprise participante pourrait savoir où elle se situe sur le plan, comparée aux autres, et voir comment elle évolue dans le temps, même si les données sont confidentielles pour les entreprises ne souhaitant pas être nommées. Cela pourrait également stimuler les entreprises en vue de les inciter à s’améliorer.

Enfin, comme je l’écrivais en 2010 au sujet du précédent rapport, cette étude est une véritable leçon de politique : alors que la droite priorise la performance économique et la gauche la solidarité, le lien social, le vivre-ensemble, selon un clivage libéralisme/socialisme, cette étude révèle que les deux sont très liés. La conscience et la responsabilité citoyenne et la valorisation de l’être et de la relation humaine, plutôt que celle de l’avoir et du paraître, sont essentielles pour arriver à des efforts communs et à un consensus priorisant l’intérêt général, redonner l’impulsion à la création, à l’inspiration, que ce soit dans le domaine de la recherche, de l’entreprise, des arts et de la culture. Pour y arriver, il faut repenser « le sens de notre société », de notre vivre-ensemble », en partant des valeurs. Jean-François Chantaraud nous propose d’inventer la « sémiocratie », allant au-delà de la démocratie. « Il faut organiser une circulation et une mutualisation de l’information afin que chaque idée, chaque expérience, chaque savoir-faire et chaque énergie trouve la place qu’il mérite au profit de tous ». « Apprendre à bâtir des raisonnement collectifs dans lesquels chacun de reconnaît ».

Cette nouvelle forme de penser la société, de réfléchir ensemble pour construire un projet de société au service de l’homme, du développement humain, cela s’appelle l’humanisme.

 

 

 

Indicateurs retenus :

 

Les indicateurs du lien social :

1-      taux d’inscription à l’école primaire

2-      proportion de femmes dans les parlements nationaux

3-      parité filles-garçons à l’école secondaire

4-      taux d’activité des femmes

5-      migration nette

6-      utilisateurs Internet pour 100 personnes

7-      écart des taux d’intérêt

8-      taux de mortalité sur les routes

9-      dispersion des revenus : coefficient de Gini

10-  proportion des jeunes dans le chômage

11-  taux d’homicides volontaires

12-  particules en suspension dans l’air au niveau du pays 


Les indicateurs de performance :

1-      croissance du PIB

2-      PNB/habitant

3-      Dette publique

4-      Taux de chômage

5-      Nouvelles entreprises enregistrées (rapporté au nombre d’habitants)

6-      Exportations de biens et services

7-      Demandes de brevets (rapporté au nombre d’habitant)

8-      PIB par unité d’énergie utilisée

9-      Espérance de vie à la naissance

10-  Taux de mortalité infantile

11-  Taux d’alphabétisation

12-  Classement des universités

16/01/2012

François Bayrou ou l’intelligence humaine

Avec François Bayrou, on a l’impression d’entrer dans une nouvelle dimension. Il sort du cadre traditionnel, ne parle pas cette langue de bois, ne pratique pas la lutte de clan contre clan, ne participe pas aux combats de coqs. Il nous fait voir le monde autrement, sous un autre éclairage. Dans cet univers sclérosé, étouffant, cet air vicié faute d’être aéré et renouvelé, une porte s’ouvre …

Depuis des lustres, François Bayrou nous parle d’humanisme. Ce mot paraissait désuet, angélique, utopiste. Certes il évoquait la Renaissance, le développement des sciences, de la culture, un tournant de civilisation qui a suivi l’invention de l’imprimerie, comme c’est le cas aujourd’hui de la révolution de l’information suite au déploiement d’Internet. Mais le terme a  une connotation passéiste, voire gnan-gnan. Or ce mot prend aujourd’hui une autre résonance … Jean Léonetti crée au sein de l’UMP un courant appelé « La droite humaniste ». Même le Parti de Gauche sous-titre son programme « L’Humain d’abord ». On remarquera au passage que les termes de socialisme et de capitalisme, appartiennent eux aussi à un ancien référentiel, sont dépassés, même s'ils sont encore employés. Le capitalisme initialement entrepreneurial a évolué vers la financiarisation de l'économie, le libre-échange dans la mondialisation. Le socialisme qui faisait référence à une économie administrée par l’Etat, niant la propriété privée, désigne maintenant plutôt un modèle privilégiant l’égalité et la gestion collective, sans pour autant remettre en question la propriété privée, le statut de nos entreprises et même le libre- échange.

François Bayrou prône également depuis toujours les valeurs de la république, ornant les frontons de nos écoles et des mairies de nos villages : « liberté-égalité-fraternité », ce qui peut paraître ringard, provincial, aux oreilles du tout-venant.

On découvre que cette vision est en fait empreinte de profondeur philosophique, d’une anthropologie de l’homme définissant les contours d’un modèle de société qu’il s’agit, sinon de retrouver, de redéfinir. Pas d’un système complexe, que seules des élites pourraient comprendre, dont elles pourraient s’approprier et qu’elles chercheraient à appliquer de manière dogmatique, mais des notions simples, qui donnent une direction, pour réorienter notre boussole à tous, dans un monde à la dérive.

Liberté-Egalité-Fraternité, triptyque de valeurs unies et indissociables se tenant comme une clé de voûte, marque la devise de cette République qui vise à libérer l’homme, à l’émanciper et à l’assurer, à l’épanouir, à le lier aux autres dans un destin commun. Le modèle capitaliste d’économie de marché incarné par la droite a privilégié la liberté, mettant l’argent au centre, en ayant laissé malgré tout se développer les inégalités. Le socialisme incarné par la gauche, a préféré l'égalité, en mettant l’Etat au centre oubliant souvent l’entreprise.  L'humanisme plutôt incarné par le centre, réfère à la fraternité, trop oubliée. Prônant l'équilibre entre ces trois piliers. François Bayrou exprime que « La république est le projet politique de l’humanisme », dans sa préface de mon livre intitulé « La révolution humaniste ». C’est même un projet de société, un principe de civilisation. On comprend alors mieux l’idée de majorité centrale, d’esprit d’union nationale, qu’appelle de ses voeux le candidat à la présidence de la république.

Certains cherchent des coupables tout désignés pour expliquer la crise que nous traversons, les dérives de la mondialisation, d'un capitalisme financier jugé prédateur : les dirigeants, les élites, les banquiers, les actionnaires, la mondialisation, le libre-échange, l'euro, les institutions européennes,la Chine... Ils veulent faire croire que les dangers viennent de l'extérieur et qu'il suffit de fermer les frontières ou de se débarrasser des catégories présumées coupables. Mais ne nous méprenons pas. Cette vision nous empêche de regarder les véritables causes de nos maux, nos propres responsabilités de citoyens, de consommateurs, d'investisseurs, d'entrepreneurs, ...les défauts d'un modèle de fonctionnement de la société, qu'il s'agit de repenser non seulement collectivement, mais aussi individuellement, dans nos comportements.

Les causes profondes des dysfonctionnements proviennent notamment d’une trop forte polarisation de la société sur l'argent, sur la recherche du profit, sur les valeurs matérialistes et individualistes. L'argent était un moyen, un médiateur d'échange, une représentation de valeur marchande. Mais il est devenu une fin, un objectif, induisant une perversion, une sorte de maladie mentale de la société. De cette méprise découlent les symptômes de la maladie, les crises que nous traversons : crise économique, crise sociale et crise morale. Un système générant des inégalités croissantes, ne parvenant pas à venir à bout de la pauvreté, dégradation du niveau scolaire, déculturation. Le citoyen est infantilisé dans une démocratie d'opinion, noyé par une information qu'il a du mal à maîtriser, les idées toutes faites délivrées par les médias, la télévision. Il se réfugie dans le divertissement, dans la télé-réalité. Son sens critique n'est plus nuancé et il devient soit suiveur passif soit révolté et violent.

Il faut retrouver le sens du bien commun et remettre l'homme au centre, l'humain plutôt que l'argent. L'approche humaniste permet alors d'envisager un nouveau modèle de société.

C'est la prise de conscience et la responsabilité, exercées en démocratie, qui permettront aux citoyens de comprendre, d'adhérer à un nouveau modèle en redéfinissant ses priorités, ses valeurs, les structures de fonctionnement privilégiant le sens du bien commun et l'épanouissement de l'homme, le respect de l'autre. Il faut passer d’une démocratie d’opinion, où les citoyens n’ont guère à réfléchir et sont invités à adhérer à des idées toutes faites, à une démocratie adulte. Mais si les citoyens sont d'accord pour s'imposer de nouvelles règles, des contraintes de régulation, de partage, d'économies d'énergie etc. sans être motivés individuellement, sans avoir envie d'agir ainsi, ils seront malheureux, frustrés. Alors que s'ils retrouvent un altruisme naturel, un plaisir de l'échange et du lien social, ils seront en harmonie avec le modèle. Cela passe par l'éducation, le vécu d'expériences, la réflexion.

La compétition est stimulante mais si elle n’est pas exercée avec coopération, elle peut générer une déperdition d’énergie, des investissements redondants voire du gaspillage, aller contre l’intérêt commun et au final être destructrice. Il faut penser à de nouveaux modes de gouvernance plus coopératifs, visant l'intérêt général et durable des acteurs plutôt qu'un profit financier à court terme au détriment du reste. Pour l'illustrer : des exemples concrets d'expériences coopératives, mutualistes, associatives (auberges de jeunesse, Compagnons d'Emmaüs), AMAP en plein développement, commerce équitable, microcrédit, échanges non marchands, Wikipedia ... L'approche coopérative a été celle de la construction européenne, celle de Robert Schuman et de Jean Monnet, visant la paix et la prospérité des peuples d’Europe. Elle doit être à nouveau entreprise pour renforcer et solidariser l’Europe en ces temps de crise par des actions communes visant un intérêt général commun : grands projets communs, plan de relance commun, eurobonds, partage d’innovation, plates-formes d’échanges de technologies, intervention dela BCE, … Cette approche peut être élargie à de multiples domaines et au niveau mondial (à condition de garantir une légitimité démocratique). Elle peut même être appliquée en politique, lorsqu'il faut se mobiliser dans un esprit d'union nationale, en temps de guerre ou de grave crise, comme la France l'a fait après la guerre en forgeant son modèle social défini par le Conseil National de la Résistanceet en 1958 avec le Général de Gaulle. C’est ce que François Bayrou propose dans le contexte de crise que nous traversons, en appelant à cet esprit d’union nationale. Il ne s’agit plus pour la gauche de battre la droite, pour la droite de battre la gauche, mais bien de redresser le pays ensemble !

Dans tous domaines, entreprise, Europe, ou politique, l'approche coopérative doit prendre le pas sur l'approche compétitive. Et l’humain doit prendre le pas sur l’argent et sur l’Etat. Pour ce faire, François Bayrou en appelle à l’intelligence humaine, à des citoyens responsables qu’il respecte, qu’il ne prend pas pour des « gogos ».

09/01/2012

Marine Le Pen à 30% : Libération et Le Parisien font mentir un sondage ...

La campagne commence, Marine Le Pen et François Bayrou sont les deux bê-bêtes qui montent ... au grand dam des deux partis favoris, l'UMP et le PS, qui risquent gros une élimination au premier tour de l'élection présidentielle.

A peine commencée, voilà la pluie des sondages et à nouveau la manipulation d'information, avec notamment ce dernier sondage Viavoice commandé par Libération.

A la Une de Libé, "30%  n'exclueraient  pas de voter Le Pen" (avec une faute d'ortographe en prime ...) :

http://www.liberation.fr/politiques/01012382163-marine-le...

Et sur Le Parisien :

Sondage : 30 % des Français pourraient voter Marine Le Pen

http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/can...

Extrait de Libé : "Si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, 18% des Français voteraient «certainement» ou «probablement» pour Marine Le Pen. Mais là n’est peut-être pas l’essentiel, car si 12 % supplémentaires répondent qu’ils n’envisagent pas de lui donner leur voix, ils ajoutent que leur décision n’est pas encore absolument arrêtée. Au final, 30% de personnes n’excluent pas de voter pour Marine Le Pen ! Un chiffre saisissant, et «actuellement on ne sait absolument pas quel est son plafond», ajoute François Miquet-Marty."

Et Le Parisien de reprendre Libé sans se poser de question (ni même lire le contenu de l'article visiblement) :

"D'abord, un sondage fort fait la une de Libération. Dans une étude commandée par le quotidien, 30 % des personnes interrogées envisageraient de voter pour Marine Le Pen, au premier tour de l'élection présidentielle."

Or, si vous lisez le détail des résultats, et c'est même indiqué dans l'article de Libé, seuls 18% des sondés prétendent vouloir voter pour Marine LePen. Ont été ajoutés 12% qui n'envisagent pas de lui donner leur voix même s'ils n'ont pas arrêté leur décision ! 

Pour rappel, la question du sondage était :  "Si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, pourriez vous voter pour Marine Le Pen ?" et les réponses s'échantillonnaient ainsi : NSP2%, Oui certainement 8%, probablement 10%, non probablement pas 12%, non certainement pas 68%.

Cela me rappelle les jours précédant le premier tour de l'élection présidentielle de 2007,  une rumeur a été volontairement orchestrée d'un présumé (et faux) sondage qui donnait Le Pen passant le 1er tour, suivi de l'injonction de Colombani dans l'éditorial du Monde la veille du premier tour, jetant l'opprobre sur François Bayrou comme sur Le Pen pour appeler "au seul vote démocratique", le vote utile, le vote bipolaire, pour l'UMP et le PS.

Ces méthodes doivent être vivement dénoncées  !

30/12/2011

Comparaison France-Allemagne : quel modèle privilégier ?

L’Allemagne est souvent citée en exemple, voire comme modèle en ce moment. Je vous propose donc ici une synthèse des caractéristiques du modèle allemand, quelques arguments sur le niveau du coût du travail, de la productivité et la fiscalité allemande, ainsi qu'un tableau de synthèse comparatif ci-dessous, afin de vous forger vous-même une opinion.
Comp France-Allemagne 2009-2010.xls

L’Allemagne est cité en exemple notamment par François Bayrou pour la force de son industrie, de ses exportations, de sa compétitivité, ainsi que par Nicolas Sarkozy maintenant pour sa rigueur budgétaire et la rigueur salariale qu’elle a su imposer pendant dix ans pour absorber le coût de la réunification et s’imposer plus compétitive, renouant avec les excédents de balance commerciale et abaissant son taux de chômage à un niveau en dessous de 7% pendant que la France atteint presque 10%. En 25 ans, la part de l'industrie en France est tombée de 30% à 14% du PIB contre 29% en Allemagne. Pendant que la France acceptait et même favorisait sa désindustrialisation, profitant des productions à bas prix des pays émergents, l'Allemagne, elle, a profité de ces 20 dernières années pour renforcer sa compétitivité par un soutien d'un tissu local de grosses PME dynamiques à l'export, la spécialisation dans le haut de gamme qui lui a permis de construire une image de marque « made in Germany » et un transfert partiel de charges sociales surla TVA (TVA sociale).

Nous trouvons aussi des détracteurs, dénonçant la hausse de la pauvreté et des inégalités en Allemagne, l’absence de salaire minimum, l’augmentation de la précarité, des contrats à temps partiel et à durée déterminée, la stagnation des salaires, préférant citer en exemple les pays nordiques, qui ont su allier croissance économique et protection sociale, certes au prix d’un taux très élevé de prélèvements obligatoires (50%, le plus élevé d’Europe).

 

Qu’est ce qui caractérise le modèle Allemand ?

On parle souvent de « capitalisme rhénan » ainsi décrit (cf. Wikipedia) :

·  un rôle important des grandes banques et une relativisation du rôle de la bourse dans le financement des entreprises,

·  une vision à long terme appuyée sur ce mode de financement et sur un système de partenariat avec les clients, fournisseurs et employés,

·  un partenariat entre de puissants syndicats patronaux et salariaux qui limite aussi bien les conflits du travail que les interventions directes de l'État dans la vie des entreprises,

·  un système de protection sociale très développé,

·  une politique de stabilité monétaire gérée indépendamment des gouvernements.

 

Citons aussi le dynamisme des entreprises allemandes, le tissus industriel de leurs nombreuses PME qui maillent le territoire, la décentralisation territoriale et l’équilibre des régions, la puissance des syndicats et de la négociation entre le patronat et les partenaires sociaux, l’importance des corps intermédiaires et enfin leur modèle politique bien plus démocratique qu’en France en termes de représentation des partis (50% de proportionnelle pour les élections des députés pour les partis ayant obtenus plus de 5% des voix).

 

Politique économique des dix dernières années
Depuis dix ans, l’Allemagne a pratiqué une politique de l’offre, favorisant les entreprises : flexibilité du travail, modération salariale, pas de salaire minimum, … Ce qui a induit au début pendant cinq ans une faible croissance puis un effet positif sur les cinq années suivantes : gain de parts de marché, amélioration de la rentabilité des entreprises, hausse des exportations et c’est maintenant qu’on améliore les salaires (+3% en 2011). L'industrie allemande a cru de 33% de 1997 à 2007.
Selon une étude du DIW, le principal organisme de recherches économiques, le pouvoir d'achat réel des Allemands a baissé de 4,7% sur les dix dernières années.
En France en revanche, nous avons pratiqué pendant dix ans une politique de la demande, une hausse des salaires (sur cette période la part des salaires dans le PIB a augmenté), ce qui a induit une croissance supérieure à celle de l’Allemagne pendant cinq ans, mais la France a perdu 50% de ses parts de marché à l’exportation et 40% de ces emplois industriels.
Maintenant, il faudrait une politique de l’offre en France et une politique de la demande en Allemagne …

Source : http://www.franceculture.fr/emission-l-economie-en-questi...


Coût du travail et productivité
Même après une politique de modération salariale pendant 10 ans, les salaires bruts et nets sont en moyenne toujours plus élevés en Allemagne qu'en France :
- le coût du travail est plus élevé en Allemagne, en brut (+34%) commet en net (+6%),
- pas de salaire minimum en Allemagne, si bien qu’on trouve des employés rémunérés 6 euros nets de l’heure (contre 9 en France pour le salaire minimum), l’Allemagne compte 6,5 millions de travailleurs pauvres touchant moins de 10 € brut de l’heure (soit environ 20% de la population active), mais Angela Merkel s’est récemment prononcée en faveur d’un SMIC par secteur d’activité,
- les charges sociales patronales sont plus élevées en France mais les charges sociales salariales sont plus élevées en Allemagne et donc au final les salaires allemands sont plus élevés en moyenne pour permettre aux salariés de payer leur couverture sociale, avec aussi plus de recours à des complémentaires privées santé et retraite,
- les prélèvements obligatoires sont plus élevés en France en % du PIB (43% comparé à 37% en Allemagne) mais la part des prélèvements sociaux et de l'impôt sur le revenu dans le coût du travail est supérieure en Allemagne (52% contre 49,3%),
- la productivité (PIB/heure travaillée) est en moyenne meilleure en France qu'en Allemagne,
- la durée effective hebdomadaire moyenne est presque équivalente (41,7h en Allemagne contre 41h en France),
- marge brute des entreprises non financières bien supérieure en Allemagne (42% contre 30% en France), permettant aux entreprises allemandes de s’autofinancer alors que les entreprises françaises empruntent aux banques ou aux marchés.
Sources :
http://www.securite-sociale.fr/comprendre/dossiers/compte...
http://bercy.blog.lemonde.fr/2011/02/23/salaires-cout-du-...
http://www.ifrap.org/Cout-du-travail-une-comparaison-Fran...)

 

Emploi 
Avant la crise, en 2007, le taux de chômage était équivalent en France et en Allemagne (8,4%). Fin 2011, il passe en dessous de 7% en Allemagne alors qu’il passe à presque 10% (9,7%). L’Allemagne a beaucoup utilisé le chômage partiel notamment pendant la crise, pour maintenir les emplois au prix d’une réduction salariale, ce qui a permis une reprise ensuite sans perte de compétences pour les entreprises.
Le taux d’emploi est de 67% en Allemagne contre 63% en France.
La population active représente 51% de la population en Allemagne contre 45% en France.

 

Innovation
Les dépenses en R&D sont supérieures en Allemagne (2,54% du PIB contre 2,09% en France) et la part des brevets déposés sur le total européen (en 2008) est de 18,2% pour l’Allemagne contre 6,2% pour la France.

 

Commerce extérieur
Le solde commercial extérieur est très excédentaire en Allemagne (154,3 milliards d’€ en 2010) alors qu’il est très déficitaire en France (-68 milliards en 2010 et il atteindra -75 milliards fin 2011), déficitaire face à tous les pays de la zone euro sauf la Grèce !
L’Allemagne demeure le premier client de la France et absorbe 16,25% des exportations françaises. La France est également le premier client de l’Allemagne, celle-ci y réalisant 10,1% de ses exportations.

Dépenses publiques

« D’après la Commissioneuropéenne, les dépenses publiques seront en 2011 de 45,3 % du PIB en Allemagne et de 55,8 % en France, soit une différence de 10,5 % du PIB. Si la Franceavait les mêmes dépenses publiques que l’Allemagne, elle en aurait  212 milliards d’euros de moins (10,5 % x 2017= 212), ce qui lui permettrait de baisser les impôts de 100 milliards d’euros avec un budget en équilibre. L’enjeu justifie une analyse sérieuse de la différence. » «Source avec détail des dépenses comparées par secteur : http://www.lecri.fr/2011/06/19/depenses-publiques-compara...

 

Déficit public et dette publique

Le déficit public allemand (3,3% du PIB en 2010, 2,5% en 2011) est bien inférieur au déficit public français (7,7% en 2010, 7% en 2011) et il est lié uniquement au plan de relance de crise et à la charge d’intérêt de la dette importante, alors que pour la Francela crise n’explique que un tiers du déficit.
La dette publique allemande est importante (73,4% du PIB en 2010 et 79% en 2011 comparé à 78,1% en 2010 et 91% en 2011 en France). L’importance de la dette allemande est expliquée par le coût de la réunification conduite depuis la chute du mur de Berlin.
Notons que l’Allemagne a inscrit une règle d’or dans sa constitution, interdisant les déficits publics de fonctionnement.

Démographie
C’est clairement le point fort de la France (plus de 2 enfants/femme contre 1,4 pour l’Allemagne et population moins âgée avec 16,7% de personnes de plus de 65 ans contre 20,2% pour l’Allemagne et avec 18,4% de moins de 15 ans contre 13,5% pour l’Allemagne.
L’Allemagne devra compenser ce déficit démographique, ce vieillissement de population qui pose un problème de financement des retraites, par une immigration. Elle est déjà en train de se produire : voir cet article sur le rebond de l’immigration en Allemagne sur 2011, essentiellement d’origine européenne, notamment de Grèce, d’Espagne, du Portugal et des pays de l’est qui en général parlent bien allemand, de jeunes bien formés en l’occurrence :

http://www.challenges.fr/monde/20111222.CHA8580/l-allemagne-attire-de-plus-en-plus-d-etrangers.html

 

Fiscalité
Le poids de la fiscalité atteint 14,5% de la valeur ajoutée en France contre 7,8% en Allemagne.L’impôt sur les sociétés est équivalent (entre 30 et 33% en Allemagne, 33,3% en France mais avec des allègements (niches fiscales) qui profitent plus aux grandes entreprises qu’aux petites.
L’impôt sur le revenu est prélevé à la source. Voir explications : http://www.connexion-francaise.com/articles/les-impots-en...
La TVA est de 19% en Allemagne, comparé à 19,6% en France hors taux réduits.
L'Allemagne a dû financer la réunification, un chômage très important à l'Est et les Allemands ont consenti à cette solidarité. Les 3% de hausse de TVA ont servi en partie à cela : 2 points, alors que 1 point seulement au titre de TVA dite sociale, pour financer la santé en diminuant d'autant les cotisations assises sur le travail. On ne peut pas dire qu'ils ont en cela eu une attitude non coopérative à l'égard des autres pays européens. Ils partaient d'une TVA à 16% et donc sont arrivés à 19%, qui est le taux moyen de TVA dans l'UE.

Education
Le classement PISA 2009 montre que partout la France est rétrogradée alors que l’Allemagne progresse, passant devant la France. Comparé à 2003, la France est passée du 13e au 22e rang en mathématique et du 17e au 22e rang en lecture, alors que l’Allemagne est restée au 16e rang en mathématique et est passée du 21e au 20e rang en lecture.

Pauvreté et inégalités
Le taux de pauvreté et les inégalités sont plus fortes en Allemagne : le taux de pauvreté est de 7% contre 6% en France et le rapport inter quintile mesurant les inégalités de 5 en Allemagne contre 3,8 en France. De même le taux de chômage longue durée est aussi plus élevé en Allemagne (4,7% contre 3,3% en France).

Confiance de la population
Avant la crise, le taux de confiance était meilleur en France (54% contre 46%) et le taux d’épargne équivalent (15% contre presque 17% pour l’Allemagne mais il a grimpé à 17% en France ensuite).

Energie et environnement
L'Allemagne est beaucoup plus en avance que la Franceen matière de protection de l'environnement, d'investissement en faveur de l'écologie et de développement des énergies renouvelables de type photovoltaïque et éoliennes, mais du fait de l'énergie hydroélectrique qui représente 12% de la production électrique en France, contre 3% pour l'Allemagne, la part totale des énergies renouvelables est à peu près équivalente (12-13% en 2008, passé à  15% en France et presque 17% en Allemagne en 2010).

http://www.enr.fr/docs/2011150456_Etatdeslieuxetperspecti...

Le nucléaire a une part prépondérante en France dans la production d'électricité (76% en France contre 23% en Allemagne) alors que c'est le charbon qui est majoritairement utilisé en Allemagne (44% contre 4% en France). Il en résulte une émission de CO2 bien plus importante en Allemagne qu'en France (958 millions de tonnes contre 527 en France, et 10,1/habitant contre 6,1 en France).

Logement

Le coût du logement est deux à trois fois moindre en Allemagne qu’en France, tant à l’acquisition que concernant les loyers.
En France, les prix d’acquisition ont doublé en 25 ans, alors que les loyers ont subi une hausse modérée (à surface et qualité constantes, ils ont globalement évolué comme le revenu disponible moyen. La dépense de logement a néanmoins augmenté (éclatement des familles,…). Cette hausse généralisée ne semble pouvoir être expliquée que marginalement par l’augmentation du coût de la construction ou un déficit généralisé de construction. La croissance relativement modérée des loyers infirme l’hypothèse d’une pénurie généralisée de logements. En revanche, la rareté du foncier dans les zones les plus demandées contribue probablement assez fortement à la hausse des prix. Cette hausse a aussi été favorisée par l’amélioration de la capacité d’emprunt des ménages, alliée à une fiscalité favorable, qui alimente la demande.
En Allemagne, les prix du logement sont restés stables. L’Allemagne bénéficie d’un vaste parc locatif et a un très faible taux de propriétaires : autour de 43% contre près de 60% en France. Depuis le début des années2000, l'Allemagne construit autour de 290 000 logements neufs par an, de quoi absorber une demande évaluée à "280 000 par an sur la période 2006-2010.La France met elle en chantier autour de 300 000 logements neufs chaque année, mais les besoins sont estimés à 500 000.

Sources :
http://lexpansion.lexpress.fr/immobilier/comment-l-allema...
http://www.politiquessociales.net/IMG/pdf/CAS.pdf

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu