Avertir le modérateur

28/02/2012

Le double enfumage de François Hollande sur la création des 60 000 postes dans l'éducation

Une des propositions phares de François Hollande pour l'éducation nationale, c'est la création de 60 000 postes dans l'éducation nationale pendant son futur mandat de cinq ans s'il est élu, alors que Nicolas Sarkozy en aura supprimé 50 000 pendant le sien. Or cette proposition n'est pas honnête, même si elle part d'une bonne intention.

Signalons d'abord que François Hollande a nuancé la proposition depuis son annonce initiale de création de postes d'enseignants présentée comme une dépense supplémentaire, comme il est familier de cette pratique, revenant souvent sur ses annonces : "suppression" puis finalement "réforme" du quotient familial, "fusion" puis finalement "rapprochement" de la CSG et de l'IR, ajout timide d'une tranche marginale de l'IR à 45% puis ajout d'une autre à 75% trois semaine après, "déclaration de guerre à la finance" et "séparation stricte" des activités de marché et des activités bancaires puis dans un entretien au Guardian il rassure la City et dans un article de l'AGEFI  il précise écarter une scission radicale des banques, en précisant que ces activités seront simplement à séparer dans les groupes bancaires (filialisation) ....

En effet, comme il l'a dit lundi soir 27 février 2012 lors de l'émission "Parole de candidat", ces postes ne seront pas seulement des postes d'enseignants (combien ?) mais également des postes d'accompagnement : surveillants, infirmières scolaires, psychologues, assistantes sociales,... (dans quelle proportion ?). Il avait aussi laissé entendre récemment que des créations de postes seraient faites au détriment d'autres postes de fonctionnaires (lesquels ? Dans quels domaines ?).

Mais je ne qualifierais pas cette ambiguïté d'enfumage. Il s'agit de précisions dénotant que l'annonce initiale était quelque peu précipitée et irréaliste, donc une intention louable de la rendre plus crédible, mais laissant de nombreuses questions sans réponse.

En revanche, quand on évoque le financement de cette mesure, évaluée à 1,7 milliards d'euros par an (représentant 12 000 postes par an qui cumulés sur 5 ans arrivent à 60 000, soit 5,2 milliards d’euros sur la durée du quinquennat, sans compter les futures pensions à payer, sachant que les pensions des fonctionnaires ne sont pas provisionnées en France, comme le soulignait le rapport Pébereau 2005), François Hollande botte en touche en disant : " c'est exactement le coût du manque à gagner de la baisse de l'ISF décidée par Nicolas Sarkozy [en compensation de la suppression du bouclier fiscal], alors, préférez-vous faire un tel cadeau aux riches ou recruter des postes dans l'éducation ?" Ce qui conduit habilement à soutirer l'adhésion du public sur la proposition, ... sans répondre à la question du financement. J'appelle cela de la manipulation et de l'esquive de la question. Donc premier enfumage.

Le deuxième enfumage est plus grave, car vise la faisabilité de la proposition : est-ce vraiment possible de recruter plus d'enseignants dans les conditions actuelles ? Comme l'a déjà signalé François Bayrou lors de l'annonce initiale de François Hollande, et comme le rappelle Luc Châtel, ministre de l'éducation, "« C’est irréaliste, car c’est faire preuve d’une méconnaissance totale du système de recrutement des enseignants. Or aujourd’hui, nous avons déjà des difficultés de recrutement et le doublement aboutirait mécaniquement à une baisse du niveau des enseignants recrutés. ». 

Regardons les chiffres :
- 16 000 postes supprimés dans l'éducation nationale en 2011, comme l'a prévu la PLF 2011 :  8.967 postes d'enseignants supprimés dans le premier degré, 4.800 dans le secondaire et 600 dans les services administratifs, dans le cadre du non-remplacement du départ à la retraite d'un fonctionnaire sur deux (voir cet article reprenant les chiffres de la rentrée 2011) ;
- 13 434 enseignants ont été recrutés par concours pour la rentrée 2011 (voir cet article, source Ministère de l'Education nationale) ;
- En 2011, 20% des postes offerts aux Capes (4 880 places) n'ont pas été pourvus, faute de candidats à niveau, car il y a bel et bien une crise de vocation, dans une profession devenue de plus en plus difficile, mal considérée et mal rémunérée (rappelons que les enseignants allemands ont un salaire deux fois plus élevé). Voir aussi cet article).

Si dans les conditions actuelles de suppression de postes on n'arrive même pas à recruter les enseignants sur les postes vacants, on n'est pas près d'en recruter plus sans reprendre complètement la question de la revalorisation de la profession et du rehaussement du niveau des candidats, à moins de baisser l'exigence en rabaissant le niveau des professeurs recrutés.

Ou bien François Hollande ne compte-t-il que des postes d'accompagnement non enseignants dans les 60 000 recrutement ?

Le Parti Socialiste devrait méditer la célèbre citation de Georges Clémenceau : "La France est un pays extremement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impots".

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu