Avertir le modérateur

21/11/2010

La France maître du monde en 2011 ?

En 2011, quatre Français seront en même temps à des postes clés de la gouvernance internationale :

article_FranceMaitreDuMonde2011.JPG

1- Dominique Strauss-Kahn, à la direction générale du FMI (Fonds Monétaire International), institution qui tient avec la crise financière un rôle primordial dans le sauvetage des pays surendettés, dans la nouvelle régulation financière internationale, dans l’éventuelle mise en place d’une monnaie de référence mondiale. Membre éminent du Parti socialiste français, candidat potentiel à l’élection présidentielle 2012, DSK (c’est son pseudo) souffre malgré tout d’une image ultra-libérale qui lui colle à la peau, à la fois par son appartenance au FMI suspectée avoir favorisé la dérégulation financière et incité les restrictions en matière de dépenses publiques et de protection sociale dans les politiques imposées aux pays en difficulté, et aussi par son passé de ministre des finances et de l’économie en France, qui fut marqué, malgré le règne d’un gouvernement socialiste, par une vague de privatisation et de dérégulation financière (des capitaux notamment), la création des stock-options défiscalisées, le développement des marchés de capitaux, etc.

2- Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), institution qui régente les règles de libre-échange au niveau mondial, qui coordonne les négociations internationales (cycle de Doha). L’OMC est très critiqué dans sa manière d’avoir imposé comme priorité et dogme absolu le libre échange et la concurrence dans la mondialisation, sans avoir tenu compte de critères relatifs aux droits de l’homme, à la protection sociale (normes du BIT) et environnementale (respect du protocole de Kyoto,…). S’affichant également socialiste et aussi mondialiste, prônant une gouvernance mondiale (cf son livre « Démocratie Monde »), il a néanmoins bel et bien favorisé la mondialisation dérégulée, sans tenir compte des méfaits des subventions à l’exportation (production du coton aux Etats-Unis, surproduction agricole européenne revendue à bas prix à l’Afrique,…) qui ont tué l’agriculture vivrière de pays pauvres et mis fin à leur autosuffisance alimentaire (voir cet article du Monde). Pascal Lamy multiplie pourtant les interventions qui semblent démontrer qu’il a pris conscience des dérives de ce capitalisme mondialisé dérégulé, comme le cite récemment le journal Libération dans cet article : «Depuis quelques années, je m’interroge sur les racines culturelles et anthropologiques du capitalisme de marché, qui est intrinsèquement injuste et stresse toujours plus les ressources humaines et naturelles »,… «Il faut tirer des leçons de la crise et analyser en profondeur ce capitalisme pour trouver des alternatives. Il faut que des sciences telles l’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie y contribuent.» ;

3- Jean-Claude Trichet, président de la BCE (Banque Centrale Européenne), longtemps contesté pour sa politique autonome (indépendante des Etats de l’Union et de la Commission européenne), centrée sur la lutte contre l’inflation et pour une discipline du respect des critères de Maastricht, parfois au dépens du développement économique et de la croissance dans l’Union ; sa gestion de la crise financière lui a finalement donné raison et il a obtenu une reconnaissance unanime de la majorité des Etats et des économistes sur sa compétence, sa réactivité, sa responsabilité et l’efficacité de la gestion de son institution. Ce poste est clé dans la période actuelle de crise de l’Europe, de la dette publique devenue insupportable dans des pays de la zone euro comme la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, du risque d’explosion de l’euro alors que les spreads de taux d’intérêt s’écartent fortement entre différents pays de la zone et que les critères de Maastricht ne sont plus respectés ;

4- Enfin, Nicolas Sarkozy, président de la république française, s’apprête à présider le G20 pour un an, alors même que le monde est entré depuis 2007 dans une zone de forte turbulence, touché par la crise financière mondiale la plus grave depuis 1929, déclenchant une récession et une grave crise économique en occident, alors que les pays émergents, notamment la Chine, l’Inde, le Brésil, maintiennent un taux de croissance honorable et gagnent des parts de marché dans le monde, de même qu’une légitimité pour peser dans la gouvernance mondiale. Nicolas Sarkozy devra cependant prendre conscience que présider le G20, c’est « coordonner » les discussions et les décisions, accueillir les dirigeants et organiser les réunions, et non « commander » le monde.

 

Quatre Français à la tête de quatre institutions clés. Cela marquera-t-il une empreinte de la France dans la gouvernance mondiale ? La France des droits de l’homme, la France des valeurs républicaines, la France qui résiste à l’oppression, la France révolutionnaire, la France qui a été co-fondatrice de l’Europe, d’une démarche coopérative, la France reine de la diplomatie … Sans doute, à condition qu’elle sache s’effacer en tant que « France » et ne pas afficher une forme d’arrogance et de condescendance qui agace dans les milieux internationaux.

24/11/2007

"De l'origine des inégalités croissantes parmi les hommes" : réponse à François Bayrou (partie 1)

Article assez long (25 pages) dont ce texte est la première partie. Ci-joint l'article entier pour les courageux lecteurs.Moteur d'une socit de justice V3.pdf

b8cc456612c2075838574f1fe593d67e.jpg

1         La grande question de civilisationbfde2ef0f1951e167d5255d329a17889.jpg

En octobre 2007, sur les ondes de radio et de télévision, ainsi que dans le numéro 119 de la revue Commentaire, François Bayrou fait le constat suivant :

« Ce qui a triomphé, à la surface de la planète, c’est non pas le libéralisme stricto sensu mais le principe d’inégalité croissante. L’inégalité croissante a été acceptée et choisie … à partir du succès économique américain, comme moteur du développement des sociétés. Il est vrai que ce moteur a été, dans l’ordre matériel, infiniment puissant, … interdisant progressivement toute redistribution par l’effacement des frontières, notamment fiscales, proscrivant cette redistribution … puisque rien n’est plus facile aux riches que de changer de pays » … Pour François Bayrou « ce principe d’inégalité croissante … heurte les valeurs fondamentales de notre civilisation ». « Quand la réussite personnelle se mesure seulement à l’aune de la réussite matérielle et financière, la société a changé de nature. Pour dire vrai, elle n’est plus société, association, vie en compagnonnage, elle devient collection de solitudes et de compétitions individuelles. » Selon François Bayrou, c’est l’enrichissement personnel (enrichissement matériel), l’argent, le culte de l’argent en tant que valeur dominante motivant les hommes et la société, qui est actuellement le moteur de nos sociétés et qui a engendré ces inégalités croissantes, associé au fait que la mondialisation rend la redistribution inopérante. Par ailleurs, le modèle alternatif socialo-communiste qui s’appuie sur une centralisation dirigiste du pouvoir et des moyens de production par l’Etat en vue d’une distribution égalitaire des richesses, a échoué. Partant de ce constat, François Bayrou pose une question fondamentale : « Nous visons une société de justice, ce doit être l’objectif de notre civilisation. Mais quel peut être le moteur d’une société de justice ? » Autrement dit renversons l’équation en fixant un résultat souhaité (supposant l’adhésion à cet objectif) pour trouver la ou les variables permettant d’arriver à ce résultat. Quel doit être le nouveau modèle, et comment motiver les hommes, les entreprises, les collectivités, afin d’engendrer naturellement une société de justice, de confiance, d’égalité des chances et ainsi réduire les inégalités ? Nous proposons d’étudier cette question. Cette analyse pourra paraître à certains déconcertante et originale, dans la mesure où elle sort des études habituellement réalisées, limitées au registre social, économique et financier, essayant de comprendre plus profondément les racines psychologiques et biologiques de l’attachement que l’homme et la société ont dévolu à l’argent et comment nos sociétés sont devenues matérialistes et sources de développement des inégalités. En ce sens notre démarche relève d’une approche philosophique plutôt qu’économique. En comprenant mieux la source de ces maux, ce qui sous-tend le modèle actuel de nos sociétés, il sera plus facile d’en proposer un autre, de définir et mettre en place un nouveau « moteur ».

Mais avant de réfléchir au « moteur », à ses éléments constitutifs et à son carburant, aux interactions entre la motivation de l’homme, son moteur individuel, et celle de la société des hommes, un moteur collectif, attestons tout d’abord le constat fait par François Bayrou sur les inégalités croissantes de nos sociétés et analysons les causes profondes et  le « moteur » actuel qui les a engendrées et les perpétue.

2         Le constat : une société d’inégalités croissantes

La démocratie et le libre-échange étaient ensemble porteurs d’une promesse d’épanouissement de l’individu et de son confort, ainsi que de réduction des inégalités. Tout le discours économique est basé sur la recherche à tout prix de la croissance, de la valeur ajoutée globale, du PIB (Produit Intérieur Brut), par pays et globalement.

La production et donc la richesse globale, représentées par le PIB, ont connu dans le monde une croissance moyenne de 2,5% par an depuis 25 ans et de 5% par an environ depuis 2004 et malgré la dispersion du taux selon les pays, toujours positive.

 


Evolution de la croissance économique selon la zone géographique (source : IMF, avril 2006)

Evolution et projection de la croissance économique selon la zone géographique
Zone 2004 2005 2006* 2007*
Pays industriels 3,3 % 2,7 % 3,0 % 2,8 %
dont Etats-Unis 4,2 % 3,5 % 3,4 % 3,3 %
Zone euro 2,1 % 1,3 % 2,0 % 1,9 %
Japon 2,3 % 2,7 % 2,8 % 2,1 %
Nouveaux pays industrialisés asiatiques 5,8 % 4,6 % 5,2 % 4,5 %
Autres pays émergents et pays en développement 7,6 % 7,2 % 6,9 % 6,6 %
dont Afrique 5,5 % 5,2 % 5,7 % 5,5 %
Europe centrale et orientale 6,5 % 5,3 % 5,2 % 4,8 %
Communauté des Etats Indépendants 8,4 % 6,5 % 6,0 % 6,1 %
Chine 10,1 % 9,9 % 9,5 % 9,0 %
Inde 8,1 % 8,3 % 7,3 % 7,0 %
Moyen-Orient 5,4 % 5,9 % 5,7 % 5,4 %
Brésil 4,9 % 2,3 % 3,5 % 3,5 %
Mexique 4,2 % 3,0 % 3,5 % 3,1 %
Monde 5,3 % 4,8 % 4,9 % 4,7 %

* estimations

Mais il faudrait attacher une égale importance à d’autres indicateurs, notamment le  PIB/habitant moyen, ainsi que sa dispersion dans les catégories de population (riches vs pauvres), ainsi que l’évolution du rapport entre les revenus du dernier décile (10% de la population la plus riche) et ceux du premier décile (10% de la population la plus pauvre).

On devrait aussi réfléchir à de nouveaux indicateurs permettant de mesurer un « Bonheur Intérieur Brut », le « BIB », plutôt que le PIB…Ce sera l’objet d’une autre étude !

 Or que constate-t-on ? Les inégalités se sont effectivement accrues, les écarts se sont creusés, notamment en terme de revenus et de niveau de vie dans chaque continent, dans chaque pays, dans le monde (Nord/sud).

De surcroît, on constate qu’elles acquièrent une permanence et même une accentuation par le phénomène de l’héritage, de la transmission du patrimoine des plus riches à leurs enfants, ces derniers bénéficiant d’avantages fiscaux sur l’actionnariat, les plus-values, comparés aux revenus salariaux, et ayant recours à des outils financiers ad hoc et aux paradis fiscaux pour préserver leur trésor et même le soustraire aux obligations fiscales.

Les études récentes attestent le constat d’inégalités croissantes, entre nations et au sein même des pays, entravant les progrès dans de nombreux domaines (voir notamment le rapport du PNUD publié fin 2006 et le rapport 2006 de la Banque Mondiale). Quelques chiffres pour illustrer le propos :

-          20% de la population détient 90% des richesses mondiales,

-          Entre 1970 et 1985, le PIB mondial a augmenté de 40%. C’est le cas en France d’ailleurs. Au cours des 30 dernières années, la France est devenue 2 à 3 fois plus riche qu’elle n’était, selon cet indicateur mesurant la production de richesse. Mais le nombre des pauvres c’est accru considérablement. Dans plus d’une centaine de pays, le revenu par habitant est aujourd’hui plus bas qu’il n’était il y a quinze ans. Près de 1,6 milliards d’individus, déjà en situation de pauvreté, vivent plus mal qu’au début des années 1980.

-          Près de 3 milliards d’individus sur la planète vivent en dessous du seuil de pauvreté (2 $ par jour), soit 40%. Leur nombre s’est accru de 36% depuis 1981. 50% des travailleurs de la planète en font partie.

-          1,1 milliards, soit un sixième, vit dans l’extrême pauvreté (moins de 1 $ par jour). 3% de plus qu’en 1981.

-          En Afrique, le taux de population en situation d’extrême pauvreté est passé de 41,6% en 1981 à 46,9% en 2001. Compte tenu de la croissance démographique, cela veut dire que le nombre d’Africains vivant dans l’extrême pauvreté a presque doublé, passant de 164 millions à 316 millions de personnes. 1 personne sur 3 souffre de faim chronique en Afrique subsaharienne.

-          Le rapport entre les 10% des pays les plus riches (revenu par habitant >29 000$, 18 pays dont la France est le 17ème) et les 10% des pays les plus pauvres (<1800 $, 30 pays dont 27 en Afrique sub-saharienne), est passé de 23,9 en 1995 à 33,5 en 2004. Autrement dit, un habitant du groupe des 18 pays les plus riches est 33,5 fois plus riche qu’un habitant moyen du groupe des 30 pays les plus pauvres.

-          Par ailleurs, à l’intérieur des pays, les inégalités se sont également creusées :

o        Dans les pays riches, les inégalités de salaires se sont accrues depuis 25 ans. En fait, toute la richesse créée dans ces pays a été captée par une tranche étroite de la population, les revenus médians étant stagnants alors que les revenus des 0,1% des plus riches augmentent en flèche. Le rapport entre le salaire des 10% les mieux payés et celui des 10% les moins bien payés a augmenté de 14% dans l’OCDE. Mais les inégalités sont restées stables en France et au Japon, selon les données officielles, hors revenus du patrimoine et en écarts relatifs. Si on en tenait compte, on observerait une hausse des inégalités en France, car ceux-ci progressent rapidement et sont très majoritairement détenus par les catégories les plus aisées. En observant les mêmes statistiques sur des franges plus extrêmes, les quintiles (5%) ou les centiles (1%), le rapport est de plus en plus élevé.
D’après une étude de l’Ecole d’économie de Paris portant sur la période 1998-2006, dont Libération a publié les résultats le 29 juin 2007, 1% des Français les plus riches ont vu leurs revenus augmenter de 19%, 0,1% des plus riches de 32% et 0,01% des plus fortunés de 42,5%. Alors que l’Insee, qui mesurait l’écart entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres attestait une réduction du fossé depuis les années 70 jusqu’en 2000 où la tendance commence à s’inverser.
Un autre indicateur : la pauvreté des enfants a augmenté dans les pays riches (pour 17 des 24 pays de l’OCDE) entre 1991 et 2000.

o        Les inégalités internes aux pays se sont plus accrues dans les pays à forte flexibilité du droit du travail et à moindre protection sociale, comme les pays anglo-saxons (Grande Bretagne et Etats-Unis) que dans des pays comme la France où le droit du travail, le SMIC, protège les salariés.

o        Les Etats-Unis sont l’un des pays les plus riches de la planète, mais aussi, parmi ceux-ci, l’un de ceux où les inégalités sont les plus fortes. Depuis plus de deux décennies, les inégalités économiques se creusent : les plus riches ont connu dans les années 1980 et surtout dans les années 1990 une période de rapide croissance de leurs revenus et de leur patrimoine, tandis que la classe moyenne et les pauvres n’ont bénéficié pendant la même période que de faibles gains. Depuis 1980, en effet, la croissance des revenus des familles est presque totalement concentrée sur les 5 pourcents les plus élevés de l’échelle des revenus : en termes réels, le quintile le plus pauvre gagne aujourd’hui à peine plus qu’en 1980, tandis que les 5% des familles les plus aisées ont vu leurs revenus doubler. Parmi les bénéficiaires de cet accroissement de revenus, se trouvent en particulier les dirigeants d’entreprises dont la rémunération (au sens large : salaire de base, bonus, actions attribuées, profit réalisé lors de l’exercice des stock-options, contributions aux assurances-santé et retraite…) a augmenté de plus de 300% entre 1990 et 2001. A l’opposé, le salaire minimum fédéral n’a progressé que de 35% pendant la même période, passant de 3,8 $ à 5,15 $ par heure, sans changement en termes de pouvoir d’achat.
 Si on considère la mesure scientifique des inégalités de revenu utilisant l'indice de Gini, celui-ci valait 0.45 pour les Etats-Unis en 2004, alors qu'il était de 0.267 en 2002 pour la France (dernière valeur connue d'après l'INSEE). Les inégalités de revenu sont bien plus fortes aux Etats-Unis qu'en France et le phénomène va en s’amplifiant.

o        En Chine, entre 1983 et 2004, on est passé d’un rapport de 6 à 15 (comme aux Etats-Unis !) entre le revenu moyen des 10% les plus riches et celui des 10% des plus pauvres. D’après les chiffres de la Banque Mondiale, le différentiel de revenus, entre les 20% les plus riches et les 20% les plus pauvres, est passé de 6,5 en 1990 à 10,6 en 2001, ce qui fait de la Chine le pays le plus inégalitaire de toute l’Asie. Depuis 2001, ce processus s’est clairement poursuivi. Par ailleurs, entre 1990 et 2001, la part des richesses nationales détenue par les 10% les plus riches est passée de 24,6 à 33,1%.

L’accroissement global des richesses et du niveau de vie, que l’on met plus volontiers en exergue, a masqué ces effets d’inégalités croissantes. On ne peut nier les progrès globalement réalisés : en un demi siècle, l’espérance de vie est passée dans le monde en développement de 41 à 64 ans, la part de population n’ayant pas accès à l’eau potable est tombée de 65 à 20%, la mortalité infantile a été réduite de moitié et l’analphabétisme a baissé de 52 à 26%.

Conclusion :

Nous sommes dans un monde globalement plus riche dans lequel il y a plus de pauvres, où les riches sont plus riches et où les pauvres sont plus pauvres.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu