Avertir le modérateur

24/07/2010

Liliane Bettencourt répondra-t-elle à l'appel lancé par Bill Gates et Warren Buffett ?

Bill Gates et Warren Buffett ont lancé un appel en juin dernier intitulé "Promesse de don" envers leurs camarades milliardaires, comme le relatent cet article ou celui-là.



Ils invitent les 400 plus grandes fortunes des États-Unis à donner la moitié de leur fortune, soit aujourd’hui soit au seuil de leur mort, à des œuvres caritatives. Décidée lors d’un dîner avec le maire de New-York Michael Bloomberg et l’animatrice de télévision Oprah Winfrey, l’opération pourrait rapporter 600 milliards de dollars si toutes les personnes concernées y participent.

Je cite l'un de ces articles, "d'après Bill Gates et Warren Buffett, un tel geste, s’il se concrétisait, changerait radicalement la face de la philanthropie. Déjà très impliqué dans le domaine caritatif à travers la Fondation Bill et Melinda Gates qu’il dirige avec son épouse, le fondateur de Microsoft propose que la barre des 50% ne soit qu’un "palier". Selon le magazine Forbes, Bill Gates et Warren Buffett occupent respectivement la deuxième et la troisième place dans le classement des personnes les plus fortunées au monde."

Buffet promet même de donner 99% de sa fortune qui s’élève à 50 milliards de dollars, dépassant largement les 50% préconisés !

"Le magazine Fortune révèle également que d’autres couples de millionnaires ou milliardaires ont adhéré au projet lancé par Bill Gates et Warren Buffett. Eli Broad, le cofondateur de la société d’immobilier Kaufman & Broad, et son épouse Edy, ou encore l’ancien patron de Cisco Systems John Morgridge et son épouse Tashia ont eux aussi promis de faire don de la moitié de leur fortune. Selon le spécialiste des comportements des milliardaires, Matthew Miller, sur CTV News (21/06), ils veulent par ces actes que l’on parle d’eux comme de grands humanistes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils ont de bonnes chances d’être suivis : les milliardaires sont souvent obsédés par leur image et la "Promesse de Don" pourrait apparaître pour nombre d’entre eux comme une opportunité à ne pas laisser passer."

Alors, pourquoi pas Liliane Bettencourt ?

Cette solution aurait plusieurs avantages :
- faire du bien à de nombreuses personnes en souffrance pour de bonnes et nobles causes,
- laisser à la postérité, plutôt que le souvenir d'une protagoniste d'un sordide scandale d'Etat, l'image d'une grande dame généreuse qui aux côtés de milliardaires humanistes, lancerait une "mode" de l'altruisme, qui démultiplierait les émules et substituerait au modèle de la réussite par l'argent et de l'affichage des richesses celui d'un altruisme éclairé,
- faire cesser les disputes entre les héritiers potentiels de la fortune.

Relayez le billet (celui-là, pas celui des enveloppes de liquide !Langue tirée) et soutenez-le si vous adhérez à l'idée !

 

 

11/07/2010

L’actualité politique révèle que François Bayrou avait raison sur les abus de pouvoir

Ce dimanche matin François Bayrou était l’invité sur Europe1 au « Grand Rendez Vous Politique » de Jean-Pierre Elkabbach et de Bayrou-europe1-110710.jpgPatrick Cohen.

 

9782259208765.gifDécidément, le livre « Abus de Pouvoir » écrit l’an dernier par François Bayrou démontre que ce dernier avait raison sur tout, sur toutes ces dérives, sur le non respect de principes démocratiques et républicains, sur les conflits d’intérêt entre la sphère publique et la sphère privée, sur la politique mise au service des intérêts de quelques uns, des privilégiés, sur le verrouillage de la presse et des médias et combien il est heureux que se soit créée une presse indépendante sur Internet comme Mediapart, …

 

François Bayrou ne s’est pas trompé sur le diagnostic, sur les dérives, sur la racine du mal : l’introduction de l’argent dans la société en tant que valeur.

 

Dépassant les discussions habituelles de l’effervescence médiatique et du bouillonnement politique autour de cette affaire Woerth-Bettencourt-Sarkozy, la parole des uns contre celle des autres, les accusations personnelles, croyance ou non en l’honnêteté d’un homme politique, François Bayrou s’est exprimé sur la gravité de ce qui est à l’origine de cette affaire et qui exprime une crise profonde de la société et de la République, des institutions, une crise des valeurs de la société et de la démocratie française, une crise à la fois politique et morale.

 

Les Français ont besoin d’un gouvernement que l’on respecte et à l’abri de tout soupçon. Il faut d’urgence un sursaut républicain, sur cinq points :

1-     Le conflit d’intérêt entre les responsables publics et les intérêts privés. Ne pas autoriser les situations où le soupçon devient possible sur des responsables politiques censés défendre l’intérêt général alors qu’eux ou leurs proches bénéficient d’intérêts privés dépendant des décisions de ces responsables ;

2-     L’exigence d’indépendance réelle de la justice : nécessité de saisir un juge indépendant sur cette affaire Woerth-Bettencourt-Sarkozy ; l’intervention d’un procureur (Philippe Courroye), nommé par le président de la république contre l’avis du Conseil Supérieur de la Magistrature, [ndlr de surcroît juge et parti], en conflit avec le juge du tribunal de Nanterre (Isabelle Prévost-Desprez), est intenable ; de plus les auditions des témoins se font sans présence de leurs avocats, les procès verbaux divulgués dans la presse n’ont pu l’être qu’avec la complicité du procureur lui-même ou de la police,…

3-     L’injustice fiscale : la révélation concrète de ce que représente le bouclier fiscal : un remboursement de 30 millions d’euros à une milliardaire qui n’en avait pas besoin …

4-     Le problème de liberté et d’indépendance de la presse : le fait que ces scandales touchant l’intérêt public aient été révélés par une nouvelle presse libre, indépendante financièrement et publiant sur Internet, Mediapart, [ndlr de même que par Le Canard Enchaîné ou le journal Marianne] démontre qu’il est heureux et salutaire que cette presse existe, non soumise aux puissances financières ni à l’audiovisuel ou à la radio publics dont le président est nommé par le pouvoir ;

5-     L’opacité et les contournements du financement des partis politiques, la création de structures artificielles qui sont au service d’intérêts privés et non de partis [ou qui servent de manière illégale des partis] : il découvre qu’il existe environ 300 structures du même type que « l’association de financement de l’action politique de Eric Woerth ». Ceci est un détournement de l’esprit de la loi.

 

Sur le premier point, François Bayrou propose que soient prises concrètement deux mesures d’urgence :

1-     Une loi définissant et codifiant le conflit d’intérêt : les élus, les responsables politiques, doivent servir l’intérêt général et non des intérêts privés. Si par exemple un membre de leur famille proche occupe un poste ayant un intérêt financier, économique, qui pourrait dépendre d’une décision ou de l’action de ce responsable, il ne faut pas admettre cette situation ;

2-     La mise en place d’une autorité indépendante à laquelle on pourrait soumettre un conflit d’intérêt a priori, une commission pluraliste qui pourrait en juger et statuer. Idem pour la question du financement public.

 

Il faut faire la différence entre le « conflit d’intérêt », qui place le responsable politique dans une situation de soupçon, même s’il n’a pas l’intention d’être malhonnête, et « la prise illégale d’intérêt », bannie par la loi, qui n’est qu’une conséquence d’un conflit d’intérêt qui a permis ce délit.

 

Plutôt que réclamer la démission d’un homme ou de polémiquer sur la parole de l’un contre celle de l’autre et poursuivre dans les invectives, François Bayrou pose correctement le problème à la racine et propose des solutions claires. Le président de la république les suivra-t-il ? Rendez-vous demain soir sur France 2 pour écouter son allocution devant les Français …

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu