Avertir le modérateur

20/04/2011

La candidature Borloo face à Villepin et Bayrou est-elle crédible et utile ?

On peut sérieusement s’interroger sur l’utilité de la candidature Borloo, face aux candidats potentiels Bayrou et Villepin. Le phénomène Borloo va-t-il faire pchitt... ?

 

 

Jean-Louis Borloo est la récente vedette des médias, présenté pratiquement comme un héros, depuis son annonce de rupture avec l’UMP et son intention affichée d’être candidat à l’élection présidentielle 2012. Il est qualifié de « centriste » et aussi d’« écologiste », avec une « fibre sociale et humaniste», alors que les faits ne l’attestent pas vraiment :

- pendant neuf années, il a été ministre des gouvernements Chirac et Sarkozy sans jamais émettre de réserve sur la politique du gouvernement : bouclier fiscal et suppression des droits de succession, intégration du commandement de l’OTAN, discours de Dakar, Discours de Grenoble, réforme de l’audiovisuel public, affaire Tapie, affaire Bettencourt, affaire Pérol, affaire Epad/Jean Sarkozy, etc.

- il y a tout juste un mois, il rêvait encore d’être premier ministre de Nicolas Sarkozy, lui faisant allégeance, ayant pris soin de changer sa coiffure pour se faire une mine moins chiffonnée. S’il avait été nommé, il n’aurait bien sûr pas eu cette posture et cette annonce d’intérêt pour la candidature à la présidentielle ...

- il n’a jamais été écologiste, d’après l’écologiste Fabrice Nicolino, qui vient de publier « qui a tué l’écologie ? ». Ce dernier disait ce matin à la matinale de France Inter: « il est arrivé là par hasard en héritant du ministère de l’écologie, mais n’a jamais eu cette sensibilité », le Grenelle de l’environnement a été médiatisé mais a accouché d’une souris, le gouvernement n’ayant même pas mis en place la mesure phare que devait être la taxe carbone, mal ficelée. Capable de signer les autorisations d'exploration de gaz de schiste sans même consulter le premier ministre et de dire ensuite qu'il a manqué de vigilance, il démontre son inconscience écologique et son irresponsabilité. Et qu’a-t-il dit quand le gouvernement a décidé de supprimer une aide fiscale à l’investissement en panneaux photovoltaïques ?

- des belles paroles peu suivies d'actions, des promesses non tenues : par exemple l’échec du programme visant à faciliter l’accès à la propriété des gens modestes avait été lancé en 2005 par Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Cohésion sociale et du Logement du gouvernement Villepin. Six ans après, sur les 20.000 logements prévus, seuls 600 sont sortis de terre. Ces « maisons Borloo » annoncées à 100 000 euro, coûtent finalement 150 000 euros aux familles, qui se plaignent de malfaçon et doivent se pourvoir en justice, comme le relate cet article, ou celui-ci ou encore celui-là.

- Fibre sociale ? François Chérèque, secrétaire général de la CFDT s’exprime : «Je ne reconnais aucune fibre sociale à une personne qui ne s'est pas exprimée sur le blocage du dialogue social pendant six mois.» Ajoutant aussi : «Il était le ministre du travail quand il y a eu le CPE (Contrat de première embauche), donc on a l'habitude de M. Borloo, qui a un double discours, qui ne dit rien alors qu'il a des responsabilités.»

- Rappelons-nous aussi, avant son élection à la mairie de Valencienne, sa vie passée de riche avocat d’affaires spécialisé dans le droit des faillites et les reprises d’entreprises en difficulté (avec financement à effet de levier gagés sur les actifs) et notamment dix ans auprès de Bernard Tapie comme l’explique cet article de Martine orange,

- Enfin, si l’on regarde ceux qui grenouillent autour de lui, comme le décrit bien cet article du site Marianne2.fr, tout montre l’opportunisme, les combinaisons, de ceux dans son entourage, élus radicaux valoisiens ou du Nouveau Centre, qui cherchent à se positionner, à monnayer leurs suffrages, surfant au gré des sondages, jouant sur deux tableaux : prêts à se rallier à Sarkozy au 2ème tour ou éventuellement juste avant le 1er s’il a encore une chance et si leurs voix peuvent peser pour ne pas être responsables d’un « 21 avril à l’envers » PS face au FN, ou si le vent a vraiment tourné court pour Nicolas Sarkozy, espérer être devant N.Sarkozy et fédérer des voix de Villepin et de Bayrou pour atteindre le 1er tour.

- De plus, notons une complicité médiatique présentant des sondages en faveur de Borloo, qui paraît suspecte, comme si tout cela était organisé : "Borloo serait considéré par 37% des Français comme le meilleur candidat du centre, loin devant Hervé Morin (7%) mais au coude à coude avec François Bayrou (36%)", selon un sondage IFOP pour le JDD il y a une semaine". Or c'est Bayrou qui est le candidat légitime du centre pour les électeurs centristes : chez les sondés situés au centre, Bayrou est plébiscité à 53% contre 27% pour Borloo, car ce sont les sondés sympathisant de l'UMP et du FN qui plébiscitent Borloo !

La plupart des commentaires des internautes attestent qu’ils ne sont pas dupes, comme le relate cet article du Point ou encore les commentaires de l’article de Marianne2.fr.

Alors, même s’il fait le « mec sympa », populaire, plus social que Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo est-il crédible ?

S’il est encore à droite mais en désaccord avec la dérive droitière de l’UMP, en rupture avec Nicolas Sarkozy, souhaitant une politique plus républicaine et plus sociale, pourquoi ne pas rejoindre Dominique de Villepin, qui occupe déjà ce créneau ?

S’il se prétend du centre, alors il doit être indépendant, et de surcroît démocrate et humaniste,  alors pourquoi ne pas rejoindre François Bayrou ?

10/04/2011

Candidature Borloo face à Bayrou : encore une manipulation de sondage !

Bayrou_borloo.JPG

Le JDD vient de faire paraître un sondage fondé sur la question suivante : "Parmi les personnalités politiques suivantes, laquelle selon vous incarne le plus les idées et les valeurs du Centre ?"

Résultat affiché : Jean-Louis Borloo obtient 37% et François Bayrou 36 %.

Or si l’on regarde bien le détail des résultats du sondage, deux éléments sont à noter :

1- 1 % d'avance, c'est moins que la marge d'erreur du dit sondage (2,7 points).

2- Mais surtout, l'échantillon repose sur l'ensemble de l'électorat et non pas uniquement l'électorat centriste : on s'aperçoit alors dans le détail que François Bayrou arrive largement en tête (53%) chez les électeurs qui ont voté au centre en 2007, tandis que Jean-Louis Borloo est en net recul sur ce segment de la population (seulement 27%).

De même, les électeurs de Gauche sont 40 % à citer François Bayrou contre 33 % pour Borloo. En revanche, une part importante des électeurs de droite (41%) considèrent Borloo comme centriste : c'est ce qui lui permet sur la moyenne générale de la population sondée d'arriver d'une courte tête (sans être avérée avec 1%) devant François Bayrou.

Conclusion de ce sondage : les électeurs qui ont déjà voté et voteront au Centre, confortent bien François Bayrou dans sa position de leader centriste, tandis que l'UMP poursuit sa campagne de communication pour tenter de placer Borloo en voiture-balai des centristes pour la future campagne de Nicolas Sarkozy.

En juin 2010, nous avions déjà dénoncé une manipulation de sondage dans cet article :
OpinionWay et Le Figaro pris en flagrant délit de manipulation d’opinion sur le sondage donnant « Borloo devançant Bayrou »

Ainsi, la manipulation continue. N’oublions pas non plus qui sont les commanditaires et les diffuseurs (les actionnaires des entreprises de presse) de ces sondages. Rappelons-nous aussi le fameux rapport de la Cour des Comptes en 2009 qui dénonçait des irrégularités et des dépenses exhorbitantes injustifiées au sujet des sondages d’opinion commandés par l’Elysée (pages 11 et 12).

Enfin, en regardant la façon dont nous est présentée cette candidature probable de Jean-Louis Borloo, organisant une « alliance républicaine de centre-droit », il semble bien que ce soit une opération concertée avec l’Elysée et même orchestrée par Nicolas Sarkozy.

Acte 1 : Jean-Louis Borloo n’est pas nommé 1er ministre et quitte le gouvernement,

Acte 2 : La dérive droitière de l’UMP, privilégiant les thèmes sécuritaires et sur l’immigration, déjà lancée lors du discours de Grenoble, est confirmée lors des élections cantonales et suite aux diverses déclarations de Claude Guéant, ministre de l’intérieur.

Acte 3 : la stratégie s’avère catastrophique : elle profite au Front National, conduit à un échec cuisant de l’UMP aux élections cantonales. Des sondages alarmants montrent que le candidat Sarkozy risque de ne pas atteindre le 1er tour des élections présidentielles, avec un scénario de « 21 avril inversé » où Marine Le Pen pourrait atteindre le 1er tour face au candidat du PS. Peur dans le camp de la majorité, crainte des députés pour leur prochain mandat aux législatives … Ce qui divise le clan de la majorité présidentielle, au sein de l’UMP en deux.

Acte 4 : à la veille des élections présidentielles, alors que Nicolas Sarkozy, candidat « naturel » de l’UMP, cherche à tout prix à éviter les candidatures concurrentes pour optimiser les voix du 1er tour, la stratégie ne tient plus. Les « centre-droit » seront à nouveau tentés par la candidature Bayrou ou Villepin si ce dernier se présente encore.

Acte 5 : Jean-Louis Borloo, invité de Arlette Chabot à l’émission « A vous de juger », annonce sa soi-disant émancipation de l’UMP, ainsi que de sa probable candidature à l’élection présidentielle pour représenter « l’aile gaulliste et humaniste de la droite et du centre-droit ».

Les médias et la presse cherchent à démontrer, par les réactions des ténors de l’UMP, que Jean-Louis Borloo fait ainsi trembler l’UMP en divisant la majorité, concentrant ainsi sur cette candidature les électeurs déçus de Sarkozy.

Or, « Borloo divorce de l'UMP mais y reste financièrement lié » ! Tout est résumé dans le titre de cet article du Monde le 8 avril. Pourquoi Nicolas Sarkozy accepte-t-il ainsi de continuer à financer un soi-disant concurrent si ce n’est parce qu’il est convenu d’avance un ralliement en sa faveur ? Cela dit, Jean-Louis Borloo pourra toujours trouver une source de financement, notamment auprès de son grand ami Bernard Tapie, donc aux dépens du contribuable source de son argent, pour financer sa campagne en faveur finalement de celle de Sarkozy !

Voici le futur dénouement de la pièce : les sondages nous montreront par tous les moyens que Borloo dépasse Bayrou, pour convaincre ce dernier de rallier un rassemblement du centre conquérant. Dans tous les cas de figure, Jean-Louis Borloo a très probablement prévu de ne se maintenir avant le 1er tour qu’à condition que les sondages le fasse atteindre le 1er tour. Dans l’autre cas, il se désistera en faveur de Nicolas Sarkozy pour ne pas diviser la droite.

Mais les voix n’appartiennent pas aux candidats … Si Dominique de Villepin et François Bayrou se maintiennent, les électeurs sauront reporter leurs voix ailleurs que sur la candidature Sarkozy !

Un autre scénario est possible : que réunies, les voix de Borloo+Bayrou permettent aux centristes (ceux du centre-droit et les vrais centristes indépendants) d'atteindre le 1er tour face au PS. Dans ce cas, Borloo et Bayrou pourraient faire un deal : celui des deux qui recueille le plus de voix dans les sondages avant le 1er tour serait le candidat de ce rassemblement. Mais à condition que les sondages ne soient pas trop manipulés ... Chiche !

12/06/2010

OpinionWay et Le Figaro pris en flagrant délit de manipulation d’opinion sur le sondage donnant « Borloo devançant Bayrou »

L’AFP vient d’émettre cette dépêche intitulée « Borloo meilleur candidat du centre, juste devant Bayrou, selon un sondage Opinionway », sondage réalisé pour le Politoscope du Figaro à paraître vendredi. L’information est déjà aussi relayée par un article sur lefigaro.fr, très orienté et que beaucoup d’internautes ont suspecté, de même qu’ils ne font absolument plus crédit à OpinionWay, « officine de l’Elysée et de l’UMP », comme en témoignent leurs commentaires (si d’ici là la direction du Figaro n’a pas décidé de les supprimer. J’en garde copie au cas où …). Un bref examen des résultats du sondage démontre qu’ils n’ont pas tort.

Ces articles nous disent que « Jean-Louis Borloo serait un bon candidat au centre au premier tour de la présidentielle de 2012 pour 30% des Français, juste devant François Bayrou (29%) ».

1ère critique :  il n’y a que 1% d’écart entre les deux (30% contre 29%), alors que l’étude avertit en page 3, méthodologie, que le sondage doit être lu en tenant compte d’une mage d’incertitude de 2 à 3 points.

2ème critique : les commentaires sont présentés tous électorats confondus (p.7), ne disent pas comment se décomposent les sondés (voir P.8), or c’est fondamental de distinguer l’opinion des sympathisants du centre de celle de ceux qui ne voteront à priori pas pour le candidat du centre. Cette distinction est d’habitude systématiquement communiquée : Borloo et Morin obtiennent ainsi de très bons score des sympathisants UMP (45% et 28% respectivement contre 19% pour Bayrou, chiffres à peu équivalent chez les électeurs de N.Sarkozy). Alors que les sympathisants du centre (Modem et Nouveau Centre) donnent respectivement 93% et 31% pour Bayrou et 11% et 74% pour Hervé Morin. On voit aussi que parmi ceux qui préfèrent François Bayrou, 62% avaient déjà voté pour lui, 28% pour S.Royal, 31% pour autre gauche et seulement 16% pour N.Sarkozy.

3ème critique : p.8 est mentionné en note pour les sympathisants du Nouveau Centre « Attention, base faible », mention alertant pour un sondage qu’on n’a pas trouvé suffisamment de personnes dans l’échantillon pour que le chiffre soit significatif !

Autre élément très intéressant et non mentionné dans LeFigaro et non commenté dans la dépêche AFP :

64% des Français, presque 2 sur 3, souhaitent que François Bayrou et le Modem « ne nouent pas d’alliance et restent autonomes», une minorité partagée souhaitant une alliance à droite (16%) ou à gauche (18%). On retrouve cette proportion quelle que soit l’origine de l’électorat. Ces chiffres valident donc la stratégie d’indépendance défendue par François Bayrou. Il aurait été intéressant de le noter !

Nous avions constaté les mêmes travers dans l’interprétation du sondage OpinionWay publié le 19 mai 2010, donnant D.Strauss-Kahn comme le candidat préféré de la gauche pour 2012 (voir cet article du Figaro.fr) alors que la question ne portait pas sur le candidat préféré mais sur divers points (stature d’homme d’Etat, possibilité de battre Nicolas Sarkozy, points sur lesquels en effet il avait le meilleur score, contrairement à d’autres questions, notamment sur la préoccupation des problèmes des Français et sur les questions de compétence telles que sur l’emploi, la protection sociale et les inégalités, les retraites, l’éducation, l’environnement, où Martine Aubry le devance et l’égalise sur la croissance économique).

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu