Avertir le modérateur

15/06/2011

Faites entrer la GENERATION DEMOCRATE au Conseil national du MoDem !

CN GEGEM 4.JPG

L'élection des représentants franciliens au conseil national du Mouvement Démocrate a commencé et se déroule par Internet jusqu'au 24 juin 2011.

Les six listes en concurrence pour l’Ile de France partagent toutes les valeurs et le projet démocrate et humaniste de notre mouvement, ainsi que le soutien à son président François Bayrou. Cependant elles ont des profils et des sensibilités différentes, qu’il vous appartient d’apprécier, par les priorités mises en avant, par la manière de concevoir la mission des élus au Conseil national, ainsi que par la qualité et la représentativité des candidats présentés.

La liste Génération Démocrate, conduite par Christophe Grébert et Christelle Carcone,  rassemble des militants engagés dans les 8 départements d'Ile-de-France :

- pour beaucoup élus dans leur ville (Christophe Grébert à Puteaux, Jean-François Vigier maire de Bures-sur-Yvette, Pierre Creuzet à Nanterre, Fabienne Gambiez à Issy-les-Moulineaux, Michèle Houssin à Chatoux, Tiziana Zumbo Vital à Saint-Ouen, Cécile Déniard à Villejuif, …), anciens candidats aux élections et/ou responsables de sections locales (moi-même, Claire Vigeant à Paris,),

- plusieurs très actifs dans les commissions de travail dont deux responsables de commission (Sylvain Canet à la commission éducation et Nicolas Meary à la commission économie/croissance-emploi, moi-même contribuant beaucoup aussi à la commission économie, ainsi qu’Alain Dolium),

- deux présidents des Jeunes Démocrates dans leur département (Antoine Carette pour le 94 et Flavien Bazenet pour le 78),

- certains particulièrement actifs sur le terrain associatif (Alain Dolium avec le lancement de « Echelle Humaine », expériences innovantes dans le développement économique des PME, l’éducation et l’aménagement du territoire),

- des fidèles de notre mouvement déjà du temps de l’UDF, qui ont été attachés parlementaires et membres du cabinet de François Bayrou (Christelle Carcone et Maud Gatel),

- enfin des personnes qui sont des porte-voix par leur visibilité au travers de leurs actions novatrices, de leur participation à des débats publics et de leur forte présence dans les médias et sur Internet, comme Alain Dolium, Christophe Grébert, membre de Anticor et qui mène avec brio le combat à Puteaux contre un clan UMP « dur » et a lancé avec succès la pétition contre la nomination de Jean Sarkozy à l’EPAD (plus de 100 000 signatures), moi-même y participant aussi en faisant porter la voix du MoDem sur la blogosphère et dans des débats thématiques.

- représentants tous une variété d’expériences et de compétences.

Pourquoi suis-je candidate sur cette liste et vous recommande de la soutenir ?

Génération Démocrate, avec deux conseillers nationaux sortants (Jean-François Vigier et Pierrre Creuzet), met en avant des profils de renouvellement, apporte un nouveau souffle, de la jeunesse, des idées neuves et aussi de l’expérience.

Elle a pour ambition d’être un porte-voix efficace de la réflexion et l’action des militants, de libérer les capacités de chacun, de faire naître et de relayer des propositions pertinentes, voire impertinentes. Il faut aussi que notre mouvement soit plus écouté, plus entendu et nos candidats sont un relais de transmission de cette voix, dans les réseaux, sur Internet, dans les médias. La situation très préoccupante du pays impose à notre mouvement une capacité sans faille à relayer les initiatives purement politiques mais aussi associatives cultivées sur le terrain local, afin de disposer d’un socle structurant, cohérent et crédible au projet de société qui sera porté par François Bayrou et son équipe dirigeante en 2012.

Enfin, la liste Génération démocrate veut être garante de la réflexion et l’action en circuit ouvert. Pour nous il importe tout autant de travailler avec les sympathisants, les adhérents qu'avec la société civile et les réseaux portés sur des intérêts catégoriels afin d’accroître notre valeur ajoutée politique au sein du Conseil National.


Pour participer, il faut être à jour de cotisation 2011 ( ré-adhésion ici avant de voter par internet). Lien pour voter (en utilisant ses codes d'accès reçus par Internet) : https://consultation.mouvementdemocrate.fr

Notre site ( http://generationdemocrate.lesdemocrates.fr)pour y lire notre profession de foi (en PJ), la présentation des candidats et la composition de notre liste

Chaque voix va compter : 1 siège devrait représenter une trentaine de voix. Je suis en position éligible (8ème position) si notre liste recueille au moins 25% des voix. Mon département, le Val de Marne, est particulièrement bien représenté sur cette liste (Alain Dolium, Christelle Carcone bien que récemment passée au 75, moi-même, Antoine Carette et Cécile Déniard).

Nous comptons sur vous !

Marie-Anne Kraft

(VP du MoDem 94, Resp.section de Saint-Maur, Commission Economie,

activités associatives Anticor, Pauvreté et Politique, AdiAFP)

GeDem.jpgCN GEGEM Logo long.JPG

26/06/2010

Position du Mouvement Démocrate sur la réforme des retraites

 Modem logo2.JPG

Position du Mouvement Démocrate sur la réforme des retraites

Résolution du Conseil National du Mouvement Démocrate

Adoptée le 26 juin 2010

 

 

1- La réforme des retraites est vitale et ne saurait être différée.

Il s’agit de la première des trois réformes que nous devons concevoir pour la France, retraites, santé et dépendance, finances publiques. Soutenir devant les Français cette démarche réformiste, c’est un acte de courage nécessaire. Si la France ne réussissait pas à conclure cette réforme, à la rendre humainement acceptable par tous, ou si la réforme était insuffisante, alors le pays se trouverait en danger.

 

2- Avant tout, la réforme des retraites doit s’accompagner d’une conquête de la production et donc d’une reconquête du travail tant en nombre d’emplois qu’en qualité du travail.

L’absence d’une réflexion et d’une politique compréhensibles par les Français sur une stratégie industrielle, agricole, agro-alimentaire, des services, ou touristique, de notre pays se fait cruellement sentir. Si l’activité productrice de la nation est trop faible pour créer de l’emploi, pour les jeunes autant que pour les seniors, alors toutes les réformes échoueront.

 

3- Cependant, pour sauver les retraites par répartition, la réforme ne peut éviter de répondre au défi démographique.

C’est le rapport déséquilibré entre le nombre des actifs et le nombre des pensionnés qui crée l’urgence. Le nombre des actifs ne cesse de baisser, notamment, c’est vrai, en raison de l’actuelle crise économique. Le nombre des pensionnés ne cesse d’augmenter, sous l’influence de la longévité, du dispositif « carrières longues » et de l’arrivée à l’âge de la retraite des générations de l’après-guerre.

 

4- Nous considérons qu’il est raisonnable de faire glisser progressivement l’âge légal à partir duquel on peut faire valoir ses droits à la retraite de 60 à 62 ans.

Si on choisissait de ne jouer que sur l’augmentation de la durée de cotisation, on créerait une situation dans laquelle tous les Français qui ont fait des études, tous ceux qui ont eu des carrières incomplètes seraient condamnés à ne pouvoir partir à la retraite que dans la zone des 70 ans ! Pour tous ceux qui seraient contraints de partir à la retraite avant cet âge, ce serait des retraites réduites, des pensions insuffisantes.

 

5- Trois conditions de justice doivent être satisfaites pour que la réforme soit acceptable par les Français.

La première, c’est l’ouverture d’une retraite plus précoce pour les salariés entrés dans la vie professionnelle très tôt. Sous réserve d’expertise, la proposition de maintenir l’âge de 60 ans pour les carrières longues (entrée dans la vie professionnelle avant 18 ans) nous paraît raisonnable.

 

6- La proposition liant la reconnaissance de la pénibilité à unei nvalidité constatée de 20 % donnant lieu de surcroît au versement d’une rente pour maladie professionnelle ou accident de travail n’est pas recevable.

Pour nous, la pénibilité doit être prise en compte, à l’image des accidents du travail, par une caisse autonome, alimentée par les entreprises au prorata des risques qu’elles font encourir à leurs salariés ce qui entraînera une évolution vers des parcours professionnels diversifiés et les incitera à augmenter la prévention.

 

7- La volonté de déplacer de 65 à 67 ans l’âge du départ à la retraite sans pénalisation pour les carrières incomplètes est inacceptable ! 62 ans oui, 67 ans non !

Ce sont les salariés les plus fragiles, les femmes qui ont commencé ou recommencé à travailler après avoir élevé des enfants, les petits salaires qui ont « galéré » qui se trouvent ici en cause. Cette décision repose d’ailleurs sur un artifice comptable : quand elles font valoir leurs droits à la retraite un très grand nombre de ces personnes ne travaillent plus ; elles sont au chômage, en fin de droits, aux minima sociaux ou sans ressources. Ce sont donc les caisses chômage ou les budgets sociaux qui doivent assumer la charge de leurs ressources.

 

8- Manque dans la proposition du gouvernement une orientation de justice très attendue des Français : l’égalité devant la retraite.

L’unification des régimes de retraite doit lever les injustices si profondément ressenties par nos compatriotes : régimes spéciaux ; fonctionnaires par rapport aux salariés du privé ; travailleurs indépendants ; parlementaires ; retraites « chapeau ». Ces avantages plus ou moins secrets ou discrets font régner un sentiment de profonde injustice. Seule une unification, prenant en compte les droits acquis dans le passé mais donnant à tous les mêmes règles pour l’avenir permettra de corriger les injustices et mettre fin aux privilèges. Nous croyons que la transparence généralisée, l’individualisation des droits, la connaissance de ces droits à tout moment de la carrière, le libre choix de la retraite à partir d’un âge légal, la simplification des régimes entraînant des gains de gestion, « retraite par points », ou par compte individualisé, doivent être

l’horizon proche de nos systèmes de retraite.

 

9- Enfin, l’équilibre financier à court terme des régimes de retraite n’est pour nous ni acquis ni même approché par les timides décisions annoncées. Cet équilibre financier demeure pour nous une très lourde préoccupation.

En particulier « l’augmentation » de 1 % (de 40 à 41 % !) de la tranche la plus élevée de l’impôt sur le revenu nous paraît purement cosmétique. On ne résoudra pas le problème par des expédients comme ceux qui sont envisagés, épuisant en quelques années le Fonds de réserve des retraites qui devait être réservé aux générations d’après-guerre. Les efforts qui

doivent être demandés, doivent l’être de manière durable et juste, proportionnée aux moyens réels de chacun et mettre à contribution des revenus, en particulier financiers, aujourd’hui en grande partie exonérés.

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu