Avertir le modérateur

01/11/2010

« La Grande Régression » (Jacques Généreux) : décryptage (1ère partie)

Enfin un livre traitant globalement du modèle de société et même de notre civilisation !

41Cq2CgOaxL._SL500_AA300_.jpg

jacques-genereux.1178477426.jpgPar cet essai remarquablement argumenté et documenté, sous une rétrospective historique ainsi que le récent éclairage de la dernière crise financière devenue économique, Jacques Généreux dresse un constat implacable sur les dérives et la perversité du système capitaliste néolibéral dans la mondialisation, un système destructeur tant socialement que sur le plan écologique, voire de l’espèce humaine. Il explique en quoi de manière systémique, structurelle, la logique de ce système, basée sur le « pouvoir du capital » inscrit dans un contexte de libre-échange généralisé au niveau mondial, où règne la loi du plus fort à la recherche du profit à court terme, finalement la course au moins-disant fiscal, social, environnemental, nous entraîne inéluctablement vers plus d’inégalités, de misère sociale, de destruction de l’environnement, de délitement du lien social, pour le plus grand malheur de tous, … et au profit d’une minorité dominatrice.

Ce modèle économique dominant, marqueur de la civilisation occidentale qui s’est imposé aux Etats-Unis puis à l’Europe, au monde, et qui est maintenant adopté aussi par les pays émergents, notamment par la Chine, a pris son essor dans les années 1980 aux Etats-Unis et en Grande Bretagne avec les conservateurs néolibéraux (ère Reagan/Thatcher) et s’est particulièrement imposé suite à la chute du mur de Berlin (1989) et de l’URSS, renforcé encore par les gouvernements démocrates et travaillistes (Clinton/Blair et même en France avec des gouvernements socialistes, avec D.Strauss-Kahn et Laurent Fabius notamment) qui ont poursuivi les politiques de dérégulation financière, de privatisation, de libre circulation des capitaux dans la mondialisation, de mise en place des stock-options défiscalisés ...

Le système capitaliste, qui devait après la seconde guerre mondiale et pendant les trente glorieuses s’adapter à la société, à ses contraintes sociales et à son modèle républicain basé notamment en France sur un socle de services publics et de protection sociale, a opéré alors un renversement dans le modèle, devenant dominant et décidant désormais d’adapter les exigences sociales et l’intérêt général aux marchés, acceptant finalement que l’intérêt général soit asservi à la libre compétition des intérêts privés, devenu un dogme. Et alors, tout s’est accéléré, généralisé, selon un processus paraissant irréversible.

Jacques Généreux bat en brèche quelques fausses idées martelées par les défenseurs de ce modèle et même par ceux qui le déplorent mais se sentent obligés d’y souscrire, capitulant devant leurs arguments, notamment :

1- Les Etats sont devenus impuissants face à la mondialisation, aux délocalisations. L’économie l’emporte sur le politique ;

2- Toute politique fiscalement défavorable aux riches ou trop régulatrice va faire fuir les riches du pays ainsi que leurs investissements dans nos entreprises, donc nos emplois.

Sur le premier, il oppose trois contre arguments, auxquels j’ajoute moi-même du sel :

- Les Etats, loin d’être impuissants, ont eux-mêmes favorisé ce système, en faisant voter les lois qui ont permis la généralisation de la dérégulation financière, de la primauté de la concurrence sans barrière, au mépris du dumping social et écologique des pays émergents. Les organismes internationaux comme l’OMC et le FMI, ainsi que la Commission européenne, ont œuvré dans ce sens avec le consensus des Etats dominants.

- La puissance publique n’est pas en elle-même mise en cause, mais plutôt la privatisation de la puissance publique, sa mise au service d’intérêts privés, qui se sont immiscés dans les intérêts de l’Etat, puissances financières qui disposent d’un pouvoir médiatique et donc jouent sur l’opinion publique, manipulent les esprits et orientent les politiques, tout en étant pour certaines « en affaires » avec l’Etat.

- L’Etat, censé représenter les citoyens et défendre l’intérêt général, manque à sa fonction en trompant les citoyens. Les gouvernements ont mis en œuvre des dispositions que les citoyens n’ont jamais souhaitées où pour lesquelles ils n’ont pas été consultés. Pire, ils sont consultés et le gouvernement fait l’inverse (non au référendum sur l’Europe en 2005 puis vote par le Parlement sans consultation citoyenne du traité de Lisbonne). Les citoyens, dupés, découragés, désertent de plus en plus les urnes, démobilisés …

Sur le second, la menace de fuite des riches investisseurs vers d’autres paradis (à laquelle j’ajoute également les miens) :

- ce n’est pas parce que l’investisseur ne réside plus en France que ses investissements sortent des entreprises françaises. La France reste un pays attractif pour les capitaux étrangers (elle oscille entre la deuxième et la quatrième place mondiale dans les destinations préférées par les investisseurs, comme rappelé page 96). Seule change la fiscalité appliquée au ressortissant, en fonction de son pays de résidence. Alors oui, la France pourrait avoir à renoncer à des impôts payés par les riches sur leurs revenus si ces derniers partent … Mais partiront-ils vraiment ? La vie en France les retient souvent aussi pour leur famille, leur cadre de vie, leur région etc.

- si les riches partent, voire même une partie de leurs investissements, qui seront remplacés par d’autres, rien ne dit que les emplois partiront aussi. Ces derniers dépendent de la localisation de la production, qui elle-même est conditionnée par la concurrence étrangère notamment sur le coût de main d’œuvre locale, mais ne sont pas fonction du pays de résidence de l’actionnaire …

- de plus il est maintenant prouvé, mis au grand jour notamment par l’affaire Bettencourt, que la France est finalement déjà un paradis fiscal pour les riches : en logeant leurs revenus mobiliers (dividendes sur actions) dans une holding quasiment non imposée sur les bénéfices (1,6% tout au plus), ils ne sont imposés que sur leurs dépenses, ce que cette société leurs verse pour vivre et payer l’entretien de leur patrimoine. Ainsi, Liliane Bettencourt ne paie que 9% de ses revenus réels, grâce à ce dispositif, doublé du bouclier fiscal, malgré l’ISF qui du coup plafonne. On découvre que la fiscalité française est plus avantageuse que la fiscalité suisse !

Sur ces points, mon diagnostic converge avec celui de Jacques Généreux. Cependant, alors que lui dénonce la perversité intrinsèque du système « capitaliste », du pouvoir exorbitant du capital, des détenteurs de capitaux, les riches capitalistes érigés en une caste dominante, je serais plus nuancée en discernant les points suivants :

1- ce n’est pas le mode de fonctionnement qui est en soi à critiquer, ni tous les « détenteurs de capitaux », mais à mon avis un certain fonctionnement dévoyé du capitalisme qui est le « capitalisme financier », déconnecté de l’économie réelle, poursuivant uniquement la maximisation du profit à court terme au détriment de l’utilité sociale ou de la durabilité de l’entreprise.

2- C’est aussi le culte de l’argent, du profit, érigé en priorité et même en valeur de reconnaissance sociale, de symbole du pouvoir et de la réussite, qui est une « maladie sociale ». Si les hommes s’intéressaient moins à l’argent et aux valeurs matérielles, elles mêmes sans cesse valorisées par les médias, les jeux télévisés etc., pour se tourner vers d’autres valeurs plus spirituelles, plus humaines, le moteur du modèle serait différent. Or ceci est une question d’éducation, de responsabilité et de conscience citoyenne, individuelle, personnelle, ainsi que de politique sociale culturelle et éducative.

3- Il faut aussi s’intéresser aux détenteurs de capitaux : qui sont-ils et quelles sont leurs motivations ? Ce ne sont pas en majorité des grandes fortunes ni même des « capitalistes » (qui cherchent à dominer par leur pouvoir sur le capital), mais, pour les sociétés cotées, des fonds de pension, des investisseurs institutionnels, qui placent des primes d’assurance, les économies des épargnants, souvent de classes moyennes, qui défendent leurs intérêts en réclamant certes des rentabilités les plus élevées possibles ou en tout cas le meilleur rapport rentabilité/risque/liquidité de leur capital, face à cette concurrence. Parfois, les détenteurs de capitaux sont les clients de l’entreprise (mutuelles d’assurances ou bancaires) ou les salariés/producteurs (coopératives), et pour les TPE ou PME non cotées les créateurs d’entreprises, les entrepreneurs. Dans ce cas les intérêts des clients, des salariés, de l’entrepreneur ou du producteur sont pris en compte dans les décisions de l’actionnaire puisqu’ils sont partie prenante. Signalons notamment que le système bancaire et d’assurance français est très fortement mutualisé et pourtant, les investisseurs institutionnels et les banques sont très critiqués dans leur comportement profiteur et prédateur. Par exemple, le Crédit Agricole est à la base un réseau mutualiste de Caisses locales regroupées en Caisses régionales partageant des services communs et investissant dans des filiales communes de services spécialisés, dont des services de banque d’investissement et de marché (CA-CIB), de même que BPCE (Fusion des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires qui ont une filiale commune, Natixis, spécialisée dans les marchés). Ces groupes ont monté une structure capitalistique qui garantit plus de 50% du capital et la majorité de vote aux actionnaires principaux, aux caisses locales, elles-mêmes détenues par les clients, et ont en même temps utilisé la bourse, au travers un véhicule coté, pour lever des fonds d’investisseurs sur les marchés afin d’accompagner leur croissance avec un effet de levier. On peut constater que malgré la structure garantissant une représentation des actionnaires initiaux, eux-mêmes représentant les clients, les décisions prises ont favorisé le développement d’activités risquées et même spéculatives, occasionnant des pertes importantes lors de la dernière crise, sans doute plus par inconscience des risques pris.

4- La détention du capital par l’Etat, par des acteurs publics, ne garantit pas forcément une défense de l’intérêt public, notamment si l’Etat est dirigé par une oligarchie elle-même compromise avec des intérêts privés ou des intérêts politiques électoraux, elle peut conduire à la même gabegie, comme on l’a vu avec le scandale du Crédit Lyonnais, utilisé comme un outil de banque industrie par un gouvernement socialiste, qui sous pression d’élus locaux ou d’autres intérêts privés (Bernard Tapie par exemple, ou MGM,…) a accordé de multiples prêts ou fait de multiples investissements qui se sont avérés pourris. Au final c’est le contribuable qui paie les frais de ces mauvaises décisions.

De plus, alors que l’auteur s’oppose au traité de constitution européenne au motif qu’il favorise cette dé régularisation et cette libre concurrence dans la mondialisation, je dirais qu’il faut distinguer d’une part le traité constitutionnel sur le mode de fonctionnement et de gouvernance permettant d’assurer une meilleure démocratie, de meilleurs processus décisionnels à 27 pays, d’autre part le contenu de la politique européenne, de sa politique commerciale communautaire et à ses frontières. Malheureusement une certaine ambiguïté demeurait sans doute dans ce traité …J’étais favorable au traité pour régler le premier point, sans lequel il est impossible de conduire une politique d’harmonisation fiscale et sociale, un véritable gouvernement économique. L’Europe évolue et les pays européens tirent des leçons de ces crises et des effets pervers de la mondialisation. Le renforcement de l’Europe doit être un outil pour orienter la mondialisation, améliorer la régulation, établir un « protectionnisme raisonné et équitable » aux frontières en imposant aux pays importateurs des normes sociales et environnementales, en taxant ceux qui ne respectent pas un niveau minimum. Ce n’est donc pas à mon avis parce que la Commission européenne a jusqu’ici érigé la libre concurrence en dogme aveugle qu’il faut se détourner de l’Europe, bien au contraire ! Il faut la renforcer en la réorientant vers plus de coopération et de défense des intérêts généraux, des biens publics, vers plus de justice. Dans la mondialisation, l’Union fait la force.

 

Après nous avoir livré un diagnostic et une critique implacable du modèle économique et social basé sur le capitalisme néolibéral et une pseudo démocratie où les gouvernements se paient la tête des citoyens, Jacques Généreux propose de suivre quatre axes de réforme (page 131) :

1- Abolir le pouvoir exorbitant des gestionnaires de capitaux et partager le pouvoir entre tous les acteurs de la production (détenteurs de capitaux +entrepreneur +salariés +collectivités locales) ;
=> plus facile à dire qu’à faire. Ne vaut-il mieux pas inciter les entreprises à évoluer vers des structures plus coopératives et mutualistes, en incluant les clients, les consommateurs des produits ou services dispensés, tout en garantissant la représentativité syndicale des salariés et une gouvernance d’entreprise transparente et démocratique, avec une incitation réglementaire et fiscale ?

2- Eriger le financement de l’économie en bien public réglementé, produit ou encadré par des institutions financières publiques ;
=> la détention publique du capital n’est pas une garantie, que ce soit pour une entreprise ou pour une banque, comme le montre le scandale du Crédit Lyonnais ou le cas de la Chine avec ses SOE (State Owned Enterprises). Je suis plutôt favorable aux structures mutualistes, avec interdiction de l’activité pour compte propre (trading spéculatif) sans pour autant interdire de faire des opérations de marchés pour compte de clientèle, au service de leur économie réelle, si possible en utilisant les marchés organisés prémunissant du risque de contrepartie, ou en séparant capitalistiquement les activités bancaires commerciales de dépôts/crédits à la clientèle d’un côté et les activités de marchés et d’investissement de l’autre.

3- Adopter une politique de revenus réduisant fortement les inégalités et autorisant chaque citoyen à vivre décemment de son travail ;
=> Oui, mettons des bornes aux écarts de salaires et une répartition équitable des gains de productivité, des profits, entre les partenaires de la production. Mais si on a fait évoluer la gouvernance de l’entreprise avec un partage du pouvoir, les actionnaires majoritaires étant les acteurs de production, cette décision relève d’eux-mêmes.

4- Refonder les relations économiques internationales sur la coopération solidaire des peuples au sein d’instances de réglementation des échanges et de stabilisation des taux de change.
=> Oui, mais en renforçant l’Europe, pas contre l’Europe … et en organisant le monde par grandes régions homogènes en termes de niveaux de vie, de protection sociale, de culture, qui devraient s’imposer une autosuffisance alimentaire, une localisation minimum de production agro-alimentaire et énergétique, un partage de l’eau et de certaines ressources vitales de matières premières considérées comme biens publics, un minimum d’échanges intra-communautaire (de l’ordre de 80% comme le préconisait Maurice Allais), et en acceptant au niveau mondial un « protectionnisme raisonné et équitable » entre ces grandes régions, en mettant fin au pillage des ressources de l’Afrique qui ne bénéficie pas aux populations, au rachat massif des terres arables d’Afrique par certains pays qui pratiquent ainsi une nouvelle forme de colonisation en en chassant les populations indigènes, en créant une monnaie mondiale alternative au dollar, qui pourrait fonctionner sur le modèle de l’ancien ECU (panier de monnaie) et servant de monnaie d’échange et de réserve,…

Jacques Généreux semble aussi croire que cette domination du monde, de l’économie et des Etats, est volontairement organisée, orchestrée, par quelques puissances financières, par une minorité de capitalistes fortunés et désireux de poursuivre et d’étendre leur pouvoir vampire et prédateur sur le dos de la misère humaine. Je ne crois pas pour ma part à une théorie du complot, de domination par un rapport de force volontairement destructeur. De plus, ce sentiment incite à se faire justicier en provoquant des réactions violentes, en invitant à stigmatiser certaines professions, à couper des têtes, à brûler les banquiers comme on brûlait les sorcières, …Comme dans le cas des conflits d’intérêts, qui mettent en situation de générer une prise illégale d’intérêt, un système complètement dérégulé dans la mondialisation, avec de surcroît persistance des paradis fiscaux, érigeant la recherche du profit avant tout sous faible exigence sociale, laisse forcément la porte ouverte à des dérives, au moins disant fiscal et social, sans que ce résultat ait forcément été voulu par les acteurs qui en ont profité. Je pense que la réinstauration dans le système d’un pacte social et républicain comme il y a eu après guerre en France, en Europe, aux Etats-Unis, de normes communes sociales et environnementales, de forte régulation financière, de limitation de la spéculation et d’interdiction des paradis fiscaux, d’encadrement très strict des hedge funds, de mise en commun de certains biens publics concernant l’eau, l’énergie et de certaines ressources en matières premières, sont plutôt la solution. Tout en reprenant le problème sur le plan des valeurs, par l’éducation, le dialogue, le débat citoyen, l’éveil de la population au civisme, à la conscience et à la responsabilité citoyenne. Privilégier la relation humaine et le progrès humain (comme le dit d’ailleurs Jacques Généreux) plutôt que l’appât du gain, les valeurs matérielles, d’excès de consommation et d’apparence, des marques, du look, du vedettariat et du star-system.

 

… A suivre prochainement (partie 2)

11/04/2010

Réchauffement+Pollution+Dette+retraites+chômage : un cocktail explosif

 

 

Nous sommes conscients des épées de Damoclès pointées aux dessus de nos têtes, mais c'est la concomitance de l'imminente menace de ces épées qui risque de déclencher une bombe :

 

 

 

301375499.JPG

 

 


-         Celle du réchauffement climatique qui oblige préventivement à investir dans de nouvelles énergies durables, non émettrice de CO2, en économie d’énergie,

-         Celle de l’atteinte à l’environnement et à la biodiversité, qui oblige à investir aussi dans la protection de l’environnement, dans une agriculture durable et non agressive pour l’environnement, plus biologique et faisant moins l’usage d’engrais chimiques et de pesticides, dans une gestion durable des ressources de la planète et de l’accès à l’eau.
Ces deux risques, de plus en plus conscientisés par la population mais jugés lointains, sont maintenant considérés de plus en plus rapprochés, toucheront nos propres enfants et petits enfants et commencent déjà à se concrétiser aujourd’hui par des perturbations, cyclones, inondations.

-         Celle de la dette publique, qui avait déjà atteint un niveau considérable en France, avec un coût de charge d’intérêt qui s’élevait déjà à 3% du PIB avant la crise (environ 50 milliards d’euros, équivalent à tout l’impôt sur le revenu), sans compter le nécessaire remboursement du capital (ce qui équivaut à obérer 3% de croissance, car cet argent aurait pu être utilisé à autre chose ou à une réduction d’impôt). Le déficit public, qui atteignait 3%, limite maximale autorisée par le traité de Maastricht, a atteint 7,5% en 2009 et va atteindre 8% en 2010, pour descendre à 6% en 2011, 4,6 en 2012 et 3% en 2013. Or la dette publique, qui était de 1250 milliards avant la crise fin 2007, à atteint 77,6% du PIB en 2009, est estimée à 1500 milliards fin 2010, du fait de l’accroissement du déficit dû en partie à la crise du fait du plan de relance et de la baisse des recettes en impôt, suite à la dégradation de la situation des entreprises et des ménages, et en partie au creusement devenu endémique du déficit de fonctionnement, de la dette sociale (et encore, le déficit public devrait être de 20 milliards de plus et la dette de la Sécurité Sociale très diminuée si l’Etat daignait rembourser ce qu’il doit à la Sécurité Sociale …). Il faut donc logiquement s’attendre à une hausse notable de la charge financière des intérêts sur cette dette de 20% à niveau égal de taux, soit une charge financière de 3,6% (en fait ce calcul est simplifié car la dette a été contractée par des emprunts publics sous forme d’OAT et de bons du Trésor de différentes durées à différents taux et leur renouvellement dépend de l’échéancier des tombées d’emprunt, ce qu’on peut calculer précisément en ayant toutes les information sur le site de l’AFT (Agence France Trésor). Cependant, les taux ayant été relativement bas les dix dernières années, en ce moment à 3,40% pour les OAT 10 ans, cette hypothèse est optimiste. Les taux peuvent à tout moment remonter, comme on le voit pour la Grèce, si le risque souverain augmente, renchérissant le coût de la nouvelle dette, tout en dépréciant la valeur de l’ancienne dette à taux plus faible … Pour que cette dépréciation se concrétise en baisse de la dette, il faut rembourser cette dernière par anticipation. Mais s’il est nécessaire de réemprunter, même moins grâce à la plus value, à un taux plus élevé, la charge financière annuelle à court terme augmente …

-         Celle des retraites, gros dossier à venir du gouvernement, qui fera l’objet en 2010 d’une réforme importante. En 1970, on comptait 3 cotisants pour un retraité. Ce ratio est tombé à 1,9 cette année et continue sa chute. En 2040, il devrait être compris entre 1,3 et 1,7. Le montant moyen de la retraite était de 1288 euros par mois fin 2004 (1617 euros pour les hommes et 782 euros pour les femmes). En l’absence de réforme, les taux de remplacements nets des prélèvements sociaux (retraites en % du dernier salaire) vont se dégrader. Dans l’hypothèse d’un retraite à 65 ans pour une carrière continue de 40 ans, ce taux passerait, entre 2003 et 2050, de 83,6% à 73,5% pour un non-cadre du privé, de 64,1% à 53,2% pour un cadre du privé, mais de 68,7% à 69,2% pour un fonctionnaire territorial. Pour sauver le régime par répartition actuel financé par les cotisations, sur la base de l’évolution démographique subie (nombre d’actifs/nombre de retraités), nous savons qu’il faut jouer sur trois paramètres : le niveau des cotisations, le niveau des reversions de retraites et la durée des cotisations (donc l’âge de départ à la retraite compte tenu du vieillissement de la population). Sachant qu’on peut envisager de nouveaux paramètres : de nouvelles sources de financement (TVA sociale, taxe sur le capital), une politique d’immigration ou d’incitation forte à la natalité pour augmenter le nombre d’actifs (à condition qu’ils aient du travail !). L’équation est imparable, implacable. Les solutions préconisées de retraites par point, engendrent de la souplesse au dispositif, permettant à chacun de choisir ses propres paramètres, mais en subissant de toute manière l’équation. Quant au système de retraite par capitalisation, système anglo-saxon qui suppose un fonctionnement assis sur des capitaux considérables gérés par les fonds de pension investis en bourse, en actions et en obligations, il n’assure par une solidarité intergénérationnelle, étant plus dans une logique du chacun-pour-soi. Il comporte aussi des risques de dégradation des pensions suite à la chute des bourses (les retraités américains ont vu leurs pensions se dégrader de 20 à 40% suite à la crise financière), subit de la même manière un risque démographique comme l’on démontré des économistes (le rachat des parts aux retraités liquidant leur pension par moins d’actifs faisant baisser les prix d’achat) et nous interroge sur le modèle de société qu’il implique. En effet, l’exigence de forte rentabilité des fonds propres, dit ROE (Return On Equity), la forte pression des actionnaires sur les grandes entreprises et sur les banques pour atteindre des taux de rentabilité irréalistes (de l’ordre de 15% alors que la croissance de l’économie n’était que de 5% pendant les 10 et même 20 dernières années, surtout dans cet environnement concurrentiel des marchés financiers) proviennent surtout des fonds de pension qui gèrent l’épargne des assurés, des retraités et des futurs retraités, plus encore en termes d’enjeux que les actionnaires fortunés des entreprises. Les fonds de pension détiennent 15% de la richesse mondiale en 2006, les investisseurs étrangers, majoritairement des fonds de pension, détiennent 50% des actions du CAC40 (voir cet article) ainsi que 42% du patrimoine immobilier d’entreprise en France (voir cet article) et 40% du patrimoine immobilier parisien !

-         Et enfin celle du chômage et de la récession, qui s’aggravent fortement avec la crise, le taux de chômage atteignant un niveau de 10% en Europe et en France. Comme je l’avais estimé dans un article l’an dernier sur le bilan financier mondial de la crise, qui pointait sur les conséquences de la crise, extrapolait des chiffrages, une baisse de 1 point de croissance se traduit en une perte de recettes publique d’environ 0,5 points, aggravant le déficit public d’autant. Comme le décrivent une étude de Natixis et une étude récente du Pôle emploi reprenant les chiffres de l’Insee, après une croissance de 2,4% en 2006 et de 2,3% en 2007 (avant la crise financière), devenue quasi-nulle en 2008 (+0,3%), l’année 2009 restera dans les mémoires comme une année noire en terme d’activité.  le PIB s’est en effet contracté de 2,2%, soit la plus forte récession enregistrée depuis l’après-guerre. Les destructions d’emplois devraient se poursuivre tout au long de 2010, permettant d’estimer une croissance de 1,6% en 2010 et de 1,4% en 2011.

-         il y a même une 6ème épée de Damoclès : celle du vieillissement de la population, pesant gravement non seulement sur les retraites mais aussi sur l'assurance maladie. Les progrès considérables de la médecine ont permis d'allonger la vie mais pas forcément de rester en bonne santé dans la dernière étape du 4ème âge : Alzheimer, diabète, cancer, maladies cardio-vasculaires ... Comme le montre une étude sur l'impact du vieillissement sur les dépenses de santé, la consommation de soins est maximale dans les deux années qui précèdent la mort quel que soit l’âge du malade et dépasse souvent le coût de santé de la personne sur la totalité de sa vie précédent ces deux années ! les sujets âgés de 78 ans ou 79 ans en 2000 dépensaient deux fois plus qu’un patient du même âge en 1992.  La logique malthusienne voyait une régulation naturelle d'une surpopulation face aux ressources alimentaires, par les guerres et les épidémies. Est-ce que de nouvelles pandémies (grippe, ...) ou une généralisation de l'eutanasie volontaire (on se rappelle du roman de science fiction "Soleil Vert" ...) donneront raison à Malthus ?

 

Ce dont nous devons maintenant prendre conscience, c’est de la concomitance imminente de ces risques, qui non seulement convergent au même moment dans les prochaines années, mais aussi de la réaction en chaîne, tel dans un réacteur nucléaire, entre ces risques, du fait de leur interdépendance :

 

-         plus de chômage et récession, allant aussi avec stagnation des salaires, c’est moins de recettes fiscales, donc plus de déficit et plus de dette, et moins de cotisations pour les retraites. Le chômage des seniors est aussi incompatible avec la prétendue solution de prolongation de l'âge de la retraite ou des durées de cotisation, qui se traduira au mieux en transfert de déficit entre la caisse des retraites et la caisse du Pôle Emploi ...

-         plus de déficit public, c’est plus d’impôts sur les générations futures actives si la croissance n’est pas au rendez-vous,

-         une augmentation des cotisations retraites sur les générations futures sera-t-elle soutenable en même temps qu’une augmentation des impôts, de surcroît dus aux générations précédentes qui ont vécu à crédit, finançant des dépenses de fonctionnement, leurs déficits sociaux, par de la dette ? La révolte des jeunes risque de se retourner contre leurs parents, contre les retraités, dégénérant en conflit entre générations …

-         l’augmentation du déficit entretient l’augmentation de la dette et donc de la charge financière de la dette et donc, du déficit,… Le piège infernal se referme sur nous. L’Etat emprunte déjà pour rembourser les intérêts de sa dette. Effet boule de neige, comme celui de la pyramide de Ponzi pratiqué par Bernard Madoff .

-         plus d’investissements dans le développement durable et la protection de l’environnement permettrait de générer des emplois et de contribuer à la croissance, mais au prix d’un accroissement de la dette pour financer cet investissement, donc de la charge financière de la dette et des impôts futurs. Ce coût additionnel sera-t-il compensé par la croissance générée par ces nouveaux emplois ? Il faut absolument en faire d’avance le calcul et en connaître la rentabilité escomptée à la fois dans le court terme et à long terme.

 

Si nous sommes entrés dans la crise économique qui a suivi la crise financière, ce n’est rien à côté de ce que nous allons vivre dans les prochaines années. Nous allons probablement entrer dans une très grave crise sociale. L’étincelle qui peut déclencher l’explosion pourrait être une brutale remontée des taux d’intérêt, notamment dans la continuité de la crise de la dette publique grecque qui risque de contaminer d’autres pays européens comme le Portugal, l’Espagne, la France, sans oublier la Grande Bretagne. Le déficit public s’aggravant brutalement et les marchés financiers exigeant des garanties au risque d’augmenter encore les taux d’intérêt exigés sur la dette souveraine, il faudra payer. Arrivera-t-on à faire payer les riches et dans quelle proportion ? Les classes moyennes et plus défavorisées vont forcément souffrir et se rebeller fortement contre les riches, contre les injustices sociales, de même que les jeunes contre les vieux.

 

Les hommes politiques en responsabilité et les partis politiques vont-il oser dire la vérité aux Français et proposer des plans d’actions concrets ? Pour le moment cette vérité, qui n’est pas bonne à dire sous peine de démoraliser les Français, sourd insidieusement mais n’est pas encore franchement avouée et ceux qui l’annoncent, comme François Bayrou ou Jacques Attali, sont montrés comme les Cassandre, voir des populistes attisant les peurs.

 

Les discours politiques sont actuellement dérisoires, axés sur les luttes de clans, sur les questions d’alliances, de droitisation de la droite, de gauchisation de la gauche, d’explosion du ou des centres … François Bayrou, depuis les élections présidentielles, est sans doute l’homme politique qui avait eu la meilleure vision prospective de cette concomitance des dérives de la financiarisation de l’économie, de la dette et du déficit public, de la menace sur les retraites, du report insoutenable de ces problèmes sur les générations futures, du devoir de dire la vérité aux Français, de la nécessité d’une prochaine unité nationale de toutes les forces politiques afin de résoudre ces questions non clan contre clan mais tous ensemble. Sa mise au ban actuelle du terrain de jeu politique par ses concurrents et par la sphère médiatique est-elle raisonnable et responsable ? Quand sera-t-il enfin écouté ? En tout cas, il va falloir du cran et du courage au futur président de la république, car ça ne va pas être de la tarte ! Qui aura encore envie d’être candidat en 2012 ?

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu