Avertir le modérateur

08/05/2011

François Bayrou au centre du débat sur Europe1

François Bayrou était l'invité de Jean-Pierre Elkkabach au  Grand Rendez-vous d'Europe 1 et du Parisien dimanche 8 mai 2011. Voir des extraits sur ce lien. Voici ses principales interventions, reclassées dans un ordre d'importance, différent de celui de l'interview :


Interrogé sur ses mesures fortes pour la France :
1- Produire en France. Dans un contexte où la France s'appauvrit de 5 milliards d'euros par mois, il est impossible de soutenir le modèle social français. Il faut reconquérir les domaines perdus. Si nous n'enrichissons pas le pays, nous ne créons pas d'emplois et tout le reste en dépend (chômage, retraites, intégration, banlieues, protection sociale,...). Il n'est pas vrai que la production ne dépende que du coût du travail et il y a des moyens de s'en sortir, notamment par l'automatisation de la production.
2- Rendre à la France la meilleure éducation du monde. Depuis le temps où j'ai été ministre de l'Education Nationale, nous avons perdu 14 places dans le classement international. Il est possible selon moi d'atteindre cet objectif en 5 ans.
3- Assurer une vie civique respectable et honorable, arrêter l'arbitraire. La fonction présidentielle ne doit pas être partisane, les responsables politiques doivent donner l'exemple et défendre des valeurs.


Réaction de François Bayrou à la mort de Ben Laden :
"
Obama a pris la bonne décision. Il a été de manière générale à la hauteur de sa fonction. Il a donné des Etats-Unis la meilleure image depuis longtemps. La première personne qui m'a parlé de BEn Laden fut Massoud en 2001, quand il est venu au Parlement européen pour nous alerter sur ce personnage, milliardaire financé par le trafic de drogue. C'était tellement incroyable qu'on n'y a pas vraiment prêté attention. Il avait raison. Le 9 septembre 2001, il était assassiné et deux jour après avait lieu l'attentat du 11 septembre. Ces deux événements étaient liés. Concernant les révoltes arabes, remarquez qu'on s'attendait à une reprise en main des fondamentalistes et en fait il n'en est rien, les peuples veulent avant tout la liberté et la démocratie et combattre la dictature et la corruption."

Interrogé sur "l'Europe" :
"Cela fait des années que l'Europe est absente et illisible, car on lui a donné des institutions incompréhensibles, qu'elle est trop éloignée des citoyens. Les choses sont devenues trop complexes, sans communication".
" Il est honteux de laisser l'Italie en 1ère ligne face aux migrants. Elle aurait dû conduire un plan d'aide aux pays d'origine et un plan d'accueil humanitaire"."Les déficits sont une menace qui fragilise tous les pays européens. La seule solution est d'exercer la solidarité. Chaque pays est une digue pour les autres".



Son avis sur "le Centre",  sur la volonté de JL Borloo de rassembler  les "centristes" :
"Le vrai centre n'est ni la gauche ni la droite. Arrêtons de vouloir à tout prix le classer d'un côté ou de l'autre. C'est comme si vous disiez sur le drapeau français bleu-blanc-rouge : le blanc est-il plus bleu ou plus rouge ?
Quand Hervé Morin dit "Nous voulons bâtir une 2ème droite", il a tout dit.  Borloo et Morin veulent défier l'UMP à l'intérieur de la majorité. Après avoir adulé Nicolas Sarkozy, avoir fait de la lèche pour garder ou obtenir des postes lorsque ce dernier avait la cote, ils se mettent à le rejeter, le critiquer, le mépriser quand il baisse dans les sondages et que les Français ce rendent compte de la réalité. Ce n'est PAS DU TOUT LE CENTRE !
"

A propos de la montée de l'extrême droite en France :

"La progression de l'extrême droite et des extrémismes en général est l'expression d'un symptôme et non une volonté de la société française. C'est là qu'on voit que ça va mal, que la population exprime son désarroi. Si leurs idées l'emportaient, si on sortait de l'euro, on irait au désastre et à la misère."



Sur la polémique des  quotas pour la sélection des joueurs dans le football et la mise en cause de Laurent Blanc :

" Je ne crois pas que Laurent Blanc soit raciste d'ailleurs dans les conveersations reportées il n'en est pas fait mention, il ne prononce pas le mot "quota". C'est un homme bien, équilibré, mesuré. Cette affaire intervient à la veille d'élections, il peut y avoir des enjeux, de la manipulation, je ne sais pas"."En tout cas cette affaire est révélatrice. Je suis opposé aux quotas, à tout ce qui stigmatise la couleur de peau, l'origine. L'extrémisme surfe sur cette vague. Les responsables doivent donner l'exemple, que ce soit les politiques, l'école. Même si je suis pour la séparation des pouvoirs, que le politique ne se mêle pas de la gestion de la FFF, sur ce sujet le ministère de tutelle doit rappeler à l'ordre".

Au sujet de la polémique sur la voiture de luxe utilisée par DSK :
"La campagne électorale fait feu de tout bois et notamment le moins honorable. Le niveau du débat n'est pas à l'honneur de ce que devrait être ce grand rendez-vous national. Cependant, il faut prendre très au sérieux l'impression qu'ont les citoyens qu'il y a une paroi de verre entre d'un côté les dirigeants, les élites, qui ont des privilèges,et de l'autre le peuple. Le président de la république n'est pas un citoyen "normal" car il doit avoir une vision à long terme et porter de grandes responsabilités, mais il doit néanmoins rester enraciné dans la vie des gens. "

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu