Avertir le modérateur

19/08/2010

Simulateur présidentielles 2012 : le centre peut l'emporter avec une alliance écologiste

Les résultats des prochaines élections présidentielles dépendront d'une part du nombre de candidats présents au 1er tour, notamment de l'éventuelle division de la droite ou de la gauche dès le 1er tour, d'autre part d'alliance potentielle de 2nd tour. J'ai réalisé un petit simulateur tout simple (sous excel) et fait quelques hypothèses, que l'on peut changer à loisir (ci-joint pour les joueurs et aussi pour ceux qui n'arrivent pas à visionner l'image ci-dessous).

Je pars de candidats potentiels ou de personnalités pas forcément candidates mais représentant une sensibilité à laquelle j'attache un score en % de voix exprimées Le Pen,Sarkozy,Villepin,Morin,Bayrou,Eva Joly,Strauss-Kahn,Royal,Aubry,Hamon,Mélenchon,Laurent,Besancenot.

Hypothèse 1 : Candidat unique UMP (sans Villepin) et alliance de 2nd tour de EE avec le PS

=> Le PS l'emporte contre l'UMP  à 54% contre 37% si abstention du MoDem et à 58,5% contre 41,5% si répartition 50-50 des voix du MoDem. 

Hypothèse 2 : alliance centre + droite républicaine sociale dès le 1er tour

=> Cette alliance de centre-droit peut devancer l'UMP (Sarkozy) dès le 1er tour (19% face à 18%) mais le PS l'emporte avec 54% des voix.

Hypothèse 3 : alliance centre élargie à EE

=> Le centre républicain-écolo est au 1er tour (28%) face au PS (30%) et l'emporte au second tour avec 56% contre 45% et au pire si l'extrême droite s'abstient à 46% contre 45%.

Hypothèse 4 : alliance centre très élargie avec écologistes et sociaux-démocrates du PS

=> Le centre social-démocrate-écolo est au 1er toutr (44%) face à l'UMP sarkozyste (18%) et l'emporte haut la main à 73% ou au pire à 58% si l'extr^me gauche s'abstient contre 27% pour l'UMP.

 

CONCLUSION :

- il y a une réelle probabilité d'échec de la candidature UMP et notamment deu candidat Sarkozy,

- plutôt que s'arc-bouter sur le bipolarisme droite-gauche, l'hypothèse du centre est plausible,

- sans pouvoir l'emporter en finale, les écologistes ont un réel pouvoir de challenge, permettant soit par un report au second tour de leur voix sur le centre ou le PS, soit par l'éventualité d'un rassemblement de 1er tour dans un centre élargi, de challenger la victoire du PS. Dans tous les cas, ils peuvent négocier par avance en faisant monter les enchères des postes de ministres et des places aux législatives, que ce soit avec le centre ou avec le PS, et faire durer le suspense jusqu'au bout ...

Simulateur2012.xls

Simulateur2012.xls

18/08/2010

Eva Joly : une icône médiatique pour un casting présidentiel ou une véritable présidentiable ?

Eva_Joly080609275.jpgCette semaine, nouveau bombardement médiatique sur Eva Joly, la nouvelle icône, l’égérie de Europe Ecologie, intéressée à la candidature aux élections présidentielles de 2012 comme elle vient de l’annoncer dans une interview au journal Sud-Ouest et encouragée par Daniel Cohn-Bendit : on parle d’elle comme d’une nouvelle star. Médiatisée par l’affaire Elf, connue pour son courage et son combat contre la corruption, puis débutante en politique (de même qu’en matière d’écologie) avec la percée des écologistes aux élections européennes, elle est accueillie en « guest star » dans les meetings d’Europe Ecologie. « Les militants ont été subjugués. Ça relève un peu de l'irrationnel », commente Patrick Farbiaz, membre du conseil national des Verts. C'est "l'effet Eva", s'amuse un militant Verts. « Ça ne tient pas la route mais elle cartonne. »

 

Cela ressemble plus au lancement d’un marque, à une opération marketing, à un coup d’essai pour tester l’opinion : portrait panégyrique dans Le Monde, dépêche AFP, articles dans Le Figaro, Le Parisien, 20minutes.fr, …

 

Cependant, une méfiance règne à son égard chez de nombreux militants et des représentants des Verts, qui lui reprochent son ego démesuré et un profil qui n’incarne pas le militantisme écologique, de même que son âge (66 ans, donc 68 en 2012 !). Or Les Verts sont la principale composante politique du « réseau » Europe Ecologie, qui rappelons-le n’est pas un parti ni une coopérative malgré l’image utilisée par Daniel Cohn-Bendit. Une méfiance également exprimée par le magistrat Philippe Bilger et par le faible retentissement de ces articles sur le Web.

 

De mon côté, je me méfie à la fois de la starisation d’une personne et des manipulations politiques qui font feu de tout bois. L’UMP cherche à diviser la gauche et le centre, affaiblir le PS et le MoDem en renforçant une candidature écologiste, tout en divisant entre eux les écologistes …

 

Je reconnais à Eva Joly son courage, son implication forte dans le combat contre la corruption, son charisme. Elle dénonce plus que quiconque les scandales d’Etat avec un fort retentissement. Elle prend son job de député européen au sérieux. Elle n’appartient pas à l’élite politique habituelle, sortie de l’ENA ou qui a fait carrière par le jeu électoral jusqu’à en dépendre financièrement. Sa motivation paraît authentique.

 

Mais certains aspects me gênent. Les critiques des Verts sur son ego, son manque d’expérience politique, son âge, sont justifiées, d’autant plus que la candidate Cécile Duflot, qui a fait ses preuves et incarne vraiment le combat écologique, est compétente et représente très bien son courant, sait en défendre les idées. Mais au-delà de ces critiques, je trouve qu’elle a un côté « inquiétant ». J’ai assisté à certains de ses discours qui m’ont mise très mal à l’aise : j’ai vu un auditoire fasciné, quasi hypnotisé, dans un silence religieux. A chaque fois, Eva Joly est dans la dénonciation et utilise un langage plus affectif et manichéen que raisonné, où il y a d’un côté les riches et puissants et de l’autre les faibles et les pauvres, l’énumération de multiples scandales, touchant toujours à l’éthique politique, aux paradis fiscaux et à la corruption, sujets dont elle est spécialiste. Mais tout est très confus, pas très construit, plus dans l’incantation que dans les propositions politiques de solutions et toujours sur un thème finalement très réduit et plutôt éloigné de l’écologie. Comme le décrit l’article du Monde : «  Avec ses diatribes sur les paradis fiscaux, sa dénonciation des "dégâts de la corruption qui sévit dans le Nord au détriment du Sud", Eva Joly fait toujours un tabac. Sans effet de tribune ni de discours enflammé, elle fait régner une écoute quasi religieuse dans les salles. "Ma petite musique à moi peut faire que nos idées passent", remarque-t-elle. »

 

Mais il faut rappeler qu’une candidature à une élection présidentielle n’est pas un simple casting, ni un lancement marketing de produit sur un marché. S’il est bon et même recommandable que le candidat ait une image irréprochable, une éthique, surtout en référence aux affaires dévoilées récemment qui touchent le gouvernement, il doit aussi avoir suffisamment d’expérience, de recul, ainsi qu’une vision globale pour la société, sur tous les aspects touchant à la conduite d’une nation. Il doit construire et rassembler.

 

Or un autre point qui me chiffonne, rapporté aussi par cet article du Monde : « Les anciens l'avaient vue arriver avec scepticisme, se défiant des accointances supposées de l'ex-magistrate avec François Bayrou. Elle balayait ça en assumant avoir été draguée par le président du MoDem mais en le taclant aussitôt : "Il n'a pas de programme", disait-elle de son regard bleu qui peut tout d'un coup prendre un éclat presque dur. »

 

Je peux vous dire que ce n’est pas le genre de François Bayrou de « draguer ». Par ailleurs il n’est pas vrai qu’il n’a pas de programme. Le Mouvement Démocrate a même formalisé avec experts et militants un projet humaniste assez complet résumé dans le livre orange, ce que n’a pas encore fait Europe Ecologie. Je sais aussi que c’est Eva Joly qui a approché François Bayrou en vue d’être tête de liste aux européennes et que ce dernier n’a pas pu lui assurer immédiatement une telle place, les candidatures devant être approuvées collectivement par le bureau exécutif et les listes confirmées démocratiquement par les adhérents. Eva Joly est donc allée voir Daniel Cohn-Bendit deux semaines après …

Cette attitude à l’égard de François Bayrou ne me paraît pas convenable et n’est pas rassembleuse. François Bayrou, lui, n’a pas fait publiquement de telles critiques à l’égard de Eva Joly malgré ces négociations électorales.

 

Ce qui ne m’empêche pas d’avoir un grand respect et une admiration pour cette grande figure, cette grande dame qu’est Eva Joly, comme j’en ai pour Simone Veil, également icône vénérée par les Français, malgré la déception que j’ai ressentie dans sa persistance à soutenir Nicolas Sarkozy malgré toutes ses dérives, ses atteintes aux valeurs républicaines et notamment sa dernière lors de son annonce de Grenoble !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu