Avertir le modérateur

31/05/2011

Echec scolaire des enfants d’immigrés : Bayrou a raison contre Guéant

Gueant-Bayrou.JPG

Dimanche dernier, Claude Guéant affirmait que "les deux tiers des échecs scolaires, c'est l'échec d'enfants d'immigrés", suscitant l'indignation du monde éducatif. Et mercredi, devant l'Assemblée nationale, il persistait avec d'autres chiffres, assurant que deux tiers des enfants d'immigrés sortent du système scolaire "sans diplôme". Voir cet article.

Le président du MoDem, François Bayrou, a tout de suite réagi dans un entretien au Parisien en qualifiant de "grossièrement faux" les chiffres avancés par Claude Guéant sur l'échec scolaire des enfants d'immigrés, reprochant au ministre de l'Intérieur d'"allumer une polémique nouvelle chaque jour" et ajoutant : "on sait bien qu'il y a davantage d'échec scolaire parmi les plus pauvres, ce n'est pas une raison pour mettre les plus pauvres en accusation!"

Lundi, Claude Guéant réplique à François Bayrou, en affirmant que ses chiffres sont exacts :

"Les chiffres que je cite sont rigou­reu­se­ment exacts, même s'ils ne sont pas plai­sants à entendre", débute-t-il dans cette lettre dont l'AFP a eu copie. Il cite "le rap­port de l'Insee sur les immi­grés en France (édition 2005)" (voir rapport entier ici) selon lequel "les enfants de familles immi­grées sortent presque deux fois plus sou­vent du sys­tème éduca­tif sans qualification".

"Cela revient stric­te­ment à ce que j'ai dit, à savoir que parmi les enfants qui sor­taient sans qua­li­fi­ca­tion de l'appareil sco­laire, les deux tiers étaient des enfants de familles immi­grées", pour­suit Claude Guéant.

Or justement, cela ne revient pas du tout à ce que Claude Guéant a dit. Ce dernier commet une grossière erreur de raisonnement (à moins que ce soit un sophisme volontaire) facilement démontrable (niveau primaire). Démonstration :

- La prétendue conclusion de l’Insee signifie que proportionnellement, le nombre d’enfants d’immigrés sans qualification (EISQ) sur le nombre total d’enfants d’immigrés (EI) est deux fois plus élevé que le nombre d’enfants non immigrés sans qualification (ENISQ) sur le nombre total d’enfants non immigrés (ENI) :

EISQ/EI = 2 x ENISQ/ENI

- Claude Guéant en conclut que « parmi les enfants sans qualification (ESQ), les deux tiers étaient des enfants de familles immigrées », donc les enfants d’immigrés sans qualification (EISQ) sont deux fois plus nombreux que les enfants de non immigrés sans qualification (ENISQ) :

EISQ = 2x ENISQ

La conclusion de Claude Guéant ne vérifierait l’équation prétendue vraie de l’Insee que dans le cas ou EI = ENI (nombre d’enfants d’immigrés = nombre d’enfants de non immigrés), ce qui est complètement faux !

On peut même démontrer, connaissant la proportion d’immigrés sur la population totale (7,4% d’après l’étude Insee à laquelle Claude Guéant fait référence), que EISQ=0,16x ENISQ, soit moins de 10 fois moins !

Si on considère en effet que la proportion d’enfants d’immigrés sur la population d’enfants totale est la même, 7,4% (elle est sans doute plus élevée, mais si elle l’est deux fois plus, cela doublera notre facteur au total, soit 0,3 environ, encore nettement inférieur au chiffre annoncé par Claude Guéant) :

EI = 7,4% x (EI+ENI) donc ENI = EI (1-7,4%)/7,4% donc ENI= 12,5135 EI

Si nous remplaçons ENI dans l’équation supposée vraie de l’Insee :

EISQ/EI = 2 x ENISQ/ (12,5135xEI) donc EISQ = 2 x ENISQ/12,5135 = 0,16 ENISQ

Mais ce n’est pas tout ! Claude Guéant semble prêter abusivement à l’Insee une conclusion que je n’ai pas trouvée dans le rapport.

J’ai bien relu le rapport de l’Insee et n’ai pas trouvé ce prétendu ratio deux fois plus élevé chez les enfants d’immigrés sans qualification comparé aux enfants de non immigrés sans qualification. Le rapport fait état page 99 d'un taux d'enfants sortis du système scolaire sans qualification de 10,7 chez les enfants de familles d'immigrés et de 6,1 chez les enfants de familles non immigrées (ratio de 1,7). C'est donc sur cette base que le ministre de l'intérieur Claude Guéant s'est fondé.

Il est mentionné dans le rapport de l’Insee que « Les enfants d’immigrés sont souvent en difficulté scolaire, mais pas plus que les autres enfants ayant les mêmes caractéristiques sociales. »

« Les plus grandes difficultés scolaires que rencontrent les enfants d’immigrés ne sont pas indépendantes de leur environnement familial et social. Ainsi, les trois quarts d’entre eux appartiennent à une famille dont la personne de référence est ouvrière, employée de services ou inactive contre un tiers pour les jeunes non issus de parents d’immigrés ».

L’Insee précise même que « À situation sociale et familiale comparable, les enfants d’immigrés ont des chances au moins égales à celles des autres élèves de préparer un baccalauréat général »

François Bayrou a donc parfaitement raison : « c’est l’origine sociale, le niveau de pauvreté, qui détermine une influence sur l’échec scolaire et non l’origine « immigration ». Il a également raison de dire que les chiffres annoncés par Claude Guéant sont faux.

Voir aussi cet article de Libération, postérieur à mon billet.

Voir aussi cette réponse de François Bayrou à Claude Guéant publié le 7 juin dans cet article "Echec Scolaire : François Bayrou apprend à Claude Guéant la règle de trois"

04/04/2011

POUVOIR D'ACHAT : le scandale des chiffres !

 


Dans la série "On ne nous dit pas tout !", voici encore une annonce de chiffres en trompe l'oeil, qui agace les Français au plus haut point. Selon une étude de l'Insee parue le 25 mars 2011 (ici version en PDF résumée), le pouvoir d'achat des Français aurait augmenté de 1,2%,en 2010 (après +1,6 % en 2009). Mesuré par unité de consommation, ce qui permet de le ramener à un niveau individuel moyen, il aurait augmenté de 0,4 % (après +0,8 %).

En moyenne sur 2010, Le taux d'épargne a quant à lui baissé de 0,4 point, pour s’établir à 15,8 %. Notons aussi au passage que au total, le taux de marge des entreprises (SNF, Sociétés Non financières) diminue de 0,5 point, à 29,3 % fin 2010.

Or, les Français ont majoritairement l'impression que leur pouvoir d'achat et leur niveau de vie en général s'est bien dégradé : d'après un sondage CSA pour '20 minutes' rendu public le 4 avril 2011 (résultats complets ici), une grande majorité de la population française (77%) estime que son pouvoir d'achat a diminué au cours des derniers mois. Et ce n'est pas qu'une impression quand on regarde la réalité des hausses des prix face aux revenus des ménages qui ont augmenté de 2,4% en valeur nominale en 2010 (1,2 après prise en compte de l'inflation basée elle-même su un indice global). Les prix ont beaucoup augmenté à la consommation, dans l'alimentaire notamment, comme l'a montré cette étude de l'association de consommateur CLCV et comme l'expliquait un article de La rédaction du Post, et ce n'est pas fini ! cette augmentation s'ajoutant à celle de la flambée des prix de d'électricité (+6,4% en un an, 30% annoncé sur prochaines années), du gaz (+16%), des carburants (+17,3%).

Il se trouve que ces hausses de prix touchent beaucoup plus les ménages modestes et les classes moyennes que les plus favorisées, en proportion des revenus, car la structure de consommation des ménages est très différente selon les niveaux de revenus.

Il se trouve également que les hauts revenus ont beaucoup plus augmenté, notamment les revenus financiers (dividendes, plus-values, revenus immobiliers), en ligne avec la hausse des profits du CAC40 en 2010 (+85%, passant de 50 à 82 milliards d'euros) et des distribution de dividendes (40 milliards en 2010).

Conclusion : en moyenne l'Insee a probablement raison, le pouvoir d'achat par unité de consommation s'est accru de 0,4% mais c'est la hausse de pouvoir d'achat d'une minorité des plus riches qui compense une baisse notable du pouvoir d'achat des plus défavorisés et des classes moyennes !

Il faut exiger la transparence des chiffres. Demandons que l'Insee fournisse des chiffres par classe de revenu ! Bien sûr c'est plus difficile à faire car cela nécessite une analyse plus fine que la compilation macroéconomique des chiffres globaux de la comptabilité nationale. Il faudrait d'une part reprendre les données d'évolution des revenus par classe de revenu, différencier les revenus salariaux ou des professions commerçantes et libérales des revenus purement financiers, d'autre part les mettre en regard pour chaque classe d'une structure de consommation moyenne (part des dépenses contraintes de loyer (ou crédit immobilier), d'électricité, de gaz, de carburant/ transport, de téléphonie-internet,d'équipement, d'habillement, de loisir,...), chacune des rubriques étant soumise à une évolution de prix, ce qui permettrait de calculer un taux d'inflation par budget et donc un pouvoir d'achat réel moyen par classe de revenu.

C'est possible. Exigeons-le !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu