Avertir le modérateur

26/05/2012

REUNION PUBLIQUE à Saint-Maur le 5 juin 2012 avec Jean-François KAHN

NOTRE "FESTIVAL DE KAHN" !

Marie-Anne Kraft, avec sa suppléante Louise Geoffroy, vous invite à une réunion publique le 5 juin 2012 à Saint-Maur, pour se présenter à vous, vous décrire ses priorités pour les cinq ans à venir et aussi comment elle envisage l'exercice de sa mission de député pour vous représenter.

Jean-François Kahn, ancien directeur du Journal Marianne, grand journaliste et écrivain, a soutenu François Bayrou lors des élections présidentielles de 2007 et de 2012. Il nous fait le plaisir et l'honneur de venir exceptionnellement soutenir la candidate Marie-Anne Kraft et interviendra avec elle sur le thème "Et si on nous disait enfin la vérité ?"

REUNION PUBLIQUE
Le 5 juin 2012 à 19h30
 
Avec Jean-François KAHN
« Et si on nous disait enfin la vérité ? »
 
A l’école primaire Auguste Marin
Entrée par le portail à côté du 10 rue de la Varenne
SAINT-MAUR (RER A- Saint-Maur Créteil)
 

Tract-MAK HD Recto A4.JPG



LEGISLATIVES 2012 : NOS PRIORITES

Tract MAK HD Verso A4.JPG

Marie-Anne Kraft (Portrait)

MA Kraft 011 réduite.JPG

Marie-Anne Kraft, 51 ans, est conseillère nationale du MoDem. Mariée et mère de trois enfants, elle réside à Saint-Maur depuis douze ans. Elle a été candidate aux élections européennes sur la liste de Marielle de Sarnez en 2009.

Diplômée de l’ESSEC, cadre dans la direction financière d’un groupe bancaire mutualiste, après avoir été consultante en organisation pendant dix ans et responsable de grands projets, elle a une connaissance approfondie de la banque et de la finance, des sujets concernant le budget de l’Etat et la régulation financière, qu’elle met à profit en contribuant à la commission économie du MoDem.

Active sur la blogosphère, elle rédige régulièrement des articles d’analyse politique et économique, notamment sur le site Mediapart et sur 20minutes.fr :

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-anne-kraft
http://marie-annekraftblogpolitique.20minutes-blogs.fr/

Elle est aussi l’auteur d’un livre « La révolution humaniste », paru récemment aux Editions Salvator et préfacé par François Bayrou : essai proposant une réflexion sur le modèle de société et donnant des pistes pour remettre plus l’homme au centre, à la place de l’argent.


Signataire de la charte éthique d'ANTICOR

 

législatives 2012,marie-anne kraft


Marie-Anne Kraft- Profession de foi

Profession de Foi_RECTO corr MAK V3.JPG

Profession de Foi_VERSO corr MAK V3.JPG

Après l’élection présidentielle et ses affrontements, nous avons besoin d’apaisement pour faire avancer notre pays.

La France traverse des difficultés très lourdes, les plus graves depuis longtemps : dette publique abyssale, déficits, chômage, échec scolaire, crise morale.

Pour résoudre les difficultés, nous avons besoin de plus d’unité et de moins de divisions.

Il faut au Parlement une force centrale et libre, qui sache défendre ses idées sans être prisonnière d’un clan, qui refuse la posture d’opposition systématique bloquante et qui ne soit pas non plus la chambre d’enregistrement d’un gouvernement qui déciderait tout d’en haut avec un parti qui détiendrait tous les pouvoirs.

Il faut une mobilisation de toutes les forces pour redresser le pays, assainir les finances publiques, créer de vrais emplois en France en retrouvant la croissance,  notamment grâce à une stratégie nationale. 

Conjuguons efforts et solidarité, dans une Europe plus forte et plus efficace.

Nous parlerons à l’Assemblée de votre vie quotidienne et de vos attentes. Nous n’oublierons pas que trop souvent la politique divise, et que les difficultés obligent à s’unir.

Voilà pourquoi nous sommes candidates du « Centre pour la France ».


MES ENGAGEMENTS :

·        C’est dans un esprit vigilant et constructif que je conduirai la mission de député au service de la France : pas d’opposition systématique au gouvernement mais selon l’intérêt du pays : soutien aux mesures de justice et de relance de notre économie, priorité à l’emploi et à l’éducation, moralisation politique, équilibre des finances publiques et justice fiscale sans excès confiscatoire ;

·        Comme François Bayrou, je défendrai les valeurs républicaines, démocrates et humanistes pour guider mes propositions et mes décisions à l’Assemblée ;

·    Renouer le lien entre vous citoyens et vos élus est une exigence démocratique. Je serai à votre écoute et tiendrai compte de vos préoccupations et de vos aspirations.

·        Je m’engage à vous rendre compte régulièrement des choix à faire pour notre pays, à recueillir vos avis, lors de réunions publiques trimestrielles et sur un forum Internet ;

·    Je défendrai aussi au niveau national les intérêts de notre circonscription, ses emplois, son commerce de proximité, son cadre de vie, une urbanisation à échelle humaine.


VOTRE RESPONSABILITE :

·        En votant pour une femme, rééquilibrez l’Assemblée nationale qui n’en compte aujourd’hui que 18% !

·  Ne donnez pas tous les pouvoirs à la gauche, ce serait dangereux pour la démocratie !

·    Ne donnez pas la majorité à la droite, car une cohabitation serait paralysante, surtout en temps de crise !

·     Ne laissez pas les extrêmes diviser le pays et le conduire à l’impasse !

·        Votez pour le CENTRE libre et indépendant !

 

Marie-Anne Kraft candidate du CENTRE POUR LA FRANCE aux législatives 2012

Sur la 1ère circonscription du Val de Marne (Saint-Maur, Bonneuil, Champigny-Ouest et Créteil Nord)

Affiche V2.JPG

14/03/2012

Conférence-débat sur "La révolution humaniste" jeudi 15 mars à 19h

Invitation IMS La r-volution humaniste MA Kraft 15032012.pdf

11/12/2011

François Bayrou : « La République est le projet politique de l’humanisme »

François Bayrou vient de préfacer mon livre paru fin Novembre 2011 intitulé « La révolution humaniste », un essai publié aux Editions Salvator traitant du modèle de société, déplorant et dénonçant l’emprise outrageuse de l’argent sur les motivations individuelles comme sur celle des sociétés et invitant à remettre l’homme au centre.

 

 

Dans son texte, d’une grande profondeur, François Bayrou s’exprime sur la nature des crises que nous traversons et  sur la République vue comme un projet politique, un projet de société et même un principe de civilisation.

Liberté-Egalité-Fraternité, trypique de valeurs unies et indissociables, se tenant comme une clé de voûte, marque la devise de cette République qui vise à libérer l’homme, à l’émanciper et à l’assurer, à l’épanouir, à le lier aux autres dans un destin commun.

Si l’on rapporte cette devise aux courants politiques en France, il semble que la droite ait priorisé « la liberté », notamment sur le plan économique, du libre échange, mettant l’argent au centre, en ayant laissé malgré tout se développer les inégalités, alors que la gauche ait priorisé l’égalité, mettant l’Etat au centre, oubliant parfois l’entreprise, et que le centre ait axé l’objectif sur la fraternité  sur l’humain, trop souvent oublié dans cette trilogie, tout en associant avec équilibre liberté et égalité,. N’est-il pas venu le temps d’une union nationale équilibrant ces valeurs pour les associer avec plus d’équilibre, dans le sens du bien commun, dans l’idée d’une majorité centrale prônée par François Bayrou ?

Lors de sa déclaration officielle de candidature à l’élection présidentielle 2012, à la maison de la chimie le mercredi 7 décembre, François Bayrou n’a pas seulement fait profession de foi sur son engagement, livré son diagnostic sur la France, sur la crise que traverse l’Europe, et donné les grandes lignes de son projet. Il a également exprimé sa foi en l’humain et une ambition pour la France d’un point de vue philosophique, celle que la France soit un éclaireur du monde en formulant « un projet pour développer l’être humain » dans toutes ses dimensions (instruction, libertés, droits sociaux, santé, créativité, culture, etc.) :« Nous ne sommes pas des organismes à produire et à consommer. Nous sommes destinés à nous élever au-dessus de nous-mêmes, pour comprendre le monde et pour le changer dans le but d’humaniser le monde et d’humaniser l’homme. Le monde ne se satisfait pas que les uns sont gavés (…) et que les autres n’ont même pas d’eau. Le monde ne se satisfait plus du matérialisme. Il exige qu’on prenne en charge la nécessité de tous et il espère qu’on lui montrera d’autres horizons pour l’être humain, pour sa liberté et pour sa conscience. ».

Ce qui nous ramène à une citation d’Albert Camus : « il faut être pessimiste en ce qui concerne la condition humaine mais optimiste en ce qui concerne l’homme »

.Je vous invite à lire ce texte de préface de « La révolution humaniste »* :

La question de la nature de la « crise » que traversent nombre de pays européens est posée, et posée aussi la question du particulier désarroi que cette « crise » suscite en France. Que se passe-t-il de si profond dans notre pays que l’immense majorité des Français se partage, en une récente étude, entre 53 % de « révoltés » et 29 % de « résignés », autant dire 82 % de désespérés, contre 11 % de « confiants » ? Un tel déséquilibre ne peut s’expliquer seulement par les difficultés économiques, ou par le malaise social. C’est du pays qu’il s’agit, du peuple, de la nation, de ce qui fait vivre ensemble les familles, les entreprises, les communautés civiques. Le malaise est un mal-être, un mal-être de peuple et s’il est plus grave en France, ce n’est pas seulement que nos chiffres, nos performances, nous mettent en mauvaise position. C’est que ces difficultés retentissent sur le lien mystérieux qui soude entre eux les concitoyens et les rend membres d’un même organisme vivant, d’un même corps politique, qui leur donne identité et envie d’un destin commun.

Nous sommes, nous France, et nous Français, peut-être le seul peuple politique. Le seul peuple philosophique. Au sens propre : non pas le seul peuple qui aime la politique, ou le seul qui aimerait la philosophie. Il en est d’autres. Nous sommes le seul peuple qui se soit formé autour d’un dessein politique, de conceptions proprement philosophiques. Ce que nous nommons « République », ce n’est pas une organisation institutionnelle. La République, ce n’est pas seulement un régime qui s’oppose à la monarchie ou lui succède, et dont la source de l’autorité est dans le peuple par opposition à la légitimité dynastique. La République, c’est un idéal politique, un projet de société, et même un principe de civilisation. C’est proprement l’organisation politique et l’organisation sociale qui permettent l’émancipation de l’individu, son épanouissement, par le dépassement de toutes les aliénations, de toutes les sujétions. L’individu est légitimé et libéré. Et s’organise en même temps pour l’entourer et l’accompagner, le principe de solidarité. Libéré et assuré, ainsi s’affirme l’idéal du citoyen républicain.

S’y ajoute un principe dynamique, le rêve ou la chance de la progression sociale méritée. Ainsi l’école, l’école aux murs de briques de la Troisième République, pouvait-elle inscrire en son fronton la trilogie de l’authentique liberté, de l’authentique égalité et de l’authentique fraternité. Cela était proprement la République. Et cela faisait de tous ces petits de Gaulois, d’Alsaciens, de Bretons, ou de Béarnais, de tous ces petits d’Africains, de tous ces petits d’Annamites, de ces lointains ou de ces voisins Italiens et Polonais, un seul et unique peuple de citoyens. Égaux non pas seulement par les droits, mais ce qui est beaucoup plus fort égaux par les espoirs. Égaux par les enfants.

Et c’est ainsi que la République était le projet politique de l’humanisme. Car en chaque situation sociale, elle avait pour idéal de libérer l’homme dans l’homme, de promouvoir l’homme dans l’homme ou dans la femme, de lui rendre et de lui garantir dignité et capacité.

Je soupçonne que, pour être aussi profonde, aussi décourageante, c’est là que touche la crise. Elle touche, bien entendu, dans la situation de chacun, dans les fins de mois, dans l’emploi perdu du fils aîné ou l’emploi jamais trouvé de son frère ou de sa jeune sœur. Elle touche dans l’espoir.

 

Et aussi profonde, elle touche en même temps dans le jeune homme ou dans le chef de famille, dans la femme qui élève ses enfants, dans la solitude des esseulés, elle touche aussi le citoyen. Le citoyen : c’est-à-dire non pas seulement celle ou celui qui vote pour désigner des représentants, mais celle ou celui qui participe à la vie civique, qui s’engage, parce qu’il croit qu’il peut et doit changer réellement le destin du pays qui est le sien. À partir du moment où s’enracine la conviction que tout cela, au fond, les débats, les institutions, les scrutins, tout cela ne sert à rien, que quel que soit le choix rien ne change vraiment, le citoyen s’abîme et disparaît. Il s’étiole, il s’incline et il s’efface.

Ainsi quand se trouvent mises en cause en même temps, la situation, les moyens de vivre, l’espoir de l’avenir et la capacité du citoyen, une vague de doute et d’angoisse saisit la nation tout entière. C’est là que nous en sommes.

C’est pourquoi les questions si importantes de l’économie, de la santé du pays, des risques de la dette et des déficits accumulés, de la persistance et de la multiplication du chômage, de la baisse du pouvoir d’achat, de l’énergie, pour cruciales qu’elles soient ne sont pourtant qu’une composante d’une question plus large qui est celle du projet de société, vécu au quotidien, pour chacun et pour chacune, qui sera proposé à notre peuple et à notre pays.

C’est de cette question que se saisit Marie-Anne Kraft. Elle a bien des atouts pour affronter cette interrogation et lui proposer des réponses. Elle est familière de l’économie, du monde financier, de l’univers de l’information, des nouveaux moyens de communication qui démultiplient information et réflexion, elle a la culture nécessaire et l’expérience multiple qui seules permettent de comprendre notre temps. Comme femme, comme professionnelle, comme militante des causes les plus hautes, comme experte, elle ne se contente pas de commenter ou d’analyser, elle vit les turbulences de notre temps et s’engage pour les apaiser et les faire accoucher d’un temps meilleur. Elle écrit comme elle est, généreuse autant que compétente.

Ce livre, cette réflexion sur notre avenir commun, participera au vaste débat de notre temps. C’est ainsi que brique à brique, chacun apportant sa part de conscience et sa part de responsabilité, se formera dans notre pays une conception nouvelle de l’avenir. Ce ne sera pas de la théorie, et surtout pas de l’idéologie, qui veut plier la réalité pour la faire ressembler à ses obsessions. Ce ne sera pas une approche intellectuelle, avec de grands mots ronflants, de grandes promesses porteuses de déceptions. Ce sera de la vie, avec sa dimension d’humilité et sa dimension de grandeur, car l’une et l’autre sont nécessaires à l’homme et au citoyen, au féminin comme au masculin.

J’ai écrit, il y a longtemps, un livre qui s’intitulait « le droit au sens ». Jamais droit ne fut plus nécessaire, dans l’orage magnétique qui fait qu’aucune de nos boussoles ne sait plus nous désigner le Nord pour que nous tracions notre route. Il s’agit à la fois de donner du sens à notre vie commune et de déterminer le sens de nos efforts. Ce livre n’achèvera pas la réflexion de l’auteur et de ses lecteurs : il l’ouvre au contraire. Nous avons chacun, pour notre compte, et ensemble, à en partager les questionnements, l’inspiration et prendre notre part de son exigence.

 

François Bayrou

 

* Une séance de dédicace du livre par l’auteur se tiendra le mercredi 21 décembre, de 18h30 à 20h20 à la librairie L’Eclectique, à Saint-Maur-des-Fossés 93 avenue du Bac. 94210 La Varenne Saint Hilaire RER ligne A direction Boissy-Saint-Léger, station La Varenne. Bus 111 et 112

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu