Avertir le modérateur

08/05/2012

La droite buissonnière et l'usurpation du centre

Ces élections présidentielles auront révélé le vrai visage de la droite, de l'UMP et de ses alliés : une droite qui a sacrifié ses valeurs sur l'autel des calculs politiciens, une droite désormais extrême et populiste, qui a préféré "l'école buissonnière" guidée par les sondages et les mauvais sentiments fondés sur la peur, l'ostracisme, la xénophobie. Ou du moins une droite qui a remplacé clairement les valeurs républicaines liberté-égalité-fraternité par les valeurs "travail-identité-frontières", plus proche aussi des valeurs pétainistes "travail-famille-patrie"comme l'a annoncé Nicolas Sarkozy dans ses derniers discours de campagne, désirant changer le modèle social français.

on sent bien ces tensions au sein de la droite, composée de différents courants et cherchant artificiellement à afficher l'union au sein de l'UMP, que Nicolas Sarkozy arrivait à cimenter par la menace, les chantages électoraux, la conviction qu'il fallait privilégier les chances électorales sur tout le reste. Cette union artificielle devrait semble-t-il selon Nicolas Sarkozy s'afficher jusqu'aux élections législatives de juin 2012, au risque sinon de perdre encore plus de sièges de députés du fait des nombreuses triangulaires prévisibles avec la montée du Front national, favorisant ainsi le PS. C'est entre les deux tours de ces élections législatives que la fissure de l'UMP éclatera au grand jour : la partie qui souhaitera l'alliance avec le FN face au PS et l'autre qui ne voudra pas franchir ce pas et préfèrera laisser passer le PS plutôt que faire passer des candidats du FN même contre des désistements FN pour l'UMP.

Voir aussi cet article de Rue89 "UMP : les cinq familles de l’après-sarkozysme". Après la défaite de Nicolas Sarkozy, l’heure est à la recomposition à l’UMP. De la Droite populaire aux « humanistes ».

On remarquera que les "centristes", ou plutôt les pseudo-centristes (Morin, Sauvadet, Lagarde & Co) et les Radicaux (Borloo & Co) n'apparaissent même pas dans le schéma, au profit de Raffarin et Jouanno : "A l’UMP, on ne dit plus « centristes », mais « humanistes ». En octobre, les anciens de l’UDF avaient déjà tenté de se regrouper au sein d’une association, la Droite humaniste. Une initiative soutenue par Jean-François Copé, inquiet du poids pris à l’autre bout de l’UMP par la Droite populaire. Les humanistes n’ont pas apprécié la droitisation de la campagne, mais la plupart ont préféré ne rien dire. Sauf Chantal Jouanno, qui avait osé dénoncer avant le second tour le « mirage douloureux » de la droitisation."

J'ai en effet trouvé cette "droite humaniste et modérée" bien silencieuse ! Hormis Dominique Paillé (radical proche de Borloo) et Dominique de Villepin, qui a pris ses distances avec l'UMP en 2011, qui a osé critiquer la ligne droitière populiste de Nicolas Sarkozy ?

Celui qui l'a fait de la manière la plus courageuse et la plus claire, c'est François Bayrou, qui a eu droit à un hommage appuyé de Nicolas Demorand dans Libération : "Ces mots de François Bayrou, l’un des hommes politiques les plus populaires de France, ayant jadis gouverné à droite, resteront comme ceux d’un homme d’honneur. Et d’un homme d’Etat. Combien de ses amis, qui pensent exactement la même chose, auraient dû les prononcer mais se taisent, alors qu’ils assistent depuis le premier tour à la radicalisation extrême de la droite de gouvernement ? "

Ceux qui se taisent à droite, les soi-disant gaullistes, républicains, sociaux ou humanistes, voire "centristes", devraient avoir honte de leur silence. Ils sont ces âmes habituées que Péguy jugeait pires que les âmes perverses :

Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise âme et même de se faire une mauvaise âme. C'est d'avoir une âme toute faite. Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme même perverse. C'est d'avoir une âme habituée. "

Dans une séquence vidéo datant de 2009, François Bayrou parlait de Sarkozy, de Hollande, de ces anciens "amis centristes", de sa vision de l'échéance 2012 et du temps de l'alternance. Il avait déjà tout dit ! C'est impressionnant.

 

 

 

 

 

François Bayrou disait en 2009 que ses anciens amis centristes seraient probablement les derniers à le rejoindre dans cette démarche de rassemblement central pour une alternance. Il n'avait sans doute pas tort. En témoigne cette déclaration de François Sauvadet :  "Je trouve que c'est du foutage de gueule", avait dit l'élu bourguignon. "Franchement, laisser les électeurs comme ça en déshérence, en leur disant choisissez qui vous voudrez, moi je choisis François Hollande en rupture totale avec ses convictions, franchement, je trouve ça pas bien." Pierre Méhaignerie, ancien garde des Sceaux, confirme que la rupture avec Bayrou est consommée : "François Hollande n'a pas dit la vérité au pays, n'a pas abordé les problèmes de fond et se trompe sur les questions de la compétitivité et de l'endettement. C'est quand même aussi lourd et même plus lourd que le reste". Par cette phrase, il avoue que les questions techniques de programme sur le retour à l'équilibre budgétaire priment sur les valeurs !

Or, ce qui a fait d'abord l'identité des centristes, depuis les démocrates chrétiens, le MRP (mouvement de centre-gauche  inspiré par les catholiques de gauche ou sociaux avec Marc Sangnier puis Emmanuel Mounier), ce sont les valeurs, la primauté des valeurs sur les questions politiciennes et techniques.

Quelles sont les valeurs  du centrisme ?  Comme le décrit ce site lecentrisme.com , ses principales valeurs sont la Liberté, le Respect, la Solidarité et la Tolérance. Son principe d’action politique est le Juste Equilibre. Sa règle comportementale est la responsabilité. Les valeurs de  la République "liberté, égalité et fraternité" et de la Démocratie, que Marc Sangnier définissait comme "l'organisation sociale qui porte à son maximum la conscience et la responsabilité des citoyens", un comportement humaniste qui fait primer  l'humain sur l'argent et sur l'Etat.

Ainsi, ceux qui se proclament encore "centristes" dans cette droite devenue extrême et populiste, usurpent l'identité du centre, car ne sont plus centristes. Comme la "gauche moderne" de Jean-Marie Bockel avait usurpé l'identité de gauche au sein de l'UMP. Comme la "droite populaire" usurpe le mot "populaire" et devrait plutôt s'appeler la droite "populiste". Si  la droite républicaine et gaulliste veut retrouver ses lettres de noblesse, elle devra se distinguer de cette droite buissonnière, populiste, rance, à l'opposé de ses valeurs.

Il est vrai qu'il est toujours délicat de parler de "valeurs", comme je le disais dans un précédent billet intitulé "La campagne présidentielle se fera-t-elle sur les valeurs ?", il faut s’interroger sur un clivage politique marqué par « les valeurs » :

"Les prétendues valeurs républicaines ne sont-elles pas elles-mêmes relatives ou à nuancer et n’est-ce pas plutôt dans l’orientation et l’interprétation que l’on donne à ces valeurs, dans leur équilibre entre elles, que l’on doit trouver le « bien commun » ?

En effet, la liberté, source de l’émancipation de l’homme, peut aussi vouloir dire » individualisme, égoïsme, primauté de soi sur l’autre, dérégulation nuisible sur le plan du commerce, d’un libre-échange incontrôlé.

De même que l’égalité, entendu comme garantie de l’égalité des chances, reconnaissance égale de la dignité de l’homme, qu’il soit fort ou faible, dans ses potentialités, peut aussi nier l’altérité à la source de la personnalité humaine, voire la notion de mérite et d’effort.

Quant à la fraternité, base de l’altruisme, de la reconnaissance de l’autre comme un frère par sentiment d’appartenance à une famille de destin, d’une communauté humaine, fondement de la solidarité entre les hommes, peut aussi a contrario signifier communautarisme, solidarité forcée ou organisée, qui peut remplacer le lien social en remplaçant la relation humaine par une forme matérielle de solidarité, par une relation au système.

On peut donc se proclamer républicain, qu’on soit de gauche, du centre ou de droite, adhérer aux mêmes valeurs proclamées, mais avec un dosage ou des priorités différentes …

Nicolas Sarkozy, dans son entretien au Figaro, avait lui-même annoncé son intention de battre campagne sur les valeurs, en vantant «  le travail, la responsabilité, l'autorité, ». En soi, ces valeurs prônées par la droite ne sont pas antagonistes avec l’humanisme prôné par François Bayrou. Ce sont plutôt les valeurs sous-jacentes, non exprimées explicitement par Nicolas Sarkozy mais implicites dans ces déclarations, que réfute François Bayrou.

D’ailleurs, François Bayrou a réagi contre les propos de Claude Guéant sur la prétendue supériorité des civilisations, à la fois en relativisant cette affirmation, rappelant que notre civilisation occidentale a généré le colonialisme, le fascisme, le matérialisme, l'individualisme, et surtout ressenti que cette affirmation avait une intention malveillante, s'attaquant indirectement mais avec évidence à l'islam et aux cultures arabes, visant à opposer les Français les uns contre les autres.

Entre les valeurs proclamées et pas forcément respectées d’un côté, et les valeurs sous-jacentes révélées par les actes ou des sous-entendus et non exprimées de l’autre, il peut y avoir un espace immense, un précipice dans lequel tombent les citoyens peu vigilants, où prospèrent la haine et le ressentiment en même temps que la bonne conscience … Cocktail explosif !"

Si on y réfléchit bien, les valeurs nous rassemblent plus que les questions techniques de programme. Ce clivage paraît bien plus lourd que celui du retour à l'équilibre budgétaire et la compétitivité des entreprises. D'ailleurs, François Bayrou, Nicolas Sarkozy et François Hollande visaient tous un retrour à l'équilibre, Bayrou en 2015 (avec des hypothèses de croissance plus réalistes) en jouant pour moitié sur les recettes fiscales et pour moitié sur les dépenses publiques en les gelant, Sarkozy en 2016 avec plus de réduction de dépenses publiques sans augmenter les impôts, Hollande en 2017 en acceptant une hausse de 1% des dépenses publiques et en augmentant les impôts. C'est finalement bien dérisoire au regard des valeurs ...

Peut-on sérieusement encore parler de "droite" en mettant dans une même famille des clans qui ont des valeurs différentes et qui ont une vision opposée du modèle de société, l'un européen et prétendument républicain et humaniste, l'autre anti-européen et xénophobe ?

L'heure de vérité a sonné et les masques doivent tomber. Laissons à la droite cette deuxième vision, celle que Sarkozy a défendue dans sa campagne, et construisons ce "vrai centre" cher à François Bayrou, ou bien ce repère euclidien droite, centre, gauche, ne signifie plus rien.

13/03/2010

Régionales Ile de France 2010 : 20minutes pour comparer les programmes

Suivant  attentivement la campagne électorale de ces élections régionales 2010, son actualité, les programmes des candidats, les articles de presse et des blogs, ainsi que les réactions des gens sur le terrain, dans la rue, chez les commerçants et au travail, je vous livre à la veille du scrutin mes principales impressions ainsi qu'un comparatif des contenus des programmes. Même si je soutiens personnellement un des partis, je me suis efforcée d'être non partisane dans cet exercice.

1- La presse et les médias ont très peu parlé des sujets de fond, des problématiques de la région.

palme dor.jpg

Ils se sont concentrés sur les sondages (songez que les gens étaient sondés sans savoir pourquoi ils votaient et sans savoir ce que les partis proposaient !), les querelles entre individus, les petites phrases assassines, les casiers judiciaires des uns ou des autres. Seuls deux journaux ont fait un effort pédagogique pour rappeler les compétences de la région, ses enjeux, ainsi qu'une petite actualité quotidienne sur des sujets : les deux gratuits Direct Matin et 20minutes. Il n'y a eu qu'un débat télévisé le 1er mars à 23h sur France2 (Mots Croisés) et un seul débat citoyen entre têtes de liste le 9 mars à Nogent-sur-Marne (94), organisé par l'association citoyenne "Le Forum Nogentais", à laquelle je rend 20minutes.jpghommage pour cette action citoyenne de chaque élection. Sur les blogs, j'ai trouvé ce comparatif de programmes fait par le PS, donc partisan et qui n'inclut ni le Mouvement Démocrate ni le Front National. Je le cite : "J’aurais pu ajouter MoDem d’autant qu’ils ont un programme solide, bien construit mais, je vais me concentrer sur la gauche et leur principal adversaire l’UMP." Affligeant !

Je donne la palme de la meilleure information citoyenne et de la meilleure analyse au quotidien 20minutes, en version papier comme en version site internet 20minutes.fr avec son club animé de blogueurs. En deuxième je citerai Mediapart.fr, le journal uniquement disponible sur le Net et par abonnement, qui livre des analyses de qualité, avec références, qui a fait une cartographie des régions mais qui s'est à mon avis trop concentré sur la bataille politicienne entre candidats, les enjeux des alliances (comme le prouve un aperçu du sommaire des articles sur le sujet), et pas assez sur le contenu des programmes. Le journal 20minutes a notamment publié une excellente analyse de ce qu'avait accompli la Région IDF lors du dernier mandat comparé aux promesses de campagne, avec arguments chiffrés et notation justifiée, démontrant que la Région a dans l'ensemble respecté dans l'ensemble plus de 50% de ses promesses. A fait pas mal avec ses moyens limités, mais peut mieux faire ! C'est également 20minutes qui a publié hier un double page donnant le résumé comparatif des programmes par thème. C'est écrit petit, tous à vos lunettes ! Je vous passe ci-dessous les deux pages concernées. 

2- Démocratie en danger - Les gens ne s'intéressent pas à cette élection

Paradoxe de la démocratie. Schizophrénie des citoyens. Plus ils ont la liberté et l'accès à l'information, plus ils ont le droit de vote, et moins ils s'intéressent à la politique, plus ils s'abstiennent. Ils disent être écoeurés de la politique et prétendent vouloir que ça change,... et ne font rien pour faire bouger les choses. Démobilisation citoyenne, chute du lectorat des journaux au profit du 20 heures de TF1, démobilisation syndicale, faible activité associative ... La participation électorale est plus forte pour les présidentielles, élection nationale emblématique qui trace la direction du pays et incarne son âme en un dirigeant, et les municipales, élection de proximité, relation forte des citoyens avec leur maire. La Région, elle, leur paraît lointaine, désincarnée. Presque 70% des Français ne connaissent pas leurs élus régionaux, leur président de région, ni ne savent quelles sont les compétences de la région. Et pourtant, il s'agit de la vie de tous les jours, concernant les transports, le soutien à l'emploi, aux entreprises, à la formation professionnelle et à l'apprentissage, aux activités culturelles, sportives et associatives. L'actualité politique nous impose de plus deux sujets importants confrontant politique nationale et politique régionale : le projet Grand Paris, projet gouvernemental qui va s'imposer à la région, aux départements et aux communes, et la réforme des collectivités territoriales, avec la fusion annoncée de la gouvernance de la région et du département et surtout une réforme du mode de scrutin anti-démocratique inacceptable telle qu'envisagé (scrutin  à un tour, qui éliminerait les partis minoritaires et sacrifierait la proportionnelle.

Je vous recommande cet article entretien de Jacques Attali qui regrette la manière dont la campagne a été traitée, néfaste pour la démocratie, que tout n'est pas joué d'avance et que les citoyens devraient vraiment réfléchir avant de voter et sur le sujet qui est l'objet du vote : la politique de la région.

3- Comparatif des programmes des candidats

Je vous invite à lire le double page de 20minutes, qui est assez fidèle à ce que j'ai examiné moi-même en m'informant sur les programmes. Malheureusement n'y figure pas les partis minoritaires pourtant d'envergure nationale comme le NPA, "Debout La République" et "L'Alliance des Ecologistes Indépendants". Ces deux partis présentent pourtant des idées tout à fait intéressantes et j'ai été impressionnée par la qualité de l'intervention de Nicolas Dupont Aignan au débat du 9 mars à Nogent, qui présente l'intérêt d'une alternative à droite autre que le Front National, plus républicaine et sociale que l'UMP, avec des arguments très concrets.

Examinons les points de convergences et de divergence, par thème, entre les partis :

Page 1 :

Sur les transports, ils sont tous d'accord pour rénover les lignes RER et les prolonger, ainsi que des lignes de métros et de tramways, simplifier la tarification, faciliter et développer la circulation de bus de préférence "propres". Le principal noeud de désaccord est sur le projet GRAND PARIS, entre d'un côté l'UMP qui est pour, soutenant bien sûr la décision de Nicolas Sarkozy, et de l'autre côté tous les autres partis qui sont contre, arguant que ce projet, imposé à la région et sans concertation citoyenne par le pouvoir central du gouvernement, ne va pas dans le sens d'une région plus humaine, mais va intensifier le bétonnage et le déséquilibre entre l'Est et l'Ouest, renforcer le pouvoir de l'Etat au détriment de la région et être un gouffre financier qui privera les autres projets de ressources, sans améliorer le maillage de la grande ...couronne.

En termes d'environnement, Europe Ecologie n'a pas l'exclusivité des propositions. Le MoDem et le PS ne sont pas en reste. Que ce soit sur l'isolation thermique et phonique, les économies d'énergie, le soutien aux énergies renouvelables, aux métiers et à la formation à développer dans ces secteurs, ainsi que le recyclage des déchets. L'UMP vient ensuite avec moins de propositions. Pratiquement rien du côté du Front de Gauche et du Front National.

Concernant le logement, beaucoup de convergences des partis, tant pour le soutien au logement social et respect de la loi SRU (Front de Gauche+PS+EE+Modem), à la construction et à la rénovation, la mise aux normes environnementales HQE des logements sociaux et des bâtiments publics. L'originalité de nouvelles propositions revient au PS et au MoDem : un guichet unique sur les offres de logement disponibles et pour coordonner le logement social. Le Front de Gauche axe ses propositions sur un développement énorme du logement social (50 000/an en petite couronne, alors que les villes communistes comme Vitry, Champigny, Bonneuil etc. dépassent les 60% de HLM, guettoïsant la banlieue et nuisant à la mixité sociale ...). Le FN ne propose que le soutien à l'accession à la propriété et au 1er logement.

L'économie, l'emploi, l'innovation,  la formation,doivent faire l'objet, selon tous les partis, d'un soutien aux PME et d'un développement accru de l'apprentissage, la formation des jeunes en alternance avec un travail en entreprise, qui maximise fortement leur chance de trouver un 1er emploi. C'est le MoDem qui présente le plus de propositions sur le développement de l'emploi, le soutien aux PME et aux TPE (fonds de garantie pour les prêts bancaires aux PME notamment), à l'innovation, à l'adéquation de la formation à l'offre d'emploi. On sent l'empreinte de Alain Dolium, entrepreneur de PME et animant une association développant les talents des jeunes ! L'UMP et Europe Ecologie insistent sur la formation des métiers de l’habitat durable et des énergies renouvelables.

Page 2 :

Les lycées devraient, pour l'UMP comme pour le MoDem, ouvrir leurs locaux le soir pour accueillir des universités populaires, des cours du soir, de même que les bibliothèques ouvrir tard le soir pour permettre aux étudiants, y compris ceux qui travaillent à temps partiel, d'étudier à ces heures. Proposition concrète du MoDem : rémunérer des étudiants qui ont besoin de financer leurs études en leur proposant des postes de surveillant en lycées et de tenue en soirée de bibliothèques ouvertes le soir, ainsi que d'animation de cours du soir et d'universités populaires.

Concernant la santé et le handicap, le PS et le MoDem ont des propositions convergentes, notamment pour les jeunes, les handicapés, les urgences médicales de proximité, l'évaluation préalable et la prévention des risques sanitaires. L'UMP est le moins convaincant (avec le FN qui ne propose pratiquement rien), proposant une "mise en réseau" des services d'urgences ou hospitaliers mais sans parler des moyens, alors que la politique du gouvernement restreint les moyens de l'hôpital et supprime des postes ... Hormis sa proposition de mutuelle pour les jeunes et de baisse du seuil d'exposition autorisé aux ondes électromagnétiques Europe Ecologie n'est pas clair : "plan qualité de vie" ... Le Front de Gauche soutient l'emploi des professionnels de santé dans les hôpitaux, des infirmières et puéricultrices. Le FN ne dit pas grand chose à part le soutien à l'installation de médecins dans les territoires ruraux (de l'Ile de France ?).

La culture, le sport et le tourisme sont les thèmes sacrifiés dans cette campagne. C'est le PS et le MoDem qui font le plus de propositions. Europe Ecologie , le Front de Gauche et le Front National peu diserts sur ces sujets. Europe Ecologie utilise un langage peu clair : "label tourisme durable IDF" pour valoriser et encourager l'écotourisme ... Le Front de Gauche parle d'augmenter le budget sans dire vraiment quoi faire. Quant au FN, il propose de "participer à l'entretien du patrimoine artistique et culturel", ce qui est déjà fait actuellement, dans les compétences de la région ... 

Sur la politique de la famille, des jeunes et des seniors, tous veulent développer les places en crèche (sauf le FN). Les seniors sont particulièrement choyés par l'UMP, le FN et Europe Ecologie. La maladie d'Alzheimer fait l'objet d'une particulière attention au PS, chez EE et au FN. Le Modem ayant de son côté plus de propositions pour les jeunes, le logement des jeunes, l'attribution des logements vacants pour les jeunes et les familles.

En termes de sécurité, le PS axe son attention sur la sécurisation des transports en commun et propose un service de consultation juridique gratuit. L'UMP sur la vidéo protection, des surveillants régionaux et des SMS d'alerte (proposition un peu gadget, car on peut déjà téléphoner aux secours à partir d'un portable et se faire repérer par GPS ...). Europe Ecologie est à nouveau dans le langage boisé (moins péjoratif et plus vert que la langue de bois ;-), en proposant "des Etats généraux de la tranquillité publique" et "des médiateurs de la tranquillité publique", avec un point d'honneur sur sa proposition de places d'accueil pour les femmes victimes de violence. Le MoDem développe la police de proximité, la mixité urbaine, la police de transport, bref la présence humaine plutôt que la vidéosurveillance sans intervenants actifs de proximité. Le FN veut renforcer la police et les contrôles, "rétablir la sécurité des HLM" (oui, certes, mais comment ?).

EN CONCLUSION :

- beaucoup de convergences des différents partis sur les transports (sauf clivage UMP contre les autres sur le Grand Paris), le soutien à l'emploi (PME et secteurs en développement), la formation et l'apprentissage, la prise en compte du durable, de la protection de l'environnement, qui n'est pas l'exclusivité et Europe Ecologie même s'il en porte l'étiquette.

- le PS a les propositions les plus développées, les plus détaillées, une meilleure connaissance des dossiers (normal puisqu'il était aux commandes !) mais peut souffrir d'un bilan mitigé, de critiques sur les points noirs surtout concernant le dysfonctionnement et les insuffisances des transports en commun en banlieue, des problèmes du RER notamment.

- l'UMP cherche à être en phase avec la politique du pouvoir central, du gouvernement (Grand Paris) et développe moins les propositions sur l'environnement que le PS, EE et le MoDem. Il vise clairement l'électorat âgé (politique sécuritaire, résidences personnes âgée, Alzheimer,...).

- le MoDem priorise les jeunes, l'égalité des chances et l'emploi, en particulier le soutien aux PME avec des propositions très concrètes sur ce sujet. Sa communication est sur le registre de la relation humaine, d'une façon de vivre plus humaine, du respect de la personne, de l'égalité des chances, de la mixité sociale et le vivre ensemble, de l'équilibre entre l'Est et l'Ouest, de l'équilibre des contre-pouvoirs (il est en ce sens "humaniste") alors que les autres sont plus sur un registre "matérialiste", y compris les partis de gauche (répartition des richesses, droits à des services publics gratuits) et Europe Ecologie (la nature prime sur l'homme, le respect de l'environnement prime sur le respect de l'homme, sur le vivre ensemble).

- le Front de Gauche et le Front National sont les partis qui affichent le moins de propositions pour la région. Pas d'originalité, pas d'idées vraiment nouvelles. Le FN est toujours dans les propositions sécuritaires et le front de gauche dans la défense de l'emploi public et le développement excessif des logements sociaux en particulier dans les zones déjà très urbaines en petite couronne.

Si l'on doit donner un avis sur l'attrait physique et le comportement des candidats, ce qui ne se fait pas mais je le ferai quand même à titre personnel, Alain Dolium est sans conteste le plus beau et le plus sympa, toutes les femmes le disent sur les marchés et dans la rue (et de surcroît très compétent et communicatif), et Cécile Duflot la plus jolie et la plus mignonne (mais elle devrait faire un peu moins la morale aux autres, c'est agaçant à la fin !). Jean-Paul Huchon a une fausse apparence molle et débonnaire. Il est compétent, professionnel, consensuel, constructif et respectueux de ses partenaires et adversaires, il sait travailler en équipe. Je n'aime pas, mais pas du tout, le comportement de Valérie Pécresse, agressive, irrespectueuse de ses adversaires, attaquant sans cesse. Elle ne siégeait que très rarement au Conseil régional et ne sait pas bien travailler en équipe avec des gens d'avis différent. J'ai apprécié Pierre Laurent, que j'ai écouté lors du seul débat du 9 mars, exposer un diagnostic juste et des propositions concrètes, même si je n'ai pas retrouvé d'originalité et de proposition concrète de développement économique et durable dans le programme du Front de Gauche.

CompProgRegionalesIDF2010 1.jpgCompProgRegionalesIDF2010 2.jpg

02/07/2009

La recomposition politique française devrait s'articuler autour de la confrontation entre deux modèles de société

Quelques réflexions personnelles sur le paysage politique français en vue de proposer une approche pour les prochaines échéances électorales :

 

Il y a les partis, les idéologies et les leaders politiques

 

Certains partis sont des partis initialement fondés sur une idéologie plus que sur un leader (le PS, le PC ou Front de Gauche, Les Verts) et d’autres sont des partis rassemblés autour d’un leader, qui montre le chemin et fédère soit par sa personnalité soit par les valeurs qu’il représente (l’UMP avec Nicolas Sarkozy, le Mouvement Démocrate avec François Bayrou). Le NPA étant une combinaison des deux avec le leadership d’Olivier Besancenot.

Certains partis ont une base idéologique affirmée (NPA, Front de Gauche et PC basés sur la lutte des classes, la lutte sociale), d’autres en avaient une mais qui est dépassée (le PS, basée sur le collectivisme et le rôle central de l’Etat), d’autres encore n’affichent pas franchement leur idéologie même si elle est sous-jacente à leur programme (UMP, avec une politique néocapitaliste, centrée sur l’argent, le profit individuel, les valeurs matérielles et la loi du plus fort, même si elle est mâtinée de protection sociale et d’interventionnisme de l’Etat avec notamment la récente crise).

 

Dans ce paysage, le PS est un parti ancien, ancré, avec de nombreux élus mais souffrant à la fois d’un problème de leadership (trop de prétendants, en lutte dans une guerre de concurrence autodestructrice, se livrant une guerre fratricide) et d’un problème de clarification idéologique. Son contenu programmatique s’est construit autrefois dans un certain contexte puis a dû s’adapter, nécessitant des « synthèses » de plus en plus difficile à élaborer et à exprimer en cohérence notamment avec les anciens fondamentaux idéologiques et même avec son nom « Socialisme » devenu obsolète. Ainsi comment faire la synthèse entre les partisans du oui et du non à l’Europe, entre les tenants de l’économie de marché dont certains, notamment dirigeants du FMI et de l’OMC (Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy), s’affichent très libéraux et d’autres au contraire partisans d’une économie régulée par l’Etat.

 

Les Verts sont un parti non fondé sur une véritable idéologie mais basé sur la défense de l’environnement, délivrant un programme centré sur ce thème et donc partiel. En termes de leaders, les élections européennes montrent un décalage entre le contenu programmatique et la représentation de ses leaders, ainsi que l’importance de la communication. Daniel Cohn-Bendit et Eva Joly ne s’étaient jamais montrés spécialement écologistes avant de venir porter les couleurs des Verts, traduisant un certain opportunisme, de même que Daniel Cohn-Bendit a toujours été très libéral, ayant toujours par ses votes soutenu la concurrence contre les services publics, comme l’atteste le dernier numéro du journal Marianne du 27 juin 2009, alors que dans la perception du public Les Verts sont situés à gauche. Des anciens Verts ont préféré rejoindre le MoDem, à forte composante écologique, notamment des anciens représentants du parti tels que Jean-Luc Bennhamias et Yann Wehrling. Point assez paradoxal et qui démontre le succès de communication de Daniel Cohn-Bendit : la manière dont ce dernier a mené campagne en disant qu’il la faisait sur le fond, sur l’Europe, en ne rappelant pas l’orientation de ses propres votes passés (contre les services publics), en stigmatisant en même temps François Bayrou (pourtant profondément européen) qu’il désignait comme un obsédé de la présidentielle « touché par la Vierge », multipliant les petite phrases assassines et les provocations, retournant en bouquet final contre ce dernier l’accusation de phrase assassine (syndrome de l’arroseur arrosé), qu’il a fini par provoquer lui-même en retour. Trop fort ce Dany ! Son fils a raison de dire qu’il ressemble à Sarkozy, sur la com’ notamment ...

 

Le Mouvement Démocrate, issu à la fois de l’ancien parti UDF centriste démocrate et européen et du parti écologiste CAP21 fondé par Corinne Lepage, a été clairement un rassemblement d’hommes et de femmes autour d’un leader, de François Bayrou, au lendemain des présidentielles où ce dernier avait recueilli 19% des voix. Ce leader incarnant des valeurs et une nouvelle forme d’idéologie : défense des valeurs démocrates, républicaines, sociales et humanistes, priorité à l’égalité des chances et au respect de l’environnement, aux valeurs créatives, qu’elles soient appliquées à la création d’entreprise, à l’innovation et à la recherche ou à la culture. On remarquera d’ailleurs la convergence de valeurs exprimées entre le MoDem et le PS, et pour la partie écologique la grande convergence de priorités et de contenu entre le MoDem et les Verts. Le MoDem cherche à exprimer plus franchement son idéologie humaniste, remettant l’homme en tant que valeur centrale à la place de l’Etat et à la place de l’argent-roi. En termes programmatiques, d’application politique, l’Europe représente pour le MoDem un levier central et incontournable dans la mondialisation pour de nombreux sujets : réchauffement climatique, défense, immigration, spéculation mondiale et lutte contre les paradis fiscaux, crise économique et problème de concurrence non équitable engendrant des délocalisations, gestion des ressources énergétiques, accès à l’eau et aux matières premières, développement de l’Afrique, ...

 

 

Il y a les élections présidentielles et les autres élections 

 

Les élections présidentielles sont différentes des autres car même si un leader est porté par un parti, il doit obtenir une adhésion plus large que celle de son parti et doit pouvoir rassembler et représenter l’ensemble des Français. Il doit aussi être crédible en matière de capacité à former un gouvernement, des ministres qui mèneront une politique cohérente. Ce challenge est d’autant plus fort pour François Bayrou et le MoDem, parti non majoritaire et comptant peu d’élus, donc peu de ministrables.

Les élections législatives découlent des élections présidentielles, le calendrier électoral aidant, alors que les autres élections intermédiaires municipales et cantonales, européennes et régionales, dépendent plus d’enjeux locaux ou programmatiques.

Comme le montrent les résultats en France, un parti peut être majoritaire sur des élections régionales et locales (PS) alors même qu’un autre est majoritaire aux présidentielles et aux législatives (UMP), même à peu de temps d’intervalle. Le score des européennes a aussi montré sur fond de forte abstention un autre équilibre des forces politiques ainsi qu’une très forte volatilité la dernière semaine précédent le scrutin. En effet, en une semaine environ, comparé aux sondages précédents relativement stabilisés, à 27% pour l’UMP, 22% pour le PS,  13 ou14% pour le MoDem, 10% pour Europe Ecologie (Les Verts), le PS perdait finalement plus de 5 points, le MoDem également, le NPA presque 2 points au profit du Front de Gauche tandis que l’UMP gagnait 1 point et que Europe Ecologie (Les Verts) gagnaient 6 points. François Bayrou a été fortement attaqué, rendu coupable de la baisse du score attendu des listes du MoDem suite à l’escalade d’invectives dans laquelle il s’est laissé entraîner lors du débat l’ayant opposé à Daniel Cohn-Bendit, mais on peut se demander si l’effet de la diffusion du film « Home » juste avant le jour du vote, vu par 9 millions de téléspectateurs, déclenchant un réflexe écologique, n’est pas plutôt la cause majeure du renversement. En effet, la baisse constatée sur le PS est de la même ampleur que celle du MoDem, environ 5,5 points chacun (11 points en tout), alors que Europe Ecologie a récupéré 6 points au total.

 

 

Il y a ce que disent les leaders pour leur propagande électorale et il y a ce qu’ils font réellement, appliquant leur politique

 

Nicolas Sarkozy a été élu majoritairement par les Français surtout pour sa personnalité, trépidante et active, jugée dynamisante, quelle que soit l’idéologie qu’il défendait ou plutôt qui était sous-jacente à son programme de réformes, sur base de slogans simples (« travailler plus pour gagner plus », « chercher la croissance avec les dents ») et quelques thèmes phares (le pouvoir d’achat et la croissance), thèmes qui rassemblent les français à la fois de gauche et de droite. Il n’a pas été élu ni pour démanteler le contrat social et précariser encore plus les classes moyennes et pauvres, ni pour piétiner les valeurs républicaines d’égalité des chances, ni pour « monarchiser » le pouvoir du président de la République et supprimer les contrepouvoirs, ni pour mettre la main directe sur l’audiovisuel public, ni faire des cadeaux fiscaux aux riches (bouclier fiscal), ni pour rallier le commandement armé de l’OTAN (de surcroît sans conditions ...) donnant une caution atlantiste  la politique étrangère et de défense et remettant en question tout espoir de mise en place d’une politique de défense européenne indépendante), ...

Et pourtant, il a mis en place de nombreuses réformes non annoncées dans sa campagne.

De même qu’il n’a pas augmenté le pouvoir d’achat ni la croissance, même juste avant  la crise financière, qui au moins peut servir maintenant d’alibi à cet échec.

Il a aussi récemment fait de nouvelles annonces/réflexions qui reprennent des propositions que François Bayrou avait faites lors de sa campagne présidentielle : la taxe carbone, la retraite à points, la distinction entre un bon et un mauvais déficit (déficit dû à des investissements d’avenir et déficit de fonctionnement couvrant des dépenses courantes),...

Malgré toutes ces contradictions, l’UMP (dont le Nouveau Centre, La Gauche Moderne, et autres affidés), ministres et députés, suivent leur leader (aveuglément ?) et votent les réformes décidées par avance par leur charismatique président et encore officiant comme un chef de parti.

 

Concernant François Bayrou, si on compare ses actes à son projet présidentiel, les élus députés qui l’ont lâché au second tour des présidentielles pour soutenir Nicolas Sarkozy ont prétexté qu’il avait dérivé de sa ligne en disant qu’il « ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy », voyant en cela à un virage à gauche, même s’il n’a pas soutenu Ségolène Royal, étant en désaccord avec son programme malgré la convergence des valeurs. Les militants n’ont pas suivi ces élus et ont considéré qu’au contraire, François Bayrou était bien fidèle à la ligne défendue, notamment sur l’incompatibilité des valeurs défendues avec celles de Nicolas Sarkozy. Deux ans après, suite aux élections européennes dont le résultat a déçu fortement les têtes de listes et les militants du MoDem, certains parmi eux ont fait ressortir des défauts de gouvernance du parti, notamment le caractère trop autocratique de François Bayrou, la nécessité d’un management plus collégial. Ils considèrent que François Bayrou se doit d’afficher un comportement exemplaire respectant les valeurs que lui-même a toujours prônées, de représentation démocratique des citoyens comme de la manière de faire de la politique, sur les sujets de fond et non sur des querelles de personnes, une attitude d’opposition systématique (à Nicolas Sarkozy) ou se laissant aller à des invectives personnelles. Bref, ils sont les premiers à le rappeler à l’ordre, comme quoi contrairement à ce que disent de mauvaises langues, le MoDem n’est pas un club de fans et de « béni-oui-oui » ! Simplement, je pense qu’ils n’auraient pas dû le faire en public, sous forme de lettre ouverte sur internet avec en plus une pétition publique, ce qui ajoute de la critique à la critique. Les problèmes internes doivent être réglés en interne, en famille.

 

 

Conclusion

 

Sur le fond, la forte convergence de valeurs entre le MoDem, le PS et Les Verts, pour un modèle de société alternatif humaniste et durable, est favorable aux alliances entre ces partis. Ce modèle à construire est en opposition avec le modèle néocapitaliste libéral dérégulé dans la mondialisation que défendent Nicolas Sarkozy (donc l’UMP dans son sillage) et José Barroso au niveau de l’Europe. Il y a clairement une idéologie convergente à défendre et c’est cela qui est important, au-delà de la concurrence entre personnalités présidentiables. Surtout suite à la grave crise que nous vivons, qui prouve l’échec de la politique précédente. Mais Nicolas Sarkozy, devant l’échec du capitalisme mondialisé, devant la perversion à laquelle a mené la financiarisation de l’économie, commence à adopter un langage plus social, plus régulateur, plus étatiste, pour rassurer, même si les actes ne vont pas vraiment dans le même sens (il ne revient pas sur le bouclier fiscal, il ne fait rien sur les stock-options et les salaires exorbitants des dirigeants, les mesures contre les paradis fiscaux sont purement cosmétiques,...).

Le débat politique devrait se recentrer sur l’affrontement entre deux modèles de société, d’une part le modèle actuel capitaliste centré sur la maximisation des profits individuels, même s’il est soi-disant « refondé » et mieux régulé, d’autre part sur un modèle alternatif qu’on peut qualifier d’humaniste.

Une entente de convergence sur le modèle de société alternatif peut être matérialisée dans des alliances tout d’abord sur le front européen contre la nomination de Barroso, puis aux régionales, dans des positions communes au Parlement en France comme au niveau européen, puis dans une entente de second tour à la présidentielle.

Il s’agira de maximiser les chances au second tour, quel que soit le candidat arrivant au 1er tour, et d’envisager un gouvernement composé de personnes venues à la fois du MoDem, du PS, des Verts.

01/06/2008

François Bayrou est-il altermondialiste ?

Les lignes de clivage politique sont en train de bouger en France, et le repère euclidien droite-gauche en passant par le centre n'est plus qu'un 905886415.jpgrepère fictif, virtuel, rassurant pour certains dont le manichéisme représente un confort de pensée (voir mon article sur "la bipolarité répond-elle à une structure mentale de la mentalité occidentale ?"), mais dont les contenus devraient être redéfinis en même temps que les étiquettes, rebaptisées.

Plus nous avançons sous ce gouvernement sarkozyste avec son cortège d'erreurs et de confusion, sa cour monarchique et son injure à la démocratie, son arrogance, sa favorisation du modèle américain matérialiste, capitaliste et inégalitaire, en même temps que le contexte mondial est difficile, avec ses crises alimentaire, écologique et financière que cette politique ne sait pas gérer, plus je me dis qu'il fallait passer par cette étape pour une prise de conscience des gens, des Français mais aussi des Européens. Au moins Sarkozy aura prouvé ce qu'il vaut, que ses promesses n'engageaient que ceux qui les écoutaient, que les Français se sont trompés en le choisissant.

De l'autre côté c'est bien parti pour que les socialistes se déchirent, embourbés à la fois dans leurs querelles de personnes, une guerre sémantique révélatrice et une impossible synthèse idéologique. Ce qui est étonnant, c'est qu'ils avouent (enfin !) la reconnaissance de l'économie de marché et osent même pour certains prôner le libéralisme (Delanoë,...) associé à son antinomique socialisme (alors qu'il n'a plus d'avenir), alors même qu'en ce moment s'amorce un fort contre-courant contre les dérives du capitalisme et du libéralisme économique, et qu'ils devraient au contraire retrouver une unité idéologique en dénonçant ces dérives, en proposant une gestion différente qui pour autant ne soit pas le socialisme qui a montré son échec.

François Bayrou de son côté, continue à creuser son sillon en proposant un nouveau chemin, qui me paraît être celui d'un ALTERMONDIALISME humaniste, démocrate et réaliste
 
En effet, lors de son  intervention sur France Culture datant de samedi 31 mai 2008, François Bayrou énonce clairement les deux questions fondamentales :

- celle de la démocratie et du pluralisme en France : n'y-a-t-il dans notre pays que deux offres politiques où y-en-a-t-il d'autres et dans ce cas ont-elle la possibilité de s'exprimer et d'être représentées ?
- celle du projet de société, non limité à la France : la mondialisation porte-t-elle un modèle unique, basé sur la recherche du profit individuel et générateur d'inégalités croissantes ?

Dans la charte des valeurs du Mouvement Démocrate comme dans le projet démocrate et les discours de François Bayrou, les priorités ne sont pas accordées à la recherche du profit individuel, mais au respect de l'être humain, à la justice et à la réduction des inégalités, à la préservation de la planète, des espèces dont l'homme fait partie, à l'éducation et à  la diversité culturelle. Le développement économique n'en est pas pour autant renié mais doit s'inscrire dans ce contexte de nouvelles priorités, ne pas se faire au détriment des autres (de l'Afrique, de l'environnement, notamment) ne plus voir l'unique taux de croissance global du PIB comme l'indicateur absolu du progrès et des jours meilleurs.

François Bayrou propose un autre modèle de société, qui ne nie pas la mondialisation mais qui la régule par de nouvelles règles du jeu mondiales (passant nécessairement par un renforcement de l'Europe) et puisse fonctionner sur un autre moteur que celui de la seule recherche du profit individuel, un autre carburant que l'argent et les valeurs matérialistes (passant par une prise de conscience et une responsabilisation individuelle de notre destin collectif). En ce sens, François Bayrou est altermondialiste.

Rappelons la définition de l'altermondialisme :

L'altermondialisme ou altermondialisation est un mouvement social composé d'acteurs très divers qui, face à une logique de mondialisation libérale effrénée, revendique et met en avant des valeurs comme la démocratie, la justice économique, la sauvegarde de l'environnement, les droits humains en vue d'une mondialisation maîtrisée et solidaire.

Très hétérogène et composé d'une multitude d'associations, de mouvements d'horizons divers, d'organisations non gouvernementales, l'altermondialisme se manifeste par des positions qui vont du réformisme à la rupture. Pour créer des synergies entre les différents mouvements qui le composent, il tente de développer des réseaux internationaux (Forums sociaux).

Malgré cette définition, le terme ALTERMONDIALISME évoque souvent un courant révolutionnaire utopiste et anarchiste ou d'extrême gauche inspirée du marxisme, les manifestations lors des sommets de l'OMC ou du G8, l'arrachage de plants transgéniques, etc. C'est parce qu'on retient plus, médiatiquement, les manifestations parfois violentes des tenants d'une stratégie de rupture que celles moins bruyantes des réformistes.  L'altermondialisme n'a pas encore été construit politiquement pour proposer un projet de société réaliste en s'inscrivant dans un parti politique crédible.

Or c'est bien ce que propose le Mouvement Démocrate avec François Bayrou. De même qu'aux Etats-Unis, Barack Obama semble être porteur de ce même projet. De plus en plus de personnalités renommées des mondes scientifique, philosophique, politique, journaliste ont déjà tiré l'alarme en vue d'envisager "un autre monde" et sont aussi "altemondialistes" : Hubert Reeves, Joseph Stiglitz, Yves Paccalet, Hervé Kempf,...

La gauche et la droite sont politiquement des concepts dépassés, vidés de leur sens. Donc le centre également. Leur utilisation confortable par les élus en place qui cherchent à préserver un électorat en leur faisant croire à des repères ne pourra plus tenir bien longtemps. Il faut redonner un sens à la politique, aux partis politiques, par un contenu idéologique, non seulement affirmant une priorité à des valeurs de référence et en proposant des actions, un programme, mais surtout en définissant un projet de société.

L'UMP nous a directement proposé un programme, des réformes, sans nous décrire le projet de société, mais que l'on devine aisément comme défenseur d'une mondialisation motivée par la recherche du profit individuel, la loi du plus fort, génératrice d'inégalités croissantes.

Le PS a édicté des valeurs, accordant plus d'importance à la justice et à la solidarité, mais il lui reste à décrire le projet de société et à résoudre les profonds désaccords internes sur les choix politiques, entre libéralisme et socialisme, l'impossible synthèse, ainsi que les luttes de pouvoirs entre personnalités.

François Bayrou nous propose un autre chemin, altermondialiste humaniste démocrate et réaliste, en ayant décrit ses priorités en terme de valeur, son projet de société, sa politique. Etant désavantagé en terme de représentation parlementaire car les institutions et la loi électorale actuelles favorisent la bipolarité politique, les courants majoritaires, il lui faut surtout avoir l'écoute des Français pour exposer cette alternative, leur redonner confiance en la politique, une politique fondée sur un projet de société et non sur des luttes de personnes et des fausses promesses, avec à la clé un beau rendez-vous en 2012 !
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu